Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Et maintenant, Rafael Correa dans la mire de la droite.

Après les ex présidents du Brésil, Dilma Rousseff et Luiz Inacio Da Silva et Cristina Fernandez, de l’Argentine, maintenant c’est l’ex président équatorien, Rafael Correa qui est dans la mire de la droite. Ces quatre ex-présidents à la tête de gouvernements progressistes ont été visés par de fortes campagnes médiatiques. L’appareillage est sinistre mais le but est simple : Les couvrir de discrédit pour tenter d’empêcher leur possible retour au pouvoir, car ils bénéficient tous de fortes cotes de popularité.

La stratégie ourdie a aussi de points communs. On tente de les présenter ces dirigeants qui ont conduit leur pays à une croissance économique et à des conquêtes sociales remarquables, comme des corrompus pourris.

Maintenant, Rafael Correa est accusé d’association de malfaiteurs et d’implication dans la tentative d’enlèvement échouée contre Fernando Balda, ancien élu équatorien, en 2012, à Bogota, en Colombie.

Fugitif de la justice équatorienne qui l’avait condamné à deux ans de prison pour injures, Balda se trouvait dans la capitale colombienne.

Alors que Rafael Correa a fixé sa résidence en Belgique, il devait se présenter tous les quinze jours devant la Cour nationale de Justice, une mesure préventive qui est entrée en vigueur lundi.

Au lieu de se rendre à Quito, l’ex-président équatorien a opté pour se présenter au consulat de l’Equateur à Bruxelles. Ses accusateurs ont crié à la violation de la loi.

Pourtant, maître Ramiro Garcia, président du Collège des Avocats de Pichincha, a belle et bien considéré comme suffisant le fait que Rafael Correa se soit pointé au consulat de l’Equateur en Belgique pour observer l’accomplissement de la mesure préventive dictée par une juge équatorienne.

« Dans le cadre des critères de rationalité, il n’a aucun sens de demander à quelqu’un de parcourir la moitié du monde pour se présenter cinq minutes devant la Cour de justice, alors qu’il y a une délégation consulaire là-bas » a souligné le magistrat de grande renommée en Equateur, cité par le journal équatorien El Telégrafo.

Malgré l’attitude de collaboration de Rafael Correa qui a d’ailleurs nié à tout moment sa participation à la tentative d’enlèvement de Balda, le Parquet équatorien vient de dicter un mandat d’arrêt préventif à l’encontre de l’ex-président.

Rafael Correa qui a présidé le gouvernement équatorien entre 2007 et 2017, a réitéré à maintes reprises que les accusations portées contre lui et contre d’autres membres de son administration rentrent dans le cadre d’un plan de persécution politique qui cherche à éliminer ses capacités légales.

Ce n’est pas la première fois qu’il fait l’objet d’un harcèlement judiciaire. On a tenté de l’impliquer dans le scandale PETROCHINE, une affaire qui aurait porté préjudice à l’Etat pour 2 milliards 200 millions de dollars, suite à la vente anticipée de pétrole à la Chine sous son mandat.

La Cour des comptes de l’Equateur a d’autre part assuré le 9 avril dernier, qu’elle aurait trouvé « des indices de responsabilité pénale de l’ex-président dans la gestion de la dette publique ».

Il n’est pas de doutes. Contre Correa on répète le scénario utilisé en Amérique Latine contre des ex-gouvernants intéressés au sort des peuples. C’est pourquoi, de nombreux Equatoriens défenseurs de la Révolution citoyenne qu’a conduite pour 10 ans Rafael Correa, sont descendus ce jeudi dans la rue à Quito pour exprimer leur soutien à l’ex-président.

Ils ont rappelé à l’opinion publique que c’est le gouvernement qui a récupéré la souveraineté du pays andin en fermant la base de Manta. Un chapitre qui a mis fin à la présence militaire nord-américaine. A Bon entendeur !

Maria Josefina Arce

»» http://www.radiohc.cu/fr/especiales/comentarios/166288-et-maintenant-r...
URL de cet article 33559
   
Même Thème
Figures Révolutionnaires de l’Amérique latine
Rémy HERRERA
Cet ouvrage propose au lecteur sept chapitres consacrés à quelques-uns des révolutionnaires les plus importants d’Amérique latine et caribéenne : Simón Bolívar, José Martí, Ernesto Che Guevara, Hugo Chávez, Fidel Castro et Evo Morales. L’Amérique latine et caribéenne offre depuis le début des années 2000 l’image de peuples qui sont parvenus à repasser à l’offensive, dans les conditions historiques très difficiles qui sont celles de ce début de XXIe siècle. C’est cette puissante mobilisation populaire qui est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Ceux qui se sont sagement limités à ce qui leur paraissait possible n’ont jamais avancé d’un seul pas.

Mikhaïl Bakounine


Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
91 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
39 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.