RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

François Hollande, le candidat anti-finance qui aime les financiers

Le candidat socialiste prétend que son adversaire est « le monde de la finance ». Un regard attentif sur le parcours de ses plus proches conseillers et sur le contenu de ses 60 propositions démontre que, dépassé le stade des envolées rhétoriques, le favori des sondages s’inscrit dans la continuité des politiques d’austérité développées dans la plupart des pays européens.

Dimanche 22 janvier, dans son premier grand discours de campagne, au Bourget, François Hollande a déclaré : « Dans cette bataille qui s’engage, mon véritable adversaire n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature et pourtant il gouverne. Cet adversaire c’est le monde de la finance. ». Il a accusé cet ennemi d’avoir « pris le contrôle de l’économie ». En tant que militants révolutionnaires nous pourrions nous prendre au jeu et nous réjouir d’une telle prise de conscience de la part du candidat du premier parti d’opposition en ces temps incertains de crise économique. Il réveille toutefois des souvenirs douloureux chez les camarades un peu plus âgés : difficile d’oublier les diatribes de François Mitterrand contre « les forces de l’argent » qu’il entendait « défier le regard clair », contre « l’argent qui corrompt, l’argent qui achète, l’argent qui écrase, l’argent qui tue, l’argent qui ruine, et l’argent qui pourrit jusqu’à la conscience des hommes ». Au regard des trahisons passées, le nouveau candidat socialiste présente-t-il plus de garanties que son prédécesseur ?

Les amitiés douteuses de Hollande

Une analyse simple du parcours des membres de l’équipe de campagne du président de la région Corrèze laisse présager le pire. Pierre Moscovici, directeur de campagne du candidat socialiste, est vice-président du Cercle de l’Industrie, un lobby patronal français auprès des institutions européennes qui a coutume d’avoir un vice-président de « gauche » mais aussi, pour faire bonne figure… un vice-président de droite. Parmi les conseillers économiques proches du candidat on peut remarquer des personnalités comme Elie Cohen, administrateur des firmes EDF, Energies Nouvelles, Steria et Pages Jaunes ; Jean-Hervé Lorenzi, administrateur de BNP Paribas Assurances et de la Compagnie financière Edmond de Rothschild ; Jean-Paul Fitoussi, administrateur du trust financier italien Intesa Sanpaolo, de Telecom Italia et de Banca Sella Holding ; Emmanuel Macron, actuel associé-gérant de Rothschild & Cie Banque ou encore Stéphane Boujnah, patron de la branche française du groupe financier espagnol Santander. Depuis des décennies, depuis sa scolarité à HEC et Sciences Po, François Hollande fréquente les plus hauts dirigeants économiques tels que Henri de Castries, actuel PDG d’Axa ; Jean-Marc Janaillac, directeur général développement du groupe RATP ou encore André Martinez, responsable mondial hôtellerie de Morgan Stanley Real Estate. Les diatribes anti-finances du favori des sondages semblent étranges pour un candidat doté d’un tel entourage.

Rapide retour sur les 60 propositions : sympa avec les patrons…

Si l’on se penche sur les 60 propositions, celles-ci révèlent que, dépassé le stade des envolées rhétoriques, le programme économique du candidat socialiste s’inscrit davantage dans la continuité des politiques d’austérité développées dans la plupart des pays européens qu’en rupture avec « le monde de la finance ». Les aides aux entreprises, sous forme d’exonérations d’impôts ou de subventions directes, fil rouge de la politique de tous les gouvernements, de gauche comme de droite, depuis trente ans, se poursuivraient en cas d’élection de François Hollande à l’Elysée. L’objectif déclaré est de favoriser l’emploi en offrant des cadeaux toujours plus importants aux entreprises. Inutile de constater que la courbe ascendante du chômage et de la précarité depuis trois décennies prouve la pertinence de telles initiatives…

En implorant le patronat de maintenir les emplois, les différents gouvernements grèvent le budget de l’Etat sans parvenir à leur objectif déclaré initial mais en revanche renfloue ses caisses de largesses publiques en tout genre. Ainsi, au nom de son « contrat de génération », le favori des sondages souhaite offrir 2,3 milliards d’euros aux entreprises par le biais d’exonérations d’impôts en échange d’un CDI pour un jeune et du maintien de l’emploi pour un senior. Pour « aider l’industrie et la relocalisation de la production » le candidat socialiste propose un nouveau cadeau de 2,5 milliards d’euros. Les entreprises de moins de 5 000 salariés (nous sommes loin de l’image de la-petite-entreprise-dont-le-patron-travaille-beaucoup-et-n’arrive-pas-à -payer-ses-charges-à -la-fin-du-mois) recevraient quant à elles 2,3 milliards d’euros par le biais d’une réforme du taux d’imposition sur les sociétés. Un dernier petit cadeau supplémentaire sera réservé aux seules PME par le biais d’un crédit impôt recherche de 200 millions d’euros. Au total, ces trois mesures rapporteraient aux entreprises 7,3 milliards d’euros ; un total bien supérieur au milliard d’euros supposé de la fameuse taxe Tobin autour de laquelle médias et hommes politiques s’agitent depuis plusieurs semaines.

… plus vache avec le service public

Si François Hollande s’avère généreux envers le secteur privé, les services publics n’auront pas droit aux mêmes égards. La création de 60 000 postes dans l’Education Nationale, un temps envisagée, puis conditionnée à la courbe de la croissance refait maintenant surface, mais à condition que « le nombre de fonctionnaires n’augmentera pas » durant son mandat. Ainsi l’argent que donnera le gouvernement de la main gauche à l’Education Nationale sera repris de la main droite aux hôpitaux, aux transports et aux services sociaux. 2,1 milliards devront être économisés par des réductions de postes dans des services publics déjà mis à genoux par la règle du non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux de Nicolas Sarkozy.

Si on ajoute à cela l’affirmation du maintien du service minimum contre les travailleurs des transports publics, l’absence totale de proposition de revalorisation du SMIC, des bas salaires et des pensions, on en conclut assez clairement que ce n’est pas « le monde de la finance » mais « le monde du travail », le véritable adversaire de François Hollande. L’inverse est de mise également… François Hollande est un des adversaires du monde du travail. Le changement, c’est maintenant, à condition que nous nous organisions toutes et tous contre les politiques d’austérité du prochain gouvernement, qu’il s’assume de droite ou qu’il se prétende de gauche.

Romain Lamel

Source : Courant Communiste Révolutionnaire du NPA

03/02/12

URL de cet article 15762
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Les guerres scélérates : interventions de l’armée US et de la CIA depuis 1945
William BLUM
Le livre "KILLING HOPE - U.S. Military and CIA Interventions Since World War II" de William Blum vient ENFIN d’être traduit en français. Editions Parangon "Nous possédons environ 60% des richesses mondiales, mais seulement 6,3% de la population mondiale... Notre tâche dans l’avenir est...de maintenir cette situation de disparité." George KENNAN, responsable de la planification du département d’Etat, 1948 "Ce livre très documenté relate plus d’une cinquantaine d’interventions américaines de 1945 à (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si notre condition était véritablement heureuse, il ne faudrait pas nous divertir d’y penser.

Blaise PASCAL

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.