RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Entretien avec Manuela Gallegos Anda, ministre du gouvernement équatorien.

"En Equateur, la révolution citoyenne est en marche."

credit photo : Christophe KENDERIAN

Manuela Gallegos Anda est ministre du gouvernement équatorien. Dès l’arrivée de Rafael Correa à la présidence de la république en janvier 2007, la création du « Secrétariat aux Peuples, aux Mouvements Sociaux et à la Participation Citoyenne » lui a été confiée. Elle aborde les grands domaines de compétence du Secrétariat, ainsi que le projet du gouvernement. Entretien.

Pouvez-vous nous présenter le Secrétariat aux Peuples, aux Mouvements Sociaux et à la Participation Citoyenne ?

Le « Secrétariat aux Peuples, aux Mouvements Sociaux et à la Participation Citoyenne » est l’outil qui donne le plus de clarté et de profondeur au projet politique du gouvernement équatorien. Dans ce gouvernement, nous parlons toujours de « révolution citoyenne », cela implique un changement radical afin que la population dispose d’une citoyenneté pleine et entière, qu’elle puisse exercer ses droits. Qu’elle connaisse ses droits et ses devoirs, qu’elle s’approprie des espaces de participation et qu’elle exige des comptes de ses représentants élus. Nous croyons en une société organisée, en une société solidaire, en une société qui travaille d’arrache pied pour construire son pays. Ca c’est l’esprit du Secrétariat.

Aujourd’hui, nous sommes la réponse à ce que la pseudo démocratie a fait du pouvoir dans notre pays. Une démocratie qui s’est transformée en un espace de contrôle politique au profit d’une oligarchie. L’Equateur a été sous le contrôle d’une dizaine de familles qui ont régné sur la scène politique, empêchant que le majorité des Equatoriens soient inclus dans un quelconque processus. Une grande partie de la population a ainsi été privée de sa liberté d’exercer tout droit démocratique. Dans ce pays, on « échangeait » un vote contre un t-shirt ; comment pouvait-on parler de démocratie ?

Comment le Secrétariat permet-il de créer et de développer un pouvoir populaire ?

Avant tout avec beaucoup de détermination. A titre personnel, c’est très excitant, j’ai moi-même travaillé dans des organisations de quartiers. En formant ce Secrétariat, j’ai pu réaliser tous mes rêves frustrés, comme n’importe quelle citoyenne qui désire faire entendre sa voix et avoir un espace d’action. Etre citoyen, ça signifie avoir la possibilité d’exercer cette citoyenneté. Sinon, il ne reste que deux solutions pour faire entendre sa voix : le cri ou la pierre.

Des espaces se sont ouverts alors…

Bien sur. C’est la vocation du Secrétariat : faire en sorte que les gens puissent sentir qu’ils disposent d’un espace au sein de l’Etat. Qu’ils sachent qu’ils sont chez eux quand ils entrent dans le Secrétariat. Qu’ils puissent s’y exprimer librement. Le rôle du Secrétariat est aussi de canaliser leurs aspirations et leurs attentes.

Ensuite, il est très important que la population accède à des informations de première main, sans l’intermédiaire des « grands médias ». Ces « grands médias », qui déforment plus qu’ils n’informent et qui répondent aux intérêts des oligarques qui ont si longtemps dominé le pays.

Maintenant, il existe une connexion directe entre les citoyens et l’Etat qui est là pour les servir. Chacun peut s’exprimer et nous aider à faire vivre ces espaces qui s’ouvrent, chacun peut aussi nous permettre de nous rendre compte de nos erreurs afin de les rectifier.

Enfin, les citoyens peuvent s’informer librement sur tous les programmes mis en place par le gouvernement. La presse, elle, se contente de mettre en avant tous les aspects négatifs sans s’attarder sur les aspects positifs.

Le Secrétariat travaille à la mise en valeur de l’identité nationale ?

Où va un peuple qui ne sait pas d’où il vient, qu’on a fait sentir honteux de savoir d’où il vient, et qu’on a convaincu qu’il est incapable, ou corrompu, ou inférieur ? Au Secrétariat, nous menons un travail très important afin de faire prendre conscience de sa vraie valeur au peuple équatorien. Les Equatoriens ont dû faire preuve d’une grande créativité et d’une grande force afin de pouvoir survivre, hier comme aujourd’hui. Et maintenant, en plus de ceux qui survivent ici, nous avons ces millions d’émigrés qui vont survivre dans les pays les plus riches (1) . L’Europe en est un bon exemple, même si c’est de plus en plus dur pour les étrangers là -bas. Bientôt, ils nous regretterons !

