RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

FSM Mali : Les paysans africains s’unissent et rêvent de Bolivie, par Christophe Koessler.




Lundi 23 Janvier 2006


Bamako - Le Forum social mondial qui se tient jusqu’à ce soir au Mali a vu converger de nombreux petits paysans africains. Ils peuvent y confronter leurs expériences avec des leaders d’Amérique et d’Asie.


Près de 80% des Africains vivent encore aujourd’hui dans les campagnes. Une réalité qui contribue à l’affluence des ateliers du Forum social mondial sur les problèmes et les défis du monde agricole.

Environ cinq cent militants de confédérations syndicales ou d’associations paysannes, des chercheurs, des consultants ou de simples agriculteurs des cinq continents ont rempli à ras bord jeudi les salles de la modeste Bibliothèque nationale de Bamako. On pouvait y observer une écrasante majorité d’organisations africaines, maliennes principalement. Les Européens, Latino-Américains et Asiatiques ne comptaient qu’une petite dizaines de délégués dans chacune des trois salles. Un voisinage hétéroclite de boubous flambants neufs, d’habits européens usés jusqu’à la corde (ceux des paysans), de coiffes traditionnelles et de casquettes vertes du réseau international Via Campesina. Les discussions ont clairement montré que les paysans du monde entier se retrouvent confrontés, dans un même mouvement, aux privatisations des compagnies agricoles d’Etat, à la libéralisation sélective des marchés et à la confiscation des terres par des sociétés privées ou des agents de l’Etat.


Revenir au maraîchage

« Les institutions internationales nous ont poussé à développer les cultures d’exportation comme le coton, ce qui a entraîné une chute spectaculaire des cours mondiaux », a aussi rappelé un intervenant guinéen lors du séminaire consacré à la souveraineté alimentaire. Ce qui a poussé de nombreuses associations paysannes à conseiller à leurs membres de retourner à des cultures vivrières pour leur propre consommation, comme le sorgo, le mil et le manioc et l’élevage, renonçant ainsi au riz thaïlandais et aux poulets chinois. « Si le gouvernement finançait le développement de l’agriculture de subsistance, notamment dans le bassin du Tchad, nous pourrions largement subvenir à nos besoins et même exporter », assure le secrétaire général du Cadre national de concertation des producteurs nationaux du Tchad, la principale faîtière de ce pays.

On est loin de cet objectif. La part des budgets des pays africains consacrée à l’agriculture est passée de 4% en en 1980 à 1% environ aujourd’hui, a calculé Jacques Berthelot, chercheur à l’Institut national d’agronomie de Toulouse. « Les pays du Nord ont toujours subventionné et protégé leurs marché et cela a permis le développement de l’industrie », affirme-t-il.


La victoire du Mozambique

Mais, avant cela, un problème plus fondamental concerne les petits exploitants : l’accès à la terre. Les participants à l’atelier sur les luttes paysannes ont salué à cet égard les petits producteurs du Mozambique, venus présenter les résultats d’une longue lutte sociale : l’obtention d’une loi très progressiste en la matière. Elle permet à un paysan d’obtenir un titre de propriété sur sa terre s’il la cultive depuis au moins dix ans, et de ne payer aucun impôt s’il ne réalise pas de profits importants.

Une universitaire chinoise a ensuite rappelé que la révolution de Mao avait attribué la propriété des terres aux communautés villageoises qui en avaient usage, et non à l’Etat, connu pour son action inefficace et prédatrice pour les petits paysans en Afrique de l’Ouest. Un véritable exemple pour la chercheuse. Et une alternative à la privatisation actuelle des terres, comme le montre l’exemple philippin : de nombreuses multinationales ont acheté des terres au gouvernement et évincé les petits producteurs pour cultiver des produits d’exportation. Ceux d’entre eux qui sont ensuite engagés comme ouvriers agricoles sont conviés à acheter du maïs transgénique étasunien pour leur survie, raconte M. Antonio, basé à Manille.


En Bolivie, paysans au pouvoir

Le cas bolivien a aussi suscité l’intérêt de l’assistance : « Comment se peut-il qu’un mouvement paysan marginalisé se retrouve à la tête de l’Etat ? » s’est interrogé Isabel Rauber, du centre de recherche argentin Pasado y Presente 21. « Il a fallu briser la logique sectorielle », assure-t-elle. Le mouvement des cultivateurs de coca a su s’allier avec les associations de quartier des villes, les syndicats et les étudiants sur des revendications communes. En Bolivie, ce fut principalement l’accès à l’eau et la redistribution des richesses nationales, le pétrole et le gaz. Au Mali, on pense immédiatement au coton et à l’or, l’un en voie de privatisation, l’autre aux mains de capitaux internationaux.

