RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Grâce aux Etats-Unis, les cheikhs pétroliers deviennent atomiques

Aujourd’hui, lundi 25 mai et mardi, le président Sarkozy part aux Emirats Arabes Unis où la vente de 60 avions Rafale dont on nous parle beaucoup depuis hier (et surtout de ça), n’est qu’une partie de l’objectif du voyage. Sur le site de l’Elysée où je vous recommande une petite visite http://www.elysee.fr/documents/... , vous trouverez quelques autres aspects politiques et économiques décrits aussi par Manlio Dinucci dans son article. Pour finir, avant une visite "à la base aérienne d’Al Dhafra. Rencontre avec les équipages français et émiriens . Défilé aérien. Présentation aérienne du Rafale", un "déjeuner offert par Cheikh Khalifa Bin Zayed al-Nahyan en l’honneur de M. le Président de la République (française)", entre personnes modérées ; Issa Bin Zayed al-Nahyan, le tortionnaire âpre en affaires (voir Tortures dans les Emirats : le silence complice de l’Italie bipartisane, autre article de Manlio Dinucci ), et frère de l’hôte, sera sans doute aussi au déjeuner. "Mais pourquoi donc un pays comme les Emirats, qui possède des réserves de pétrole et de gaz suffisantes pour plus d’un siècle, veut-il se doter d’une industrie nucléaire ?" (Dinucci). bonne lecture. m-a

A la veille du G8 sur l’énergie, les Etats-Unis ont signé un important accord avec les Emirats Arabes Unis. Non pas pour importer du pétrole, dont les E.a.u sont le troisième exportateur mondial, mais pour leur fournir une autre énergie. Nucléaire. Avec les technologies et le matériau fissile fournis par les Etats-Unis, les Emirats disposeront de réacteurs nucléaires d’ici dix ans. L’accord, stipulé par l’administration Bush en janvier, a été approuvé le 19 mai par le président Obama, qui garantit qu’« il ne comportera aucun risque irraisonnable, mais sera promoteur d’une défense et d’une sécurité communes ». Il doit maintenant être approuvé par le Congrès. C’est là que quelques voix d’opposition se sont élevées, après la découverte d’une vidéo sur les tortures pratiquées par un cheikh des Emirats (voir il manifesto, 3 mai et..).

A Washington on se dit cependant confiant sur le fait que l’enquête ouverte à Abu Dhabi sera conduite de façon transparente. Et donc certain que l’accord sera ratifié.

Celui-ci portera sur au moins 40 milliards de dollars, dont le plus gros ira aux multinationales - General Electric, Westinghouse, Bechtel et quelques autres- qui construiront les sites nucléaires dans les Emirats. Des accords analogues, stipulés avec l’Arabie saoudite, le Bahreïn, l’Egypte, le Maroc et l’Algérie seront certainement approuvés par l’administration Obama. Mais la concurrence ne manque pas. Le 20 janvier, le Japon aussi a signé avec les Emirats un mémorandum qui prévoit la fourniture de technologies nucléaires. Le 11 mai, la France a annoncé un accord imminent pour la fourniture de technologies nucléaires à l’Arabie Saoudite, semblable à ceux qu’elle a déjà signés avec l’Algérie et la Libye. Le 13 mai est arrivée à Abu Dhabi une délégation du « Groupe de fournisseurs nucléaires », dont font partie les gouvernements de 45 pays parmi lesquels l’Italie (et la France, note de la traductrice à la demande de l’auteur), pour montrer leur catalogue comprenant toute la gamme des technologies nucléaires « à buts pacifiques ». On voit donc s’ouvrir une grande campagne promotionnelle, à laquelle participent aussi la Russie et la Chine, pour relancer l’industrie nucléaire en crise (pour des raisons de coûts et de sécurité), afin de vendre des centrales « clés en main » au Proche-Orient et en Afrique du Nord.

