RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Duel historique à Hollywood entre grévistes et patrons des studios

L’image miroitante qu’on attribue par réflexe à Hollywood et au métier d’acteur aux EU prend un coup après quelques secondes de réflexion, qu’on s’y connaisse peu ou prou sur le sujet, des polémiques quotidiennes mettant mondialement la lumière sur les divers problèmes qui agitent le monde des Oscars... mais aussi ceux des non-invités.

Aujourd’hui, si tous les regards sont tournés vers eux, ce n’est pas pour la sortie du film Barbie ou Oppenheimer, mais parce que la SAG-AFTRA, le syndicat des acteurs le plus puissant aux Etats-Unis - dont les acteurs des deux derniers films cités sont membres - , s’est join,t après quatre mois de négociations infructueuses avec les studios, à la grève des 11 500 scénaristes ayant débuté en mai. Un “coup de pouce” d’autant plus énorme (160 000 acteurs en grève) qu’historique, puisqu’une telle convergence des luttes n’était pas arrivée depuis 1960.

La SAG-AFTRA est présidée par Fran Drescher, une actrice connue aux Etats-Unis pour son rôle dans Une Nounou d’Enfer, une série télévisée commerciale des années 90. Lors d’une prise de parole récente, elle exprimait toute l’amertume que la politique des studios lui inspire : “La manière dont ils nous traitent est choquante. Ils crient misère, ils disent qu’ils perdent de l’argent et en même temps, ils distribuent des centaines de millions de dollars à leurs PDG. C’est écœurant.” En effet, les pratiques des studios consistent en la favorisation du reversement des dividendes à leurs actionnaires, au grand dam des scénaristes et des acteurs (des créateurs).

Par ailleurs, si l’époque change, les problèmes restent globalement les mêmes : scénaristes et acteurs demandent à être traité avec “respect”, c’est-à-dire recevoir une augmentation de salaire, en particulier à une heure où les studios s’en mettent plein les poches avec les plateformes de streaming et en rémunérant les créateurs de moins en moins, tout en durcissant les conditions de travail. Les studios demandent aux scénaristes d’écrire des séries plus courtes, en un laps de temps plus court, en réduisant les équipes de scénaristes et en rognant sur les salaires. Un cocktail explosif qui reflète bien le mépris que les capitalistes ont pour la culture et plus largement pour la dignité humaine.

En plus des conditions de travail et de l’augmentation des salaires, sont visés en particulier les rémunérations dites “résiduelles”, celles qui dépendent des revenus engendrés par la rediffusion d’un film ou d’une série, elles aussi en baisse drastique depuis l’arrivée des plateformes de streaming ; des actrices comme Kimiko Glenn, vedette de la série Netflix mondialement connue Orange Is the New Black, vont jusqu’à recevoir, de l’exploitation de la série à l’étranger, seulement 27 dollars et 30 cents. Parfois, des scénaristes ne sont même pas crédités.

En ce qui concerne les acteurs multimillionnaires, comme Matt Damon, ils ont eux aussi bien conscience des enjeux qui se jouent actuellement : “C’est une question de vie ou de mort.” Du côté des studios, on envisage toute honte bue la mort, comme le dit si bien ce producteur exécutif à Deadline : “Le but est de laisser les choses traîner jusqu’à ce que les membres du syndicat commencent à perdre leurs appartements et leurs maisons.”

Mais un autre problème majeur préoccupe scénaristes et artistes en tout genre et du monde entier, qu’il soit d’Hollywood ou non : l’utilisation de l’Intelligence Artificielle (IA). Comme le dit Fran Drescher : "nous courons le risque d’être remplacés par des machines et des grandes entreprises, qui se soucient plus de Wall Street que vous et votre famille." Les capitalistes, en réalité, considèrent déjà les acteurs et les scénaristes, prolétaires, comme des machines. Pour eux, ils ne changent que les machines de l’usine, dont ils n’auront plus besoin de fournir quoi que ce soit pour reproduire la force de travail, puisque celle-ci n’existera plus : on sait que les studios utilisent déjà des IA pour corriger des scénarios ou encore pour rajeunir des visages, et nombre sont ceux qui, face aux progrès techniques fulgurants des IA, pensent qu’un film ne pourra, bientôt, qu’être tourné par des IA et avec des acteurs générés... par des IA ; des images d’acteurs bel et bien vivants qui devraient “pouvoir [être] utilisées pour le reste de l’éternité sur n’importe quel projet du choix [des studios], sans consentement ni compensation”, selon Duncan Crabtree-Ireland, négociateur en chef et directeur exécutif national de la SAG-AFTRA.