Christophe Koessler


L’exemple suisse essaime a bamako

Grand sujet de préoccupation pour les paysans du Sud, la question des OGM est largement débattue à Bamako. Mohamed Haïdara, coordinateur de l’ONG Afrique Verte Mali, estime que l’introduction des semences brevetées en Afrique se fait contre le gré des producteurs et sous la pression des puissances industrielles. « Ca commence chez nous avec le coton. Le jour que ce sera le tour des céréales, ça va tuer les producteurs, ils seront obligés d’aller acheter leurs semences à une firme américaine », craint M. Haïdara. Réclamant une protection de la biodiversité, plusieurs participants au Forum ont proposé qu’un moratoire international sur la culture des OGM figure parmi les revendications du mouvement altermondialiste. Avec un copyright suisse ?

Benito Perez /ATS


La dette, thème clé du FSM


« La dette tue, tuons la », « La dette est un fardeau pour les pays pauvres », « Annulation totale et inconditionnelle de la dette des pays du Sud », les banderoles déployées par les participants du Forum de Bamako mettent en exergue la problématique de la dette comme un des thèmes majeurs de cette rencontre. Au cours des ateliers qui se déroulent depuis vendredi à travers la capitale malienne, la dette des pays du Sud a été qualifiée de « partenaire stratégique de la mondialisation » et d’« ennemi intime de la lutte contre la pauvreté ». Ressortissant du Congo-RDC, Jean Nompelé, membre d’un Comité pour l’annulation de la dette du tiers-monde (CADTM), relève que « sur la planète, il faut 80 milliards de dollars pour que les pauvres puissent avoir accès à l’eau, à l’éducation, aux services de santé. Or, explique-t-il, les pays pauvres sont obligés, bon an mal an, de rembourser 300 à 400 milliards de dollars par an pour le service de la dette. »

Barry Aminata Touré, présidente de la Coalition des alternatives dette et développement (CAD-Mali), qui regroupe une soixantaine d’associations, explique que « les privatisations imposées par les grands argentiers du monde alourdissent la dette des pays du tiers-monde. Le mécanisme est simple : on nous dit : privatisez vos sociétés et on vous donnera de l’argent pour renflouer vos caisses ». Le cercle vicieux est relancé. Et l’effet des privatisations aggrave encore la situation. Ainsi la Compagnie malienne pour le développement textile, en cours de privatisation, où « un demi-millier de personnes ont été licencié » et qui s’est « désengagée des activités de développement ». Comme les autres participants au FSM de Bamako, elle réclame « l’annulation pure et simple de la dette des pays du tiers-monde pour les mettre sur les rails du développement ».

La Guinéenne Mariam Diallo va plus loin. Elle propose « un impôt sur les grandes fortunes du monde pour financer le développement du tiers-monde ». AFP


Les sans-papiers privés de « leur » manif


Le réseau français, No-Vox (les sans voix) a appelé, hier, à une manifestation contre les expulsions des sans-papiers et pour dénoncer « la gestion inhumaine de l’immigration par les pays européens ». A l’heure prévue, environ 350 personnes, principalement des Maliens, mais accompagnés d’Européens, étaient présentes au Palais des Congrès et prêtes à se diriger vers l’ambassade de France à Bamako afin d’exiger qu’une délégation des différents collectifs y soit reçue. Cependant, au moment du départ, la rumeur s’est répandue parmi les manifestants que la manifestation pouvait être annulée. En effet, Aminata Traoré, présidente du Forum pour un autre Mali, la star des altermondialistes maliens, idole des médias, aurait incité les organisateurs de la manifestation à l’annuler en estimant qu’une telle démarche était contraire à l’esprit de collaboration dans lequel elle avait travaillé avec la ville de Bamako pour organiser le FSM, selon Jean-Baptiste Eyraud, membre de No-Vox. Cependant, les organisateurs ont décidé de soumettre la décision de l’annulation de la marche à l’assemblée des manifestants, qui a décidé de la poursuivre malgré tout. Aminata Traoré est venue, en personne, y faire valoir son point de vue. Elle qui a récemment créé une association de sans-papiers maliens, peu après la médiatisation de Ceuta et Melilla. La foule n’a cependant pas tenu compte de l’avis de Mme Traoré, qui est repartie sous les invectives de certains de ses compatriotes, plus particulièrement de sans-papiers maliens, qui lui ont reproché son inaction. Après ce départ difficile, les manifestants se sont alors mis en marche, scandant des slogans contre « des expulsions illégales et inhumaines », « les lois répressives de la France ». Ils ont également stigmatisé la complicité des Etats africains qui ne défendent pas les intérêts de leurs ressortissants à l’étranger et leur duplicité sur les questions migratoires, alors que les travailleurs émigrés constituent une source importante de devises pour ces pays. Après une marche d’un km, la manifestation a été bloquée par un cordon policier, rapidement renforcé par des effectifs militaires. Environ 60 représentants des forces de l’ordre ont barré la route au cortège. Après environ une heure de négociations infructueuses avec la police, les organisateurs ont été contraints de demander aux manifestants de rebrousser chemin en leur promettant qu’une délégation des leurs serait reçue aujourd’hui à l’ambassade française.