Qu’est-ce que le Secrétariat aux Peuples ?

Le Secrétariat aux Peuples, c’est avant tout la reconnaissance que l’Equateur est un pays plurinational et interculturel. Cela n’a jamais été aussi clair dans l’histoire de notre pays. Et la nouvelle constitution va encore plus loin dans ce sens (2).

L’histoire de l’Equateur ne commence pas avec la présence des Incas, et moins encore avec celle des Espagnols. Avant les Incas, il y avait ici d’innombrables cultures, langues et nationalités. Ces langues étaient porteuses de différentes visions, de différentes croyances, de différentes territorialités. Quand nous reconnaissons les peuples, nous reconnaissons ces différences qui font la richesse de l’Equateur.

Le fait d’avoir ce Secrétariat aux Peuples nous a permis, par exemple, de saisir les incohérences de notre concept urbain de révolution citoyenne. Bien sur, pour nous, la révolution citoyenne est un concept vaste et ouvert. Mais comment le faire comprendre à un indigène qui vit dans sa communauté sur les hauteurs de la cordillère des Andes ? C’est quoi ce « citoyen » équatorien et urbain pour lui ? Ce concept, comment peut-il le comprendre, lui qui se considère comme membre à part entière de sa communauté ? Cela nous met dans l’obligation de nous questionner et d’adapter notre manière de communiquer.

Enfin, du point de vue administratif, nous l’avons nommé « Secrétariat aux Peuples » car il a été créé grâce à l’engagement de conseils des peuples qui existaient déjà  : le « Conseil du Développement des Nationalités et des Peuples d’Equateur » (CONDEMPE), le « Conseil du Développement du Peuple Montuvio et de la Côte » (CONDEPMOC), et la « Corporation de Développement Afroéquatorien » (CODAE).

Quelles sont les relations du Secrétariat avec les organisations sociales ?

D’abord, nous voulons nous appuyer sur les secteurs organisés, et cela implique aussi que ces organisations intègrent une vision d’ensemble du pays. Cette année, le gouvernement a eu de très nombreux contacts avec les organisations sociales. Nous nous sommes souvent réunis avec les syndicats, de transports… Nous avons beaucoup travaillé à nouer un vrai dialogue, laissant de côté ces débats de maître chanteur du Si on n’obtient pas ça, vous aurez la grève !

Nous croyons en une construction collective, c’est pourquoi nous nous réunissons avec les gens, avec les groupes, avec les organisations… Nous leur ouvrons un espace d’expression afin de construire ensemble, de proposer des solutions ensemble. Pour autant, le président Rafael Correa n’accepte aucun chantage. C’est un véritable événement dans ce pays où tout s’obtenait par le chantage. Piller les fonds publics pour en faire profiter une infime minorité, ça ne nous intéresse pas. Les positions du président et du gouvernement sont très claires là -dessus. Il n’y a dans ce pays qu’un seul intérêt à défendre, l’intérêt national ; en aucun cas les intérêts de certains groupes, pas plus que ceux du gouvernement. C’est ainsi que nous avons travaillé, et de grands espaces de dialogue se sont ouverts pour la première fois en Equateur.

Un élément important : en un an et demi de gouvernement, il n’y pas eu une seule grève nationale. Il y a eu deux menaces de grèves et deux ou trois manifestations sur les questions minières. Ces dix dernières, les présidents qui ont précédé Rafael Correa étaient prêts à prendre la porte à ce stade de leur mandat. Je suis allée au Pérou récemment ; le lendemain de mon arrivée, il y avait une grève nationale. La côte de popularité du président Alan Garcà­a est à 21% alors que celle du président Correa est au-delà des 60%.

Comment définir le projet du gouvernement ?

L’objectif de ce gouvernement est de faire en sorte que chaque tranche de la société remplisse une fonction, mais notre projet à tous s’appelle EQUATEUR. Ceux qui ont mené campagne contre la nouvelle constitution nous ont largement critiqué là -dessus ces derniers temps. Parlons de la planification par exemple. Ce gouvernement planifie la santé. A Quito, il y a l’hôpital Militaire, l’hôpital de la Police, l’hôpital Public, l’hôpital de la Sécurité Sociale et l’hôpital privé. Tous réunis sur un espace confiné, alors que 80% du territoire national est sans hôpital. On ne peut apporter de solution à cela sans planification.

