RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
23 

Etats-Unis : des sénateurs réclament des sanctions contre les médecins cubains (EFE)

Un groupe de sénateurs républicains aux États-Unis a présenté mercredi un projet de loi visant à punir les pays qui engagent des missions médicales à Cuba en les considérant comme complices de la traite des êtres humains.

L’objectif des sénateurs - Rick Scott, Marco Rubio et Ted Cruz, ces deux derniers ayant des parents cubains - est de réduire les revenus que Cuba reçoit de ses missions médicales, qui, selon les législateurs, s’élèvent à environ 7 milliards de dollars par an.

Le projet de loi, intitulé "Halte aux profits du régime cubain", demande au Département d’Etat d’identifier les pays recevant des missions médicales comme un facteur à prendre en compte lors de la rédaction du rapport sur la traite des êtres humains dans le monde.

Les législateurs ont indiqué que les pays d’accueil des médecins cubains seront exemptés des sanctions tant qu’ils déposeront directement les salaires des professionnels, rendront les contrats publics et n’effectueront pas de paiements supplémentaires à Cuba pour leur travail.

"Ces missions médicales semblent être des gestes de bonne foi, mais elles sont en réalité utilisées par Raul Castro et Miguel Diaz-Canel pour remplir les caisses qui financent l’oppression du peuple cubain. Ce projet de loi permettra de clarifier qui sont leurs complices internationaux", a déclaré le sénateur Ted Cruz.

Pour sa part, Rick Scott a déclaré que Cuba "utilise maintenant la pandémie de coronavirus pour faire des profits aux dépens de ces médecins" et a considéré que "tout pays qui demande une assistance médicale à Cuba soutient la traite des êtres humains".

Avec la pandémie, Cuba a envoyé de nouvelles missions médicales dans des pays comme l’Italie et Andorre, ainsi que dans de nombreux pays d’Amérique latine et des Caraïbes, comme la Jamaïque et le Honduras.

Les missions médicales consistent à envoyer des professionnels de la santé dans les pays qui en font la demande au gouvernement cubain.

Ces demandes interviennent en cas de crise, comme pour la pandémie, mais sont généralement formulées par des nations qui ont besoin de plus de médecins qu’elles n’en ont, qui veulent renforcer certaines spécialités médicales ou qui doivent couvrir les soins de santé dans des zones éloignées ou à risque où les médecins locaux ne veulent pas se rendre.

Dans certains cas - notamment les catastrophes humanitaires - il s’agit d’initiatives de solidarité dont le coût est supporté par Cuba, mais la plupart des missions entrent dans la catégorie de l’exportation de services professionnels.

Il y a actuellement quelque 28 000 médecins cubains dans 59 pays, dont 37 ont des cas de COVID-19. Au fil des ans, plus de 400 000 professionnels ont effectué des missions dans 164 pays en Afrique, en Amérique, au Moyen-Orient et en Asie.

Traduction "plus bas que ça, c’est dur..." par Viktor Dedaj pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

Communiqué de l’Union des associations de Cubains résidant en France.

La confrérie de la pègre de Miami a orchestré, à des fins électorales, une nouvelle campagne pour étouffer économiquement la nation cubaine. L’indécent trio composé de Marco Rubio, Ted Cruz et Rick Scott, sénateurs républicains de l’État de Floride et du Texas, a élaboré un projet de loi visant à sanctionner les pays qui acceptent la collaboration médicale de Cuba.

Loin de reconnaître le rôle humaniste que notre pays a joué au cours des six dernières décennies, et cherchant cruellement à imposer ses desseins à tout le continent et au reste du monde, ces illusionnistes du droit cherchent ainsi à s’attirer des faveurs pour la réélection de leur parti durant les prochaines élections de novembre 2020.

Comment peut-on justifier une telle politique agressive contre une petite nation, victime d’un blocus criminel ? Ces sénateurs mesurent-ils le coût en vies humaines qui résulterait de l’approbation de leur projet ? La crise actuelle a révélé la supériorité du système de santé cubain dans la lutte contre la pandémie de Covid-19 et malgré les menaces grandissantes des États-Unis, Cuba continuera d’offrir de façon désintéressée son expérience en matière de santé aux pays qui solliciteront son aide solidaire.

Le paradoxe d’un pays puissant, qui ne parvient pas, hélas, à sauver son peuple, est grand. Derrière le masque d’une guerre contre Cuba et sous des intérêts mesquins, il n’est pas possible de dissimuler autant de morts. Fiers de notre système de santé, dont la vocation est et sera de faire honneur à l’Homme, les associations de Cubains résidant en France condamnent une fois de plus l’hostilité injustifiée et tenace des politiciens étasuniens.

París, le 20 juin 2020.

Asociación Cuba Va París
Asociación Entre Comillas
Asociación Les enfants de Cuba
Colectivo Entre Amigos
Asociación Viva Cuba Asociación Habana Club

»» https://www.efe.com/efe/america/portada/senadores-en-ee-uu-impulsan-sa...
URL de cet article 36253
  

Même Thème
CUBA OU L’INTELLIGENCE POLITIQUE - Réponses à un président des États-Unis (Livre format PDF)
Jacques-François BONALDI
365 JOURS APRÈS Aujourd’hui 22 mars 2017, voilà un an jour pour jour que Barack Obama entrait de son pas caractéristique sur la scène du Grand Théâtre de La Havane pour une première : un président étasunien s’adressant en direct et en personne au peuple cubain. Trois cent soixante-cinq jours après, que reste-t-il de ce qui était le clou de sa visite de deux jours et demi à La Havane ? Pas grand-chose, je le crains… Les événements se déroulent maintenant si vite et tant de choses se sont passées depuis – (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Julian Assange, à qui l’on doit plus d’articles importants que l’ensemble de ses journalistes-critiques, a 50 ans aujourd’hui - en prison. Il est en prison pour une raison : l’administration Biden et la plupart des médias commerciaux ne se soucient pas de la liberté de la presse, mais font semblant de s’en soucier quand ça les arrange.

Glenn Greenwald

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
122 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.