Stéphane Nicolas


LA RADIO RELAIE LE FORUM


Le Forum social mondial de Bamako ne sera sans doute pas celui qui aura attiré le plus grand nombre de journalistes, si on en juge par l’affluence à la salle de presse ou le peu d’échos dans la presse locale ou internationale. Le FSM a toutefois trouvé un allié précieux : la radio.

Ainsi le réseau associatif Kayira, qui possède six stations au Mali, dont une à Bamako. Radio Kayira se définit comme « la voix des sans voix » et n’aurait pour rien manqué ce Forum social mondial. Selon Coulibaly Doh, l’un des journalistes de cette station affectés à la couverture de l’événement, « Kayira veut aider la population à s’approprier l’événement ». C’est ainsi qu’en dehors de la publicité et de l’actualité, tout le programme a été mis au rythme du FSM avec des informations et des débats. Un exercice aisé, parce que la ligne éditoriale de la radio recoupe la ligne politique du Forum, selon les responsables de la station. C’est pourquoi, en plus de délocaliser les studios sur le site du Palais des congrès de Bamako, Kayira a également invité et pris en charge des organisations paysannes et ouvrières du Mali, dans le cadre d’un collectif formé avec l’ONG de santé communautaire Medes/Sapcom et la Ligue pour la justice et les droits de l’homme. Il s’agit notamment d’assurer la participation des ouvriers des mines, des travailleurs du rail et du secteur agricole, afin que leurs voix soient entendues par leurs camarades des autres pays et par les autorités nationales et internationales.

Pour sa part, Radio Klédu consacre un journal au FSM, tous les soirs à 20 h. Un magazine est aussi programmé pour la fin du forum. Faisant partie des radios privées commerciales les plus importantes et les plus prospères du Mali, Klédu n’en a pas moins de sympathie pour le mouvement altermondialiste. En atteste, selon le coordonnateur de l’opération, Boubacar Togola, le regard « sans complaisance » porté par l’équipe rédactionnelle sur la mondialisation. Mais c’est à la faveur d’un partenariat financé par la Fondation Fredrich Ebert que la radio a pu sortir les grands moyens pour informer ses auditeurs sur le déroulement et les débats du Forum. Un comité de quatre journalistes a été mis en place, ainsi qu’une équipe mobile de reporters chargés de couvrir le plus grand nombre de sites et d’événements. Un studio a également été installé sur le site du Centre international de conférence, pour être le point nodal de cette opération. Toutefois, prévient Boubacar Togola, « nous sommes aussi critiques des politiques néolibérales que du mouvement altermondialiste si cela nous semble justifié ».

Sur Internet, les jeunes du mouvement contre le néolibéralisme se proposent aussi de « tout dire » à travers Radio Béfô, la station installée au camps de la jeunesse Thomas Sankara, accessible sur www.fsmmali.org/jeunes/radio.

Souleymane Niang/Panos-Info / Benito Perez


- Source : Le Courrier de Genève www.lecourrier.ch

Le Courrier n’a pas de capital, mais il a une richesse : son lectorat. Abonnez-vous !


Bolivie : Révolution dans les Andes, par Richard Gott - CounterPunch.


Mali & Niger : la mondialisation néolibérale contre les plus pauvres, par Jean Nanga.


Famine et marchandisation de la charité au Niger, par Jean Nanga.<BR>
Des villageois réduits à manger des feuilles.

Organismes Génétiquement Modifiés (OGM) dans l ’agriculture : Enjeux et Etat des lieux en Afrique de l’Ouest.

L’USAID : comment faire pour que le monde ait faim de cultures génétiquement modifiées.

Mensonge de la FAO : le coton génétiquement modifié BT ne bénéficie pas aux agriculteurs.

A qui profite l’aide alimentaire ? par Matt Mellen.



- Photo : www.fsmmali.org/jeunes/radio


URL de cet article 3201
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Le Krach parfait
Ignacio RAMONET
Crise du siècle et refondation de l’avenir Le capitalisme connaît en moyenne une crise grave tous les dix ans. Mais un séisme économique d’une aussi forte intensité que celui de l’« automne noir » 2008, il ne s’en produit qu’un seul par siècle. Aucun autre cependant, avant celui-ci, n’avait conjugué une somme de menaces croisées aussi alarmantes. Tout le système financier - banques, bourses, caisses d’épargne, agences de notation, normes comptables - a craqué. Et une doctrine a fait faillite : celle du (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Nous devons employer la force parce que nous sommes l’Amérique. Nous sommes la nation indispensable.

Madeleine Allbright
Secrétaire d’Etat des Etats-Unis

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.