Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Un peu d’Histoire héroïque où il est dit que rien n’est jamais perdu...

Fidel Castro, Che Guevara... le jour où les guérilleros revenaient du Mexique

« Le mouvement du 26 juillet », fondé par Fidel Castro 1953, a débarqué dans un bateau nommé Granma en 1956 à Cuba. Fidel Castro et ses hommes, guérilleros du mouvement du 26 juillet, avaient été entraînés par Alberto Bayo au Mexique. En 1953, Fidel Castro avait été jugé suite à l’attaque de la caserne de Moncada, libéré en 1955 et cette même année, il est exilé au Mexique. C’est au Mexique que Fidel Castro a rencontré Ernesto Che Guevara.

L’arrivée de Granma

Le 2 décembre 1956, à Cuba, a eu lieu un débarquement qui restera gravé dans l’histoire du pays. 82 guérilleros ont débarqué sur la plage de las Coloradas. Ces guérilleros, parmi eux Fidel Castro, Raul Castro, Juan Almeida, Camilo Cienfuegos, Ernesto Che Guevara, étaient de retour du Mexique, où ils étaient en exil. Le débarquement de 82 guérilleros qui était prévu initialement pour la fin du mois de novembre s’est effectué avec deux jours de retard. Franck Pais, un membre du mouvement du 26 juillet (dirigé par Fidel Castro), était resté à Cuba afin de créer un mouvement de grèves générales, prévu simultanément, dans plusieurs villes de Cuba. Ce débarquement devait donc coïncider avec ces grèves. Plus précisément, l’objectif était de fixer l’attention des armées de Batista sur la grève générale. Cela devait faciliter l’attaque contre le gouvernement de Batista, prévu par les 82 guérilleros. Cela a été un échec car les armées de Batista ont « accueilli » le mouvement du 26 juillet.

Après le débarquement

Après une lutte acharnée, les guérilleros ont réussi à atteindre une zone difficile d’accès, la Sierra Maestra. Dès le mois de janvier 1957, la marche en avant pour la chute du régime Batista avait été amorcée. Effectivement, en janvier 1957, les guérilleros ont attaqué la caserne militaire de la Plata. En février de la même année, l’interview de Fidel Castro effectuée par Herbert Matthews dans la Sierra Maestra, a été génératrice d’une sympathie populaire pour le mouvement révolutionnaire. Mais c’est le mois de juillet 1957 qui était un mois important pour les guérilleros. En effet, le 17 juillet a été créé la colonne numéro quatre commandé par Ernesto Che Guevara et le 30 juillet, Franck Pais a été assassiné. Cet assassinat qui a rendu l’opinion publique de plus en plus hostile au régime de Batista a conduit à un soulèvement populaire. En février 1958, Fidel Castro a donc décidé de créer trois nouvelles colonnes. Le 6 Mai 1958 les armées de Batista étaient envoyées dans la Sierra Maestra avec l‘ordre d’éliminer les guérilleros. Pendant plusieurs semaines et plusieurs batailles, le mouvement du 26 juillet s’est battu contre les armées de Batista. Toutefois, c’est au mois d’aout 1958 qu’allait se produire un événement crucial pour les guérilleros lorsque Batista a donné l’ordre de faire retirer ses troupes armées de la Sierra Maestra. Devant cette preuve de faiblesse de l’armée de Batista, Fidel Castro a décidé d’accélérer la lutte. Raul Castro reçoit l’ordre de se diriger vers la Sierra Cristal. L’objectif a été de construire un deuxième front. Ernesto Che Guevara et Camilo Cienfuegos reçoivent tous les deux l’ordre de se diriger vers le nord de l’ile. Ernesto Che Guevara (qui souffrait d’asthme) et Cienfuegos ont marché pendant six semaines pour atteindre Escambray, une zone montagneuse, afin de diviser l’ile en deux et de préparer l’attaque d’une ville stratégique, Santa Clara. Durant les mois de septembre et octobre 1958, les courageux révolutionnaires étaient les acteurs de plusieurs batailles qui ont eu lieu simultanément dans plusieurs villes de Cuba. En outre, les guérilleros ont été aidés par d’autres mouvements politiques, comme le « directoire révolutionnaire » ou le « parti populaire socialiste ».

Une bataille décisive

En Novembre 1958, la bataille de Guisa qui a duré dix jours révèle tout le courage et la bravoure des guérilleros. Batista avait envoyé plus de 2000 hommes, des tanks, de l’artillerie, l’aviation, et mis en place plusieurs fortifications armées. Ernesto Che Guevarra, Fidel Castro et les autres guérilleros se sont battus comme des lions. Malgré leur infériorité numérique (300 hommes), ils ont présenté à la fin du combat, une perte de huit hommes seulement. En revanche, l’armée de Batista a présenté une perte de plus de 300 hommes ainsi que beaucoup de matériels militaires. Après cette bataille victorieuse des révolutionnaires, les portes de la Havane ont été ouvertes. À la fin de décembre 1958, Batista a envoyé un train blindé pour renforcer ses armées dans l’est de l’ile qui avait été intercepté par les guérilleros. Le 1 janvier 1959, cette intervention marque la chute de dictature de Batista qui s’était enfui de Cuba. Le mouvement M26 avec d’autres groupes radicaux (Parti socialiste populaire et le directoire révolutionnaire du 13 mars) qui ont participé à la chute de la dictature à travers les Organisations Révolutionnaires Intégrées (ORI, Organizaciones Revolucionarias Integradas) créées en 1961 et en fusionnant avec le Parti Uni de la Révolution socialiste, ont fondé en 1965 le nouveau Parti Communiste de Cuba.

jimmy dalleedoo

URL de cet article 20329
   
Même Thème
Cuba. Ce que les médias ne vous diront jamais (prologue de Nelson Mandela)
Salim LAMRANI
En Occident - en Europe et aux Etats-Unis tout particulièrement -, Cuba suscite énormément de critiques et de controverses. Ce petit pays de onze millions d’habitants dispose d’une couverture médiatique disproportionnée par rapport à sa taille et les médias sont unanimes pour stigmatiser la plus grande île des Caraïbes et diaboliser son leader historique Fidel Castro. Les attaques sont virulentes, jamais nuancées et à sens unique. Cuba serait un enfer pour ses habitants avec un système archaïque et (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si notre condition était véritablement heureuse, il ne faudrait pas nous divertir d’y penser.

Blaise PASCAL


Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
91 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.