RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Faire payer le 1%

Les vagues les plus meurtrières d’un tsunami ne sont jamais les premières. Le Brexit fut une surprise ; l’élection de Donald Trump est une vague inouïe qui vient de fracasser les espoirs doucereux d’une classe moyenne progressiste, socio démocrate et égoïste qui ne cache plus son mépris pour les pauvres et les laissés pour compte et pensait sans doute continuer le business as usual avec le clan Clinton.

L’élection du 45e président des États-Unis est un débordement aux conséquences incalculables, une rébellion des masses qui ont voté contre la mondialisation et ses excès, contre la gabegie d’une minorité qui, depuis la crise de 2008, a raflé 90% de toute la richesse créée dans l’économie mondiale. C’est la victoire du « petit blanc » pauvre, certes mais aussi des couches sociales démunies qui étaient restées en panne d’American way.

Trump un extraterrestre ? Pas du tout

La réalité du capitalisme pour les pauvres et communisme pour les riches prend ici une forme étonnamment douloureuse pour les classes moyennes / supérieure diplômées et progressistes du monde libre ; celles qui voyaient en Hilary Clinton un mal nécessaire car cette femme (la première femme présidente des EU !), allait nous sauver du monstre Trump. Peu importe ce qu’elle incarnait. Le lendemain du résultat, en Europe, dans le monde libre, les visages de ceux qui allaient travailler, (de ceux qui ont un emploi), affichaient la consternation et l’horreur. Que répondre à leur abasourdissement et à leurs invectives, à leur litanie contre le méchant président Trump, sexiste, raciste et inculte ; aujourd’hui l’homme le plus puissant de la planète, un barbare décérébré qui nous serait arrivé de l’espace, un être sans commune mesure avec ce qui se fait chez nous, dans notre système politique, économique et social.

Mais Donald Trump n’est en rien un ovni ; c’est au contraire une synthétisation d’un non-dit, de l’arrière-boutique capitaliste, sale, nauséabonde, impérialiste, raciste (« l’humanité n’existe pas hors du monde libre »), sexiste, ignorante, égoïste, obsédé seulement par l’argent, l’appât du gain, le profit, coûte que coûte, aux frais de la planète, et un habillage esthétique fait de bling bling, de présentatrices bunga bunga type CNN et de Disneyland ! La réalité du monde néolibéral est pour ses victimes un enfer esclavagiste, sexiste, raciste et violent. Jusqu’à présent les classes éduquées feignaient-elles de l’ignorer car, enfin, elles s’en accommodaient plutôt bien ? Que préférez-vous ? Un menteur et un démagogue qui dit tout ce qui lui passe par la tête ou une menteuse consommée qui avouait devant les banquiers de Goldman Sachs (on le sait depuis la publication de ses emails par Wikileaks) qu’il ne fallait jamais dire la vérité aux masses. Deux menteurs mais le premier, lui, ne méprise pas les masses.

Qu’il tranche avec les élites du parti républicain est sans doute nouveau. De mémoire de conservateur, on n’avait entendu de telle attaques contre le credo ultra capitaliste, militariste et anti étatiste de la droite étasunienne.

Hitler à la maison blanche ?

Pas davantage. Le pouvoir qui attend dans l’ombre le nouveau président des États-Unis, entité, ("shadow governement" comme disent les Anglais), dont l’existence fut révélée pendant cette campagne par les emails publiés par le media indépendant Wikileaks, est déjà au travail. Wall street, se rapproche déjà de l’indésirable comme elle l’avait fait avec Obama. On s’en souvient, c’était Citigroup qui avait suggéré les membres du futur gouvernement Obama. Il se trouve que la majorité de ces noms se retrouva effectivement aux manettes.

Le nouveau président a d’ailleurs rassuré la finance lors de sa première apparition après la victoire ; il veut unir les Étasuniens et assure ne pas vouloir diviser. Il agit en chef d’entreprise qui a maintenant besoin que tout le monde mette la main à la pâte. Rien ici qui puisse vraiment rebuter les ténors de Wall Street. Regardez, les marchés se récupèrent déjà. Et puis, il a promis aux grandes firmes de réduire leurs impôts... Elles savent aussi qu’il nie le réchauffement climatique. Rien qui ne puisse entraver l’espoir d’une formidable amitié.

Le programme du président Trump sera difficile à mettre en place (mais pas impossible). Qui pourrait faire de la sorte un virage à 180 degrés ? Rapatrier les usines, et l’industrie ? Peut-être, mais sur le terrain, combien de temps cela prendra-t-il ? Dix ans, quinze ans ? On ne reconstruit pas un tissu industriel du jour au lendemain ! Une industrie détruite, abandonnée, une main d’œuvre dispersée, ne sort pas du sol comme un champignon. Mais s’il parvient à contrer la rapacité des grandes entreprises étasuniennes et du complexe militaro industriel, et à redonner une importance à l’idée de l’état en lançant des projets de grands travaux de reconstruction, il pourra obtenir des résultats probants et satisfaire pour un temps son électorat. L’argent, il compte en trouver en revenant sur les dépenses colossales octroyées à l’appareil militaire et aux alliances internationales. L’emploi, il compte en donner en revenant sur les accords commerciaux. Une chose est sûre, avec le président Trump, les États-Unis vont se replier sur eux-mêmes. Est-ce, en soi, une mauvaise chose ? Nous verrons.

Un rejet des oligarchies

L’élection de Donald Trump est la preuve d’un rejet indiscutable par les masses de l’establishment et d’un système économique qui ne fonctionne que pour une infime minorité. Le leader du parti travailliste anglais, Jeremy Corbyn, est catégorique sur le résultat :

« Ceci est tout aussi bien le rejet d’un consensus économique qui a échoué que celui d’une élite au pouvoir se montrant incapable d’écouter. La colère du public qui a mis Donald Trump au pouvoir se trouve reflétée dans les événements inattendus que l’on voit de par le monde. »

A bon entendeur...

Philippe Nadouce

»» http://www.nadouce.com/2016/11/faire-payer-le-1.html
URL de cet article 31139
  

Même Thème
HOLLYWOOD PROPAGANDA
MATTHEW ALFORD
Examinant le fonctionnement interne de l’industrie hollywoodienne, cet ouvrage révèle les liens étroits entre le cinéma et les forces politiques américaines les plus réactionnaires. Ses analyses détaillées de nombreux films démontrent qu’Hollywood, loin d’être le lieu d’expression de la gauche américaine, n’est que le versant culturel d’une politique impérialiste. Alors que des films comme Transformers, Terminator ou La Chute du faucon noir, ouvertement financés par l’armée, glorifient l’hégémonie (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« LIBERTE. »

George W. Bush - Janvier 2005
mot prononcé 40 fois lors de son discours d’investiture qui a duré 20 minutes,
soit une moyenne d’une fois toutes les 30 secondes...

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.