D’ailleurs, si on raconte qu’Hollywood a poussé sur une terre fertile, propice aux décors somptueux et aux aventuriers à l’esprit d’initiative, on déchante très vite en apprenant que c’est davantage en raison de l’absence de syndicat, comme le note le scénariste Joseph Armando Soba, que les studios s’y sont installés. Le syndicalisme a toujours fait peur aux bourgeois dans la mesure où il permet au prolétariat d’organiser et de créer un vrai rapport de force (l’expérience syndicale de Ronald Reagan l’aurait rendu, d’après ses propres dires, anti-communiste). Par exemple, lors de la crise des années 30, les studios ont violemment réduit les salaires en fonction du revenu de chacun, promettant de revenir à la normale au bout de 8 semaines, date à laquelle les studios devaient, selon eux, retrouver la forme financière. Cette réduction fût appliquée à tous, sauf aux scénaristes syndiqués - qui étaient, par ailleurs, nombreux à faire partie du Parti Communiste Américain. Les non syndiqués, notamment les acteurs, se rendant vite compte de la tromperie des studios, décident alors de fonder leur propre syndicat, qui très vite, en raison de la popularité des vedettes, gagne en puissance.

L’importance d’être syndiqué, surtout dans des pays aussi répressifs que les Etats-Unis, apparaît ainsi comme une évidence vitale. Un avis que partageait déjà Jean-Paul Belmondo, acteur et président du syndicat des acteurs français CGT de 1963 à 1966 : “Le spectacle, ce sont les quelque vingt mille comédiens, acteurs de cinéma, de théâtre, de télé, qui travaillent quand on veut bien leur en donner l’occasion et dont beaucoup ont bien du mal à vivre de leur métier, ce métier qu’ils ont choisi et qu’ils aiment. Et ceux-là, je vous assure, ils ont besoin d’être syndiqués et de se battre pour la vie”.

Maxime-JRCF

Pour lire (en anglais) quelques témoignages de scénaristes sur leurs conditions de travail :

https://www.wgacontract2023.org/member-voices/why-we-strike

Sources :

https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/plan-large/au-dela-d...

https://www.youtube.com/watch?v=J4SAPOX7R5M

https://www.telerama.fr/cinema/greve-a-hollywood-tout-comprendre-a-la-...

https://www.washingtonpost.com/made-by-history/2023/06/22/wga-strike-h...

https://www.cnetfrance.fr/news/et-si-l-ia-etait-deja-en-train-de-tuer-...

https://www.theguardian.com/culture/2023/jul/14/the-hollywood-actors-s...

https://maitron.fr/spip.php?article16181

»» http://jrcf.over-blog.org/2023/07/duel-historique-a-hollywood-entre-gr...
URL de cet article 38840
  

Même Thème
Les guerres scélérates : interventions de l’armée US et de la CIA depuis 1945
William BLUM
Le livre "KILLING HOPE - U.S. Military and CIA Interventions Since World War II" de William Blum vient ENFIN d’être traduit en français. Editions Parangon "Nous possédons environ 60% des richesses mondiales, mais seulement 6,3% de la population mondiale... Notre tâche dans l’avenir est...de maintenir cette situation de disparité." George KENNAN, responsable de la planification du département d’Etat, 1948 "Ce livre très documenté relate plus d’une cinquantaine d’interventions américaines de 1945 à (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Acheter un journaliste coute moins cher qu’une bonne call-girl, à peine deux cents dollars par mois"

un agent de la CIA en discussion avec Philip Graham, du Washington Post, au sujet de la possibilité et du prix à payer pour trouver des journalistes disposés à travailler pour la CIA. dans "Katherine The Great," par Deborah Davis (New York : Sheridan Square Press, 1991)

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.