RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Il est passé par ici…

Il est passé par ici…

La guerre contre le terrorisme ne serait-elle qu’une vaste fumisterie ?

Vous connaissez cette comptine ? Sauf que dans le cas présent, il s’agit d’une barbouze de la pire espèce, qui tue comme il respire. Ils (sa hiérarchie, c-à -d Leon Panetta (probable futur sinistre de la défense), seule, car les politiques (mis à part Obama, Clinton, Mullen et Kerry) n’ont pas droit à être informé - ou si peu, car quasiment aucune information, ni aucun contrôle sur ce genre d’opérations spéciales - (de saloperies intégrales, oui ! qu’ils aseptisent en la qualifiant pudiquement de « guerres sales », c’est dire le niveau…) lui a attribué un faux nom (aussi bidon que la "mission"), *Raymond Davis (probable agent de la redoutée commando US « task force 373 - TF373 -), qui avait flingué de cinq balles dans le dos, tirée à bout portant, deux agents du renseignement pakistanais, l’ISI (Service de renseignement pakistanais) Ce tueur (dépourvu de conscience ou grand professionnel, au choix), après avoir accompli tranquillement ces assassinats, alla jusqu "au coffre de sa voiture garée non loin, en tira un appareil photo, puis photographia le cadavre de ses victimes (certainement pour étayer le dossier qu’il enverrait à la CIA ? ) ; ensuite, deux de ses complices (de soi-disant diplomates) venu en renfort, avait dans leur fuite - avec leur Lange Rover - écrasé et tué un passant innocent.

Ce n’est pas tout ! Ces horribles salauds - ont été voir ou ont envoyé des complices - chez les familles de leurs victimes (entre-autre, une veuve et ses enfants qu’ils ont copieusement tabassé) pour les menacer de mort en les tabassant **(un oncle de la victime, parce qu’il osait s’interposer et résister à ces pourris, fut obligé, sous la menace d’armes à feu, d’avaler des pilules mortelles). Après cela on vous dira que le gouvernement pakistanais est passif et le complice actif des terrorismes (au vu de ces informations (et bien d’autres), il s’agirait plutôt de manipulations (concertées ? va savoir…) d’organisations terroristes entre les plus hautes instances du commandement barbouzard et militaire US et du commandement barbouzard et militaire pakistanais (le HQG - Haut Quartier Général des Forces Armées), ce qui apparemment n’évitera pas (ça semble plus que probable) un conflit ouvert entre ces deux nations.

Certains déclarent qu’il s’agirait d’une vaste opération d’enfumage, destinée à détourner (pudiquement) l’attention des médias sur l’effondrement de moins en moins inévitable - dans quelques semaines, voire quelques mois tout au plus - de l’économie étasunienne. D’ailleurs, sur le téléphone portable de Raymond Davis, l’ISI (Service de renseignement pakistanais) a retrouvé la trace de deux appels (information parue dans « The Express Tribune ») : « Son téléphone portable a révélé des contacts avec deux auxiliaires d’Al Qaeda au Pakistan, Tehreek-e-Taliban du Pakistan (TTP) et le sectaire Lashkar-e-Jhangvi (LeJ), ce qui fait croire qu’il était impliqué dans les attentats qui ont frappé les forces de sécurité pakistanaises et la population. Ceci indique que les Etats-Unis travaille avec les Talibans et Al Qaeda contre l’état pakistanais afin de viser, selon un officiel, les installations nucléaires pakistanaises. »
De quoi donner des sueurs froides, tout de même !

Ce n’est pas tout, Raymond Davis, (apparemment un "rouage" important de toutes cette machination), paraît s’être fait démasquer (pas seulement pour les assassinats bestiaux) suite à des relations traîtresses avec certains (peut-être pas ? car qui manipule qui dans cette affaire ?), dont voici des extraits (d’informations ?) parus dans « The Nation » : « Un avocat local a présenté à la justice un document affirmant que l’accusé, Raymond Davis, préparait une cartographie des lieux sensibles au Pakistan via un système de GPS installé dans sa voiture. Il a ajouté que des puces téléphoniques, des armes à feu et des caméras ont été trouvés sur les lieux du crime le 27 janvier 2011. », ainsi que : « Ainsi, la puce électronique de Raymond Davis a permis d’identifier de futures cibles dans les régions tribales. Il est probable qu’il était assisté par des recrues ou des membres locaux de Tehreek-e-Taliban. », et pour finir : « La vérité est que Raymond Davis photographiait depuis un certain temps des installations sensibles et des madrasses, le genre d’activité à laquelle se livrent les espions qui cherchent de nouvelles cibles. Il a aussi été en contact étroit avec des membres d’organisations terroristes, ce qui laisse entendre un lien entre la CIA et les attentats au Pakistan. » ;

une fois encore, nous mettons en garde les lecteurs de ces quelques lignes, toutes les informations concernant Raymond Davis sont à prendre avec des pincettes…

Vous pensez bien que toute cette affaire (l’affaire Raymond Davis) a été suivi de près (de très près même) par les services secrets du monde entier, et qu’en conséquences, les conclusions qu’ils pourraient tirer de toute cette merde (après l’assassinat "ciblé" de Ben Laden par un commandos surarmé de « Navy Seals »), sont assez contradictoires. Certains ont compris la gravité de la situation… et se préparent dorénavant à un conflit majeur (Russes en tête de peloton, Poutine a même déclaré, lors d’un récent entretien, que son pays avait compris la situation et qu’il s’armerait en conséquence…)

Justice a été faite !