Mais pourquoi donc un pays comme les Emirats, qui possède des réserves de pétrole et de gaz suffisantes pour plus d’un siècle, veut-il se doter d’une industrie nucléaire ? Officiellement, parce qu’il a besoin de produire plus d’électricité. Pour fournir de l’énergie propre à une population qui n’atteint pas 5 millions d’habitants, il suffirait pourtant de développer les implantations solaires, qu’il a commencé à construire. L’objectif de la maison royale est en réalité tout autre : entrer dans le club des pays nucléaires en acquérant la capacité de pouvoir un jour construire des armes nucléaires. Formellement, les E.a.u. et les autres monarchies du Golfe adhèrent au Traité de non-prolifération (Tnp). Personne ne peut savoir, toutefois, quelle sera leur décision dans l’avenir. De leur côté, le gouvernement Usa et d’autres, alors qu’ils accusent l’Iran (qui adhère au Tnp) d’utiliser le nucléaire civil à des fins militaires, aident Israël (qui n’est pas adhérent au Tnp) à potentialiser son propre arsenal nucléaire : et ce en passant sous silence le fait que, étant le seul au Proche-Orient à posséder des armes nucléaires, Israël pousse les autres dans la même direction. Aujourd’hui, pour garder sous leur influence cette aire stratégique, les Usa aident les monarchies à prendre la voie du nucléaire. La situation sera par conséquence encore plus explosive dans Golfe où les centrales nucléaires provoqueront des dégâts environnementaux et constitueront des cibles d’attaques potentielles. On prépare ainsi, dans le laboratoire de la politique, la nouvelle réaction en chaîne pétrole-nucléaire.

Reçu de l’auteur et traduit par Marie-Ange Patrizio
Cet article sera disponible dans l’édition de dimanche 24 mai 2009 de il manifesto
http://www.ilmanifesto.it/il-manifesto/in-edicola/numero/20090524/pagina/08/pezzo/250642/

Rappel (janvier 2008) :

Dans une interview publiée par un quotidien saoudien, Nicolas Sarkozy confirme que la France et les Émirats arabes unis signeront un accord de coopération dans le nucléaire civil lors de sa visite à Abou Dhabi, mardi (janvier 2008) (...)"J’ai souvent dit que le monde musulman n’était pas moins raisonnable que le reste du monde pour recourir au nucléaire civil pour ses besoins en énergie dans la pleine conformité avec les obligations découlant du droit international", ajoute-t-il.

Lapsus significatif ou propos délibérés ? Nicolas Sarkozy a bien évoqué le monde musulman, et non pas le monde arabe. Doit-on à ce point mêler la religion à la politique et l’économie ? Propos surprenants tout de même de la part d’un chef de l’Etat d’une nation laïque ...

Le chef de l’Etat, qui se rend pour la première fois dans le Golfe depuis son élection, a également qualifié l’Arabie Saoudite d’"allié incontournable de la France dans la région", parce qu’elle est "un pôle de modération et de stabilité".

A l’inverse, il réaffirme sa volonté de "poursuivre avec une grande détermination" dans la voie d’un renforcement des sanctions internationales pour contraindre l’Iran à suspendre ses "activités sensibles" dans le nucléaire".
(http://www.leblogfinance.com/2008/01/sarkozy-confirm.html )

URL de cet article 8630
  

Les Cinq Cubains (éditions Pathfinder)
Une sélection d’articles de l’hebdomadaire The Militant depuis 13 ans sur le combat pour libérer Gerardo Hernández, Ramón Labañino, Antonio Guerrero, Fernando González et René González. Les Cinq Cubains, connus sous ce nom à travers le monde, ont été condamnés par le gouvernement U.S. sur des chefs d’accusation de « complot » fabriqués de toutes pièces et ont reçu des sentences draconiennes. Ils sont emprisonnés depuis leur arrestation après les rafles du FBI en 1998. Leur « crime » ? Avoir surveillé les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.