RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


États-Unis :« Now is the time ! » L’affrontement historique tant attendu vient de commencer !

Le constat est unanime : La lame de fond antiraciste qui balaie les États-Unis depuis deux semaines n’a pas son pareil dans l’histoire du pays. Comme le dit Bernie Sanders qui en a vu d’autres depuis le début des années ‘60, “c’est incroyable, c’est sans précédent dans l’histoire américaine” ! Et en effet, désormais on manifeste en masse dans des centaines sinon des milliers de villes dans la totalité (50 sur 50 !) des États fédéraux !Et en plus, on manifeste aussi en masse presque partout de par le monde, pas seulement par solidarité mais aussi parce que le racisme, la brutalité policière et l’autoritarisme des gouvernants font partie intégrante du quotidien mondial généré par ce capitalisme pervers et profondément inhumain...

Donc oui, c’est sûrement du jamais vu car, malgré l’agressivité et les menaces du pouvoir et les injonctions pressantes faites initialement aux manifestants de rentrer chez eux (« Go home now ! ») de la part des maires noires et autres représentants de la bourgeoisie afro-américaine, ont suffit seulement quelques jours de manifestations de colère après l’atroce assassinat de George Floyd pour que le mouvement s’installe dans la durée. Et aussi, pour qu’il se manifeste et prenne racine dans tout le pays, pour qu’il devienne de plus en plus massif, déterminé et surtout, ambitieux et radical. Un mouvement formidablement multiethnique et multiculturel comme on n’en a jamais vu dans le passé où dominent les mêmes jeunes gens blancs, noirs, indigènes et latinos qui ont fait leurs premiers faits d’armes et se sont radicalisés dans le mouvement de Bernie Sanders.

Évidemment, rien ne tombe du ciel et c’est parce que Bernie a semé qu’on commence aujourd’hui à récolter les fruits (1) de son irruption inopinée sur la scène de la vie sociale et politique des EU. Mais, cela ne suffit pas pour expliquer pleinement ce qui est en train de se passer aux États-Unis. Tout d’abord, beaucoup est du à l’exceptionnelle conjonction des crises cataclysmiques qui fait que le pays soit frappé simultanément par une récession et un chômage sans précédent au moins depuis la fin de la dernière guerre mondiale, sur fond de crise historique de l’impérialisme étasunien, de crise (terminale ?) du traditionnel bipartisme et des partis Républicain et Démocrate, et de polarisation extrême de la société nord-américaine. Et aussi, et surtout, sur fond de réalités sociales dignes du pire Tiers Monde telles la pauvreté absolue et même la famine endémique qui frappent des dizaines et des dizaines de millions de ses citoyens en même temps que les inégalités sociales deviennent plus que monstrueuses atteignant des sommets inimaginables il y a encore 20 ans ! Et comme si cela ne suffisait pas, au même moment s’y ajoutent une crise sanitaire sans pareil depuis un siècle qui fait des hécatombes de victimes surtout parmi les Indigènes, les Afro-américains et les Latinos et aussi la catastrophe climatique qui fait déjà d’énormes dégâts et menace directement la planète et l’humanité toute entière. Alors, étant donné que les premières victimes de toutes ces crises sociales, économiques, sanitaires et climatiques sont les populations dites minoritaires, et plus spécifiquement les Afro-américains, il n’est pas surprenant que la chaîne nord-américaine, déjà pourrie, s’est rompu à son maillon le plus faible, celui du racisme institutionnel et de la féroce répression des Afro-américains par une police raciste et assassine...

Mais, ce n’est pas tout. La présente situation doit beaucoup au sinistre personnage Donald Trump et à ses ambitions ouvertement fascisantes et dictatoriales. Ambitions qui sèment désormais le doute et divisent le sommet de l’État et la classe dirigeante nord-américaine au moment précis où tout ce beau monde affronte un mouvement populaire sans précédent toujours plus fort et déterminé d’aller jusqu’au bout de sa lutte radicale. L’actuelle incapacité de Trump d’intimider et de museler ce mouvement populaire grandissant, ne fait qu’accroître d’un coté, les doutes et la méfiance de la classe dirigeante et des sommets de l’État envers Trump et de l’autre, la confiance en soi et la détermination des manifestants ! Ce n’est pas donc un hasard que des leaders et des personnalités du mouvement tels que Alexandria Ocasio-Cortez, Cornel West, le révérend William Barber ou même Spike Lee et Noah Chomsky expriment l’état d’esprit générale quand ils martèlent que « Now is the time » ! Parce que le moment historique tant attendu est arrivé, et c’est maintenant qu’il faut mettre le paquet et foncer ! En somme, plus ceux d’en haut plongent dans le désarroi, et plus ceux d’en bas se ragaillardissent et passent à l’attaque...

