Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Euro 2016 : Appel à la mobilisation générale

"Voici venuuuuu le teeeeeemps des rires et des chaaaaants .... ". Finies les histoires de migrants qui coulent en méditerranée (comme on dit, dans la vie, faut savoir mener sa barque), de pauvres qui s’accrochent à leur boulot (ce qui, vu leur salaire, est quand même assez mesquin) ou de bobos-écolos qui s’opposent au bétonnage de leur cambrousse (eh les gars, on n’est pas dans "la petite maison dans la prairie" !), voici venu le temps de l’Euro 2016. Dehors donc les Noirs, les Rouges et les Verts, place à nos Bleus. On va enfin pouvoir se retrouver autour de nos vraies valeurs : le culte du fric, l’esprit du fight et l’exaltation autour du drapeau. D’ailleurs, rien de tel qu’un chant de supporters (sorte de Marseillaise en version "revival") pour se mettre dans l’ambiance : "Quoi ! Des hordes étrangèèèreees ! Viendraient jusque dans nos chaumièèèreees ! Chanter leurs hymnes d’estrangers ! Marchooooons ! Marchooooons ! Piétinooons ces enculéééés ! ... ".

D’après les sociologues, l’organisation d’une coupe d’Europe influerait positivement sur le moral d’une nation. D’ailleurs, l’évènement prend généralement des allures de kermesse scolaire : les JT sont présentés façon bibliothèque verte ("les Bleus à l’entrainement", "les Bleus dans le bus", "les Bleus de retour à l’hôtel"), les villes organisent tout un tas d’animations récrés ("rejoignez les fans zones", "suivez les matchs sur écran géant", "gagnez la baballe officielle de l’Euro 2016" ...) et les magasins vous prennent pour des débiles profonds ("jouez avec les bleus", "collectionnez les images des bleus", "faites vous avoir comme un bleu" ...). Dans cette ambiance qui fleure bon le patriotisme économique, tout le monde (ou presque) y trouve son compte : les consommateurs, qui achètent du rêve (les coupes de cheveux footballeurs printemps-été 2016 arrivent prochainement dans vos bleds) et les commerçants, qui écoulent leur camelote (estampillée "tous avec les bleus" ou autre).

Nul n’étant censé échapper à la grande messe footballistique, les brebis égarées sont priées de rejoindre rapidement le troupeau. Partagez "Fiers d’être bleus" sur Facebook, signalez que vous "Vibrez bleus" sur Twitter, écrivez "Je fais caca tout bleu" sur Doctissimo ... (à ce ce qu’il parait, les non-changements de statuts pourraient bientôt faire office de présélection pour le fichage S). Bien sûr, rien ne vous oblige à rester planté devant votre ordi toute la journée comme un nolife ; vous pouvez aussi participer à des activités de rues comme un gogol. Oubliez l’état d’urgence : venez révéler vos réflexes de Pavlov dans des enclos pour fanatiques ("fan zones" en Anglais), bibinez-vous en groupe autours des écrans télé installés dans les bars et clamez partout votre ferveur patriotique dans un Français approximatif. Ces comportements, parfois décrits comme un syndrome Gilles de la Tourette collectif, permettent généralement à tout un chacun de se libérer de la frustration accumulée par des années de nique gouvernementale.

Bien sûr, la durée de cette effervescence dépend des prouesses de l’équipe nationale. Aujourd’hui encore, tout le monde espère un nouveau miracle ; comme celui qui s’était produit en 1998 quand, le soir de la finale, la plupart des cas sociaux du pays s’étaient soudainement proclamés "champions du monde". Et pour soutenir leur équipe, les supporters savent ce qu’ils ont à faire : montrer leur foi en la victoire en arborant une bonne tête de vainqueur. Dans un style festif (perruque, lunettes, corne de brume ...), guerrier (cape-drapeau, mégaphone, fumigènes ...) ou pupute (haut de bikini avec des petits drapeaux dessinés partout ...), ils débouleront dans les rues, les stades et jusque devant les hôtels de joueurs pour crier leur enthousiasme. Gros respect dans le coeur des Français pour ces militants qui rêvent leur vie en bleu-blanc-rouge. D’ailleurs, aucune invective du style "Z’avez rien de mieux à faire, avec tous les enfants qui meurent de faim partout dans le monde, hein ?!" (bien connue des vegans et autres militants écolos), n’a jamais été entendue par aucun d’entre eux.

Certes, des débordements viennent parfois gâcher la fête. Comme récemment à Marseille et à Nice, où certains matchs ont donné lieu à de violents affrontements entre hooligans Français (Catholiques), Anglais (Protestants) et Russes (Orthodoxes). Mais le monde du football en est-il responsable ? Sur ce point, dirigeants, sportifs et supporters sont unanimes : "ce sont des fanatiques, ils sont là pour en découdre et le foot n’est pour eux qu’un prétexte (théorie dite du ’choc des civilisations blancos’, ndr)". Et certains de pointer la responsabilité des forces de l’ordre : "ils étaient complètement débordés, on dirait qu’ils n’étaient pas du tout préparés à ça", explique ce rescapé d’une tempête de chaises à Marseille. C’est d’ailleurs un policier qui nous le confirme : "on était en alerte niveau 3 (risque de sifflements pendant la Marseillaise, ndr)". Avant de préciser : "le football reste une grande fête nationale, pas question de balancer des grenades dans la tête des gens comme à Sivens" (rires).

Alors que faut-il faire ? Interdire les prochaines manifestations sportives ? Faire pression sur l’UEFA pour qu’elle les annule d’elle-même ? A droite, on met une nouvelle fois la question sécuritaire en avant : "Nos forces de l’ordre ont déjà beaucoup à faire avec l’état d’urgence, il est irresponsable de continuer à les solliciter pour des jeux de ballon" a ainsi claironné Nicolas Sarkozy. Et certains de dénoncer au passage l’affairisme de l’UEFA (scandale des "stades payés en liquide", etc) incompatible selon eux avec les valeurs chrétiennes de la France ; comme le chef du mouvement "droite sans frontière", Christian Estrosi, qui en a appelé à "chasser les marchands du temple" et à "retourner secourir les migrants en méditerranée". Face à ces critiques, le tandem Hollande/Valls semble pour l’instant bien décidé à faire la sourde oreille. Conforté par un récent sondage (où à la question "Etes-vous assez débile pour laisser les résultats d’une équipe de foot influencer votre vote à la prochaine élection présidentielle ?" les Français ont majoritairement répondu "oui"), le président a simplement déclaré : "Soyons tous unis derrière l’équipe de France". Les pieds dans la merde et les yeux dans les bleus, la magie c’est maintenant ...

URL de cet article 30550
   
Figures Révolutionnaires de l’Amérique latine
Rémy HERRERA
Cet ouvrage propose au lecteur sept chapitres consacrés à quelques-uns des révolutionnaires les plus importants d’Amérique latine et caribéenne : Simón Bolívar, José Martí, Ernesto Che Guevara, Hugo Chávez, Fidel Castro et Evo Morales. L’Amérique latine et caribéenne offre depuis le début des années 2000 l’image de peuples qui sont parvenus à repasser à l’offensive, dans les conditions historiques très difficiles qui sont celles de ce début de XXIe siècle. C’est cette puissante mobilisation populaire qui est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il est difficile d’intéresser ceux qui ont tout à ceux qui n’ont rien.

Helen Keller


Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.