De plus, ce gouvernement compte des ministres coordinateurs qui travaillent par grands thèmes. Ils sont chargés de mettre en interrelation les différentes compétences afin de mener des projets en commun sur les thématiques sociales, économiques, politiques… Cela nous permet d’avoir une vision d’ensemble et de rationaliser l’utilisation des ressources financières, humaines… De leur côté, les citoyens disposent du droit et d’espaces de libre expression, tout comme les organisations sociales.

Ce qui est fondamental pour nous, c’est d’être positifs, comme nous l’avons été jusqu’à présent. Il y deux Equateur, l’Equateur négatif, qui a été celui d’un petit groupe de privilégiés, et celui que nous proposons. Et soyons clairs là -dessus, ce nouveau processus n’en est qu’à ses débuts. La véritable histoire du changement, celle de la révolution, commence aujourd’hui, avec la nouvelle constitution. Et ça aussi, ce n’est qu’un début. Je ne crois pas voir un jour les conséquences profondes de ce processus historique. Les deux ou trois générations qui viennent auront ce privilège.

Pour le Secrétariat, quelles avancées majeures propose la nouvelle constitution ?

Un des éléments fondamentaux de la nouvelle constitution consiste à la légitimation d’espaces, de droits et de la participation citoyenne. Le « Conseil de la Participation Citoyenne et du Contrôle Social » va être créé, comme représentation institutionnalisée de la participation citoyenne. C’est ainsi que le pays doit fonctionner afin de réellement institutionnaliser ces espaces.

Le Secrétariat va créer des assemblées à partir d’entités territoriales de base comme le quartier, la paroisse, le canton... Ces assemblées seront des espaces de discussion permanente, sur des thèmes spécifiques, ou sur ce qui se passe dans le pays. Comme pour une pâte à pain, nous allons incorporer les gens au débat, aux processus en marche, et nous allons surtout démocratiser la voix du peuple, depuis la base.

entretien réalisé par Christophe Kenderian, 30/09/2008
Adapté de l’espagnol. CK.

NOTES

(1) Depuis la crise majeure qui a frappé l’Equateur en 1999, trois millions de personnes ont quitté le pays, en quête du rêve américain ou européen. A tel point que l’envoi d’argent aux membres de la famille qui vivent encore en Equateur constitue la deuxième ressource du pays derrière le pétrole.

(2) Le 28 septembre dernier, le peuple équatorien a approuvé par referendum une nouvelle constitution (64% oui, 28% non, 7% blanc, 1% nul). Auparavant, 130 représentants avaient été élus par le peuple afin de rédiger ce nouveau projet de constitution pour l’Equateur.

URL de cet article 7269
  
Communication aux lecteurs
JULIAN ASSANGE : Le documentaire "Hacking Justice" à Paris

Le 17 novembre à 20h
au cinéma Espace St Michel
7 Pl St Michel, Paris 75005

Les Amis du Monde Diplo & Les Mutins de Pangée organisent une projection du film "Hacking Justice Julian Assange" de Clara Lopez Rubio et Juan Pancorbo suivie d’un débat avec la réalisatrice.

https://lesmutins.org/hacking-justice

à partir du 17 novembre, le film sera suivi de débats aux séances de 20h les lundi, mercredi, Vendredi. Calendrier : https://lesmutins.org/hacking-justice?tab=projections

Même Thème
Figures Révolutionnaires de l’Amérique latine
Rémy HERRERA
Cet ouvrage propose au lecteur sept chapitres consacrés à quelques-uns des révolutionnaires les plus importants d’Amérique latine et caribéenne : Simón Bolívar, José Martí, Ernesto Che Guevara, Hugo Chávez, Fidel Castro et Evo Morales. L’Amérique latine et caribéenne offre depuis le début des années 2000 l’image de peuples qui sont parvenus à repasser à l’offensive, dans les conditions historiques très difficiles qui sont celles de ce début de XXIe siècle. C’est cette puissante mobilisation populaire qui est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si un homme blanc veut me lyncher, c’est son problème. S’il a le pouvoir de me lyncher, c’est mon problème. Le racisme n’est pas une question d’attitude ; c’est une question de pouvoir. Le racisme tire son pouvoir du capitalisme. Donc, si vous êtes antiraciste, que vous en soyez conscient ou non, vous devez être anticapitaliste. Le pouvoir du racisme, le pouvoir du sexisme, vient du capitalisme, pas d’une attitude.

Stokely Carmichael

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
44 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
122 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.