Bien qu’il a tué ses victimes à Lahore, sous juridiction du gouvernement du Punjab, lequel est constitué d’élus du PML-N (Pakistan Muslim League-Nawaz), qui est le principal parti d’opposition à Zardari, il n’y a aucune inquiétude à avoir sur le sort de Raymond Davis, ce dernier a été "extrait" (suite aux pressions étasuniennes, au plus haut niveau de l’Etat) via l’ambassade des Etats-Unis (malgré de nombreuses manifs de Pakistanais hostiles à son "extraction" vers son pays d’origine afin qu’il soit jugé en règle au Punjab pour ses crimes) et ne sera donc pas jugé… Justice a été faite ! (Vive la liberté et la justice américaines)

* paru le 27 février 2011 sur le site « LGS », un article de Mike WHITNEY intitulé :
« Pakistan : l’affaire Raymond Davis. Un agent de la CIA, accusé d’un double-meurtre, révèle d’étranges accointances. » vous lirez par le menu les misérables "exploits" de cette crapule immonde. Ce criminel apparaît à nouveau dans un article de Philippe Leymarie, paru le 2 mai 2011 sur le site « Le monde Diplomatique » et intitulé : « Forces spéciales et assassinats ciblés », axé (en partie seulement) sur l’élimination de Ben Laden - la cinquantaine de « Navy Seals » qui ont été acheminé sur place pour liquider Ben Laden, appartiennent au groupe aéronaval, Carl Vinson, déployé en mer d’Oman - sans qu’il ne soit fait allusion à cette (très) récente "mission" au Pakistan. Curieux, non ?

** un article paru dans « The Nation » : « Trois hommes armés ont forcé Muhammad Sarwar, l’oncle de Shumaila Kanwal, veuve de Fahim abattu par Davis, d’avaler des pilules après avoir fait irruption dans sa maison à Rasool Nagar, Chak Jhumra. Sarwar a été emporté d’urgence à l’hôpital dans un état critique où les médecins tentent de le sauver depuis Jeudi. Le frère de Muhammad Sarwar a déclaré à « The Nation » que trois hommes armés ont fait irruption dans la maison après avoir cassé une vitre. En entendant le bris de verre, Muhammad Sarwar est sorti. Les malfrats ont commencé à le rouer de coups. Les autres membres de la famille, dont des femmes et enfants, qui se sont précipités à son secours ont été pris en otage et battus. Les trois malfrats ont ensuite pris tout le monde en otage sous la menace de leurs armes et obligé Sarwar a avaler des pilules. »

il repassera par là …

Conclusion (très, très) provisoire :

Il faut qu’ça saigne…, bien fort !

Les forces spéciales (étasuniennes, anglaises et françaises) se sont déployées depuis le début de mois de mars 2011 en Libye (les forces spéciales opèrent aussi en Côte d’Ivoire, malgré de nombreux démentis officiels), et opèrent sur ces théâtres d’opération (guidages de drones - par exemple « Predator » - , de bombes ou de missiles, assassinats ciblés, etc.), sans aucune légalité. Mais pourquoi se gêneraient-ils ? (pour l’instant aucune protestation sérieusement ne les a freiné, alors…) Barack Obama avait promis (au monde entier à et ces adversaires en particulier) qu’après les attentats du « 11 sept. », les Etats-Unis opéreraient totalement différemment dans le monde, c’est fait… depuis dix ans, « la guerre de tous contre tous » fait rage partout sur la planète terre, et le monde n’a pas fini de saigner !

NON A LA GUERRE !

PS : voici le "plan de fonctionnement" (assez succinct il est vrai) de ces commandos spéciaux (il s’agit parfois d’"officines" ou "agences" privées de tueurs et de mercenaires, comme en Tunisie par exemple) qui opèrent actuellement dans le monde, pour le compte des Etats-Unis, l’Angleterre, la France, etc. :
- la recherche et la transmission de renseignements ;
- la neutralisation d’objectifs vitaux ( pour l’adversaire ) ;
- l’ouverture de théâtre et la préparation de sites pour l’accueil d’unités conventionnelles ;
- le contrôle avancé et le guidage d’aéronefs pour des opérations aéroportées ou des frappes aériennes ;
- les opérations psychologiques ( PSYOPS ) ;
- la protection de personnalités ( VIP ) ou de sites sensibles à l’étranger ;
- la formation, l’assistance et l’encadrement de mouvements ou pays amis pour la conduite d’opérations militaires, d’action de guérilla ou de contre-guérilla.

