RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Identité nationale : E Besson poursuit la "démocratisation" du racisme et du sécuritarisme.

Identité nationale : E Besson poursuit la "démocratisation" du racisme et du sécuritarisme.

La "préférence nationale", c’était la formule xénophobe de Le Pen. E Besson, après N Sarkozy et B Hortefeux, reprend lui un fil similaire quoique d’apparence plus neutre : l’identité nationale. Il voudrait faire croire au peuple qu’il s’agit d’un débat neutre. Qui peut être encore dupe ?

Que les élites "républicaines", bien au-delà des forces d’extrême-droite, soient à l’origine de la massification de la xénophobie et du racisme n’est pas une nouveauté. Sans vouloir remonter trop loin, il sera aisé de se souvenir de la campagne des élections de 1997 et surtout de celles de 2002 où la diffusion d’images d’émeutes et de discours sécuritaires fut massives, répétées allant bien au-delà de la réalité française. Pour dire vrai c’est comme si toute la France connaissait la vie de seulement quelques quartiers ou villes du pourtour parisien. Là réside l’intox. Sans doute d’autres villes que celles autour de Paris ont pu connaître des agitations et des affrontements avec la police. Mais les images et le discours acritique d’accompagnement a généralisé sur le mode de la contagion la peur de la délinquance qui a rapidement pris la forme d’une haine des migrants ou ex-migrants.

La "lepénisation des esprits" c’est cette démocratisation de la haine par les dirigeants politiques et les intellectuels médiatiques. Eric Besson poursuit le sale boulot de la droite qui elle-même démocratisait ce que Le Pen ne réussissait pas à faire. Cette démocratisation de la xénophobie permettait de se faire élire sur la base d’un irrationnel très droitier. Les médias ont une responsabilité immense dans l’affaire (1). Pourtant les résultats électoraux montraient que les régions les plus touchées par le vote FN n’étaient pas celles où il y avait le plus d’immigrés ou d’étrangers. Voilà qui aurait du montrer l’influence néfaste des médias. A cela il faut ajouter qu’il est courant que soit nommé immigré une personne française depuis bien longtemps . Voilà , là encore une opération qui montre que le phénomène de racialisation essentiel à la constitution du racisme passe par une confusion terminologique de ce type . Celle-ci on la doit à Jean-Claude Barreau depuis 1995 (Le Monde du 28/4) avec la formule "immigrés nés en France". Voilà qui permet d’emblé de belles stigmatisations pour les adeptes du FN . En fin de compte, cette dynamique cocardière risque fort de faire régresser la dynamique "Liberté, Egalité, Fraternité" qui symbolise l’idéal républicain français (1) : moins de liberté, moins d’égalité, moins de fraternité.

Il ne faut pas s’arrêter là même si cette critique est essentielle. En effet, ce qui est dangereux pour 95 % des français et les résidents étrangers en France, ainsi que le répète ATTAC, c’est le soutien des dirigeants politiques au petit monde de la finance. S’assurer la confiance des marchés financiers c’est perdre la confiance du peuple. On comprendra alors qu’il faille trouver un discours qui brouille les consciences pour camoufler la trahison des élites très soucieuse de l’intérêt d’une minorité parasitaire.

JJ Lakrival

1) Une campagne maltraitée : Hebdos 2002 : où est passée la campagne présidentielle ?

2) Le "carré républicain" : Liberté, Egalité, Adelphité, Laïcité.

URL de cet article 9396
  

Vive le Che !
Jean ORTIZ
Comment expliquer en 2017 le prestige têtu de Che Guevarra, la fascination qu’il exerce encore et toujours ? Le nouvel ouvrage de Jean Ortiz propose une analyse et un point de vue fournis et argumentés, à contre-courant des poncifs et des contre-vérités qui ne manqueront pas de ressurgir en ce cinquantième anniversaire de son assassinat. Il est évident que se joue sur cette figure du combat anticapitaliste comme dans son legs au mouvement pour l’émancipation humaine, une bataille toujours aussi (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il n’y a pas de pays musulman plus intégriste que l’Arabie Saoudite (...) et pourtant c’est à la fois un ami et un pays important pour les Etats-Unis. (...) Nous ne devons nous opposer à l’intégrisme que dans la mesure exacte où nos intérêts nationaux l’exigent.

James Baker
Ministre des Affaires Etrangères des Etats-Unis, 1996

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.