Bien entendu, ni l’État profond nord-américain ni encore plus Trump et les siens ne vont rendre les armes sans se battre jusqu’aux bout et avant qu’ils utilisent tous les moyens à leur disposition pour éliminer ceux qui contestent leur pouvoir. C’est pourquoi on peut légitimement s’attendre à ce qu’ils se ressaisissent et qu’ils passent a la contre-attaque. Évidemment, les grands généraux et amiraux en retraite de l’armée américaine paradent les uns après les autres sur CNN dénonçant « l’aventurier Trump » et jurant qu’ils ne le laisseront pas lancer les troupes contre les manifestants. Et il n’y a aucun doute que Trump est de plus en plus isolé car, comme il est d’usage dans pareilles situations, les rats commencent à abandonner le bateau présidentiel en perdition. Mais attention, parce que Trump n’est pas n’importe qui, un politicien comme les autres, quelqu’un qui tient compte des rapports de force et de l’état d’esprit même de ses fidèles. Comme on l’a écrit mille fois dans le passé, il est plus que dangereux (pour ses compatriotes et pour le monde entier) et prêt, surtout maintenant qu’il se sent piégé et menacé directement, à aller jusqu’au bout de sa paranoïa à la fois, égotiste, raciste et fasciste...

La conclusion (évidemment provisoire) n’est pas différente de celle qui concluait notre texte de fin mars dernier. Tout simplement, vu ce qui est en train de se passer aux États-Unis et de par le monde, on est maintenant tenté d’être encore plus optimiste et catégorique dans nos affirmations :

« Alors, va-t-on vers un triomphe historique annoncé de Trump et de ses milliardaires ? Et aussi, vers une écrasante défaite non moins historique des travailleurs et autres laissés-pour-compte du néolibéralisme ? Notre réponse est catégorique : rien de moins sûr. Car « ceux d’en bas » ne sont plus en 2020 aussi désarmés qu’ils étaient en 2015. Pourquoi ? Mais, parce que l’irruption de Bernie Sanders sur le devant de la scène politique nord-américaine a laissé des traces, bouleversant profondément le paysage politique, radicalisant comme jamais auparavant la jeunesse, transformant sérieusement la réalité sociale du pays et inspirant une nouvelle génération de (jeunes) dirigeants et surtout dirigeantes populaires, combatives et socialistes !

Mais, c’est évidemment le mouvement de masse sans précédent qui se réfère au combat politique de Bernie Sanders qui constitue la plus grande et la plus précieuse nouveauté dans le panorama politique et sociale nord-américain. Malgré ses faiblesses manifestes, son inexpérience et son – très compréhensible – passage à vide actuel, ce mouvement est condamné non seulement à se ressaisir mais aussi à jouer pleinement son rôle dirigeant. De quelle manière ? Mais, en fournissant l’ossature, la coordination et la direction aux diverses initiatives de résistance et d’auto-organisation qui ne manqueront pas de surgir des tréfonds de la société américaine. En somme, en prenant la tête des mouvements et réseaux populaires qui sont déjà en train de naître, car plus que jamais ce qui est désormais directement menacée n’est plus seulement le salaire et l’emploi mais la vie même des dizaines de millions de citoyens étasuniens ! Et ceci étant dit, l’issue de l’affrontement gigantesque de classe qui vient tout juste de commencer, s’annonce ouverte et incertaine. Tout est possible, le pire mais aussi le meilleur...” (2)

Notes

1. Pour approfondir tout ça, des milliers de textes, vidéos et images de première main venant des États-Unis et concernant tout ce qui se passe au sommet mais surtout à la base de la société nord-américaine, sont postés heure après heure sur le Facebook « Europeans for Bernie’s Mass Movement ».

2.Voir notre article du 30 mars « États-Unis : La pandémie accélère la crise et dessine les contours de l’affrontement de classe qui se prépare ».

URL de cet article 36211
   

Même Thème
Le choix de la défaite - Les élites françaises dans les années 1930
Annie LACROIX-RIZ
Comment, pour préserver leur domination sociale, les élites économiques et politiques françaises firent le choix de la défaite. Un grand livre d’histoire se définit premièrement par la découverte et l’exploitation méthodique de documents assez nombreux pour permettre des recoupements, deuxièmement, par un point de vue qui structure l’enquête sur le passé (Annie Lacroix-Riz répond à Marc Bloch qui, avant d’être fusillé en 1944, s’interrogeait sur les intrigues menées entre 1933 et 1939 qui conduisirent à (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Une baïonnette est une arme avec un travailleur à chaque extrémité. »

Eugene V. Debs

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
120 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.