C’est ce que les "actualités" (si l’on peut qualifié de la sorte, l’infâme bouillie qu’ils nous servent au cours de JT ou autres "célébrations" médiatiques) nous ont permis de constater (malheureusement) en Libye, en Côte d’Ivoire, au Yémen, etc., etc. en toute illégalité, bien entendu !
Ces « forces spéciales » opèrent souvent à l’arrière des lignes ennemies (mais pas que, elle pourraient tout aussi bien opérer sur le territoire de nations dites démocratiques si le besoin s’en faisait ressentir), sous camouflage, sans respect des usages militaires habituels ( uniformes, rites, lois de la guerre, etc. ) (c-à -d, tout - ou presque - est permis !), tout ceci grâce aux cartes de « Google Earth » (entre-autre…, merci tout de même à  Google !), la CIA (Central Intelligence Agency) opère au Pakistan et plus précisément pour la mise en oeuvre de certains de ses drones, à partir de la base de l’armée de l’air pakistanaise de Shamsi (ou Bandari), située à 300 km de la ville de Quetta (un des fiefs des talibans pakistanais), et à 150 km des frontières afghane et iranienne. Moshin Hamid racontait récemment, sur le site du « Guardian » de Londres, avoir aperçu nombre d’agents probables de la CIA (Central Intelligence Agency) dans la région de Lahore (tiens, tiens). Dans une artère de cette ville, deux Pakistanais avaient été tués en février dernier par Raymond Davis, reconnu plus tard comme agent de la CIA (Central Intelligence Agency), et faisant partie sans doute de l’équipe chargée de retrouver la trace de Ben Laden.
Ces dernières années, la centrale de renseignements étasunienne, lancée sur les traces de Ben Laden depuis plus de dix ans, avait renforcé ses effectifs au Pakistan, et procédé à des centaines « d’assassinats ciblés », grâce aux frappes de drones "Predator" : en deux ans, analysait la semaine dernière le « New York Times », Panetta (probable futur sinistre de la défense) a « aidé » à transformer l’agence d’espionnage en organisation paramilitaire, notamment en augmentant l’utilisation de drones au Pakistan, tandis que le Général Petraeus ( actuel chef des opérations en Afghanistan, et promis à la direction de la CIA ) a joué aux espions en s’appuyant sur des unités spécialisées et des entreprises privées spécialisées dans la sécurité pour mener à bien des missions secrètes pour « l’armée ».
« Le résultat est que les militaires et les espions sont parfois virtuellement impossibles à distinguer quand ils mènent des opérations classifiées au Moyen-Orient et en Asie Centrale. Certains membres du Congrès s’en sont plaint, en disant que cette nouvelle façon de faire la guerre ne permet qu’un maigre débat sur l’échelle et l’envergure des opérations militaires. En fait, les agences militaires et d’espionnage étasuniennes opèrent dans un tel secret qu’il est souvent difficile de trouver des informations spécifiques sur le rôle étasunien dans des missions majeures en Irak, Afghanistan, Pakistan, et maintenant en Libye et au Yémen. »

« Les temps changent, les gens changent » dit l’adage, il ne serait pas étonnant que la roue tourne au point que les commanditaires de "cibles" (ces affreux ennemis N°1, tueurs sanguinaires sans pitié, etc.) deviennent à leur tour des cibles potentielles à abattre… après tout, « le guerre de tous contre tous » (telle la CREATURE qui échapperait au contrôle de ses créateurs et se retournait contre eux ? ), pourquoi pas ?
Les ravages de la mahousse crise systémique qui se profile à l’horizon fera peut-être éclater la belle unité de façade des états nord-américains ? Les états "riches" contre les états "pauvres" par exemple, tant le monde occidental est mal en point…

URL de cet article 13604
  

Même Thème
Interventions (1000 articles).
Noam CHOMSKY
à l’occasion de la sortie de "Interventions", Sonali Kolhatkar interview Noam Chomsky. Depuis 2002 le New York Times Syndicate distribue des articles du fameux universitaire Noam Chomsky, spécialiste des affaires étrangères. Le New York Times Syndicate fait partie de la même entreprise que le New York Times. Bien que beaucoup de lecteurs partout dans le monde peuvent lire des articles de Chomsky, le New York Times n’en a jamais publié un seul. Quelques journaux régionaux aux Etats-Unis (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je n’accepte plus ce que je ne peux pas changer. Je change ce que je ne peux pas accepter