RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Que vaut une banque ? Les investisseurs étrangers, avec seulement 5 milliards d’euros obtiennent le contrôle des actions des 4 banques systémiques grecques.

Raffler les banques, ça existe ?

La crise financière de 2009 a provoqué une série de crises bancaires, dans la mesure où les banques et d’autres établissements financiers similaires ont créé des bulles financières d’une valeur fictive ou hypothétique. Propagée dans chaque continent et dans chaque pays de manière différente, mais il y a beaucoup trop de similitudes pour qu’on puisse en faire abstraction, elle nous a laissé apprécié les différents traitements qu’elle a reçus d’un pays à l’autre, d’une autorité bancaire à une autre.

Nous sommes en Europe, sous la même autorité bancaire, qui se nomme ECB ou Banque Centrale Européenne. La question que l’on peut légitimement se poser c’est « que vaut une banque ? Quelle est sa valeur ? Il n’y a pas de réponse miracle, mais juste une : sa vraie valeur. En théorie, car en pratique les pratiques, ou plutôt les volontés de l’autorité suprême laisse entrevoir les disparités.

La vraie valeur d’une banque est la valeur de son actif, peu importe si sa valeur en bourse dégringole suite à un étouffement par fermeture de ses liquidités ou par le contrôle des capitaux qu’on impose à ses clients. Plus précisément, quelle est la valeur des 4 banques systémiques grecques, dont la recapitalisation est décidée avec les règles que l’on connaît ? Plus de 260 milliards, si on croit aux chiffres d’Eurostat ou de ces mêmes banques. Comment donc, peut-on autoriser une recapitalisation où seulement avec 5 milliards on prend le contrôle des quatre banques systémiques grecques ?

La recapitalisation décidée avec le « 3e plan d’aide » de la Grèce, prévoyait la recapitalisation des banques à hauteur de 25 milliards d’Euro, somme estimée qui était à raffiner sur la base des « stress tests » bancaires du mois dernier. Cet ajustement a montré que le besoin en recapitalisation des banques grecques est de 14,4 milliards, qui finalement, par une décision, seulement 10 seront versés par les créanciers, dans le cadre du « 3e plan d’aide », selon une logique de « privatisation », c’est-à-dire que l’Etat doit céder le contrôle bancaire qui doit progressivement passer entre les mains des actionnaires privés, pour un « meilleur résultat économique ».

Les investisseurs étrangers, avec seulement 5 milliards d’euros obtiennent le contrôle des actions des 4 banques systémiques grecques et avec ce contrôle le patrimoine entier des banques dans lequel on trouvera tous leurs prêts et hypothèques à travers lesquels on contrôle le patrimoine immobilier et tout autre élément de patrimoine des entreprises et des ménages. Ces 5 milliards est un montant très faible si on l’oppose à plus de 260 milliards qui est l’actif réel détenu par les banques (hypothèques et autres droits à solder).

Le refinancement des dettes des ménages et des entreprises passe par cette recapitalisation bancaire (troisième depuis le début de la crise financière), et à travers ceci le contrôle s’étend à tout l’espace de développement économique et social.
La participation de l’Etat au sein de ces quatre banques systémiques tombe à des niveaux très faibles, et s’évaporent ainsi les capitaux qu’il avait placés à la recapitalisation précédente. Il est quasi-certain que l’Etat ne pourra jamais récupérer sa mise, aux dépens donc de la population qui est le garant réel de cette opération. La décision de ne pas séparer les bons et les mauvais prêts, comme cela a été fait ailleurs, et obliger ainsi les banques de se « moraliser » en reconnaissant ce qu’est une bonne conduite, est très critiquée. Pas de leçon donc tirée par les exemples suédois, étasuniens ou récemment allemand (cas de HSH Nordbank) où la définition d’une mauvaise banque qui pourrait concentrer les prêts rouges avec la surveillance et des banques et de l’Etat, donnerait un autre vent dans l’économie grecque. Cette méthode, refusée par les créanciers de la Grèce, ferme la route à un certain type de croissance qui certes couperait net avec les méthodes archaïques bancaires.
Aujourd’hui, 10 milliards supplémentaires à la charge des citoyens grecs, loin d’être suffisants, viennent remettre en route pour un certain temps le système bancaire grec. Mais pour combien de temps ? L’Etat doit en théorie récupérer ses 25 milliards, versés en 2013, pour les réinjecter dans l’économie sociale grecque, mais, en considérant les décisions prises sur la continuation du statu quo bancaire, ses chances sont minces même à très long terme. Les nouvelles actions des banques ont été éditées à des prix extrêmement faibles, ce qui compresse la valeur des anciennes actions à un niveau dérisoire.

En 2013, le Trésor Public grec avait placé 25 milliards en détenant 80% des banques. Ce montant a diminué avec la participation exclusive du PSI, à hauteur de 8,3 Milliards, lors de la recapitalisation du 2014, et il en injecte aujourd’hui encore 4,5 (1,1 en actions et 3,3 en obligations convertibles).

Cette décision, prise sous le prétexte que la privatisation des banques motiverait la participation des investisseurs, laisse perplexe dans la mesure où des dispositions ne sont pas prises pour protéger les intérêts de la population, car même si environ 100 Milliards de l’actif des banques sont de prêts d’entreprise ou de consommation non honorés, ou prêts rouges comme ils sont surnommés, néanmoins il y a un grand actif réel d’environ 160 Milliards qui passe sous le contrôle du capital privé. Aussi, les prêts rouges, seront cependant honorés à terme, soit par les expropriations et enchères, soit par les renégociations si on se fie aux décisions parlementaires grecques, qui conformément aux prérequis exigés par les créanciers de la Grèce ont adopté ces mesures.

Encore une fois : nous sommes en Europe, sous la même autorité bancaire, qui se nomme BCE ou Banque Centrale Européenne. La question que l’on peut légitimement se poser c’est « que vaut une banque ? ». La réponse faite à postériori, sur la base de notre compréhension, montre les pratiques qui condamnent et proscrivent. Il nous appartient de l’adresser à cette autorité suprême.

»» http://www.afh-mp.fr
URL de cet article 29632
  

"L’Industrie du mensonge - Relations publiques, lobbying & démocratie"
Sheldon Rampton, John Stauber
En examinant le monde des lobbyistes, ce livre dévoile l’ampleur des manipulations pour transformer l’« opinion publique » et conforter les intérêts des grands groupes industriels. Des espions aux journalistes opportunistes, en passant par des scientifiques peu regardants et de faux manifestants, l’industrie des relations publiques utilise tous les canaux possibles pour que seule puisse être diffusée l’information qui arrange ses clients - gouvernements et multinationales, producteurs d’énergie (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Une idée devient une force lorsqu’elle s’empare des masses.

Karl Marx

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.