RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Fin des sanctions au Venezuela (Pétition)

En période de coronavirus, les sanctions internationales nordaméricaine, canadienne et européenne imposées au peuple vénézuélien sont intolérables.

Le Venezuela vit déjà depuis plusieurs années une guerre économique : spéculation sur la monnaie et le taux de change, flux illicites, rétention de marchandises, sabotages de biens publics. Dans ce contexte, les sanctions ne servent qu’à aggraver les difficultés rencontrées à gérer la pandémie et à appauvrir encore plus la population d’un pays déjà fortement meurtri par une hyperinflation et les pénuries.

Les dommages causés par ces sanctions ont dévasté l’économie et le système de santé bien avant la pandémie du coronavirus. Ces sanctions ont un impact négatif sur les infrastructures vitales. Contrairement aux déclarations du 28 avril 2020 de 4 membres européens du Conseil de sécurité de l’ONU (réprésentants de la Belgique, l’Allemagne, la France et l’Estonie), ces sanctions ainsi que des dizaines d’autres implications de la guerre non-conventionnelle contre le Venezuela, ont provoqué une baisse des indicateurs de santé à tous les niveaux, entraînant 100 000 décès à la suite des sanctions. En effet, ces sanctions sont la cause d’une augmentation de la mortalité infantile et adulte, d’une augmentation des maladies, d’une réduction de l’apport calorique, d’une diminution des importations alimentaires. Elles ont également eu un impact négatif sur les services publics tels que l’éducation, l’accès à l’eau potable, l’électricité et les transports. Il est donc clair que les sanctions sont généralisées et affectent la population civile. D’ailleurs, le 6 mai, un groupe d’experts indépendants (1) de l’ONU a exhorté les États-Unis à « lever immédiatement les sanctions » économiques contre le Venezuela qui aggravent la souffrance dans ce pays.

#endCOVIDsanctions – Les sanctions rendent le coronavirus encore plus mortel

Donnons à Sophie Wilmès procuration pour exiger la levée des sanctions à l’ONU.

Le Secrétaire Général des Nations Unies, António Guterres, et la Haute-Commissaire aux Droits de l’Homme, Michelle Bachelet, appellent à la levée de toutes les sanctions économiques unilatérales. Ces mesures auront forcément pour effet de faire s’effondrer les systèmes de santé des pays concernés en pleine pandémie de COVID-19.

Nous souscrivons à cet appel international. Dans le contexte de cette pandémie mondiale et de la crise économique qui s’ensuivra, il est inacceptable que des calculs politiques s’opèrent aux dépens de vies humaines. Nous condamnons la politique unilatérale d’États plus attachés à justifier une politique d’ingérence contre la souveraineté des peuples qu’aux vies humaines des pays ciblés par les sanctions.

Restitution des avoirs

Nous demandons que soit restitué à ce pays 1,6 milliards d’euros dérobés par la chambre de compensation Euroclear basée à Bruxelles ainsi que 1,2 milliards de dollars en réserves d’or du Venezuela volés par la banque d’Angleterre à ce pays et plus de 30 milliards de dollars provenant des comptes bancaires et des avoirs de l’État du Venezuela et des sociétés vénézuéliennes PDVSA et CITGO dérobés par les Etats-Unis. Nous appelons à une levée immédiate de l’embargo économique et financier afin de permettre au gouvernement vénézuélien de subvenir rapidement aux besoins urgents de la population pendant cette pandémie.

Impact pendant la pandémie

En pleine crise du COVID19, les sanctions ont pour conséquence d’augmenter le coût des kits de test et des fournitures médicales. Elles interdisent au gouvernement du Venezuela d’acheter du matériel médical aux États-Unis et dans de nombreux pays européens.

Ces restrictions rendent également plus difficile pour les autorités sanitaires de contrôler la propagation de la maladie dans leur pays.

Appel au gouvernement belge

Nous appelons le gouvernement Wilmès à utiliser son siège temporaire au Conseil de sécurité des Nations unies pour plaider d’urgence en faveur de la levée de toutes les sanctions pour des raisons humanitaires. Punir collectivement des populations entières pendant une pandémie est un crime.

PARTICIPEZ :

Vous souhaitez vous joindre à la lutte contre les sanctions nordaméricaines ? Abonnez-vous à notre lettre d’information et adhérez à notre mouvement. https://www.intal.be/devenir-membre-lid-worden/

(1) Les experts indépendants font partie de ce qui est désigné sous le nom des procédures spéciales du Conseil des droits de l’homme. Les procédures spéciales qui constituent le plus grand groupe d’experts indépendants dans le système des Nations unies des droits de l’homme, sont les mécanismes indépendants d’enquête et de surveillance du Conseil qui traitent, soit de situations spécifiques de pays ou de questions thématiques dans toutes les régions du monde. Les experts des procédures spéciales travaillent sur une base volontaire ; ils ne sont pas fonctionnaires de l’ONU et ne reçoivent pas un salaire pour leur travail. Ils sont indépendants de tout gouvernement ou organisation et siègent à titre individuel.

»» https://www.intal.be/campagne/sanctions/
URL de cet article 36158
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
Chroniques bolivariennes : Un voyage dans la révolution vénézuelienne
Daniel Hérard, Cécile Raimbeau
Après la mort d’Hugo Chávez, que reste-t-il de la révolution vénézuélienne, de ce « socialisme du XXIe siècle » ? Ses obsèques grandioses, pleurées par des foules pendant plusieurs jours et honorées par de nombreux chefs d’État, ont contrasté avec les critiques virulentes dont il avait fait l’objet dans les médias occidentaux. Cécile Raimbeau et Daniel Hérard nous entraînent au cœur de cette révolution pacifique, à la rencontre de la base, des supporters de Chávez. Ils les écoutent et les photographient, en (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Il n’existe pas, à ce jour, en Amérique, de presse libre et indépendante. Vous le savez aussi bien que moi. Pas un seul parmi vous n’ose écrire ses opinions honnêtes et vous savez très bien que si vous le faites, elles ne seront pas publiées. On me paye un salaire pour que je ne publie pas mes opinions et nous savons tous que si nous nous aventurions à le faire, nous nous retrouverions à la rue illico. Le travail du journaliste est la destruction de la vérité, le mensonge patent, la perversion des faits et la manipulation de l’opinion au service des Puissances de l’Argent. Nous sommes les outils obéissants des Puissants et des Riches qui tirent les ficelles dans les coulisses. Nos talents, nos facultés et nos vies appartiennent à ces hommes. Nous sommes des prostituées de l’intellect. Tout cela, vous le savez aussi bien que moi ! »

John Swinton, célèbre journaliste, le 25 septembre 1880, lors d’un banquet à New York quand on lui propose de porter un toast à la liberté de la presse

(Cité dans : Labor’s Untold Story, de Richard O. Boyer and Herbert M. Morais, NY, 1955/1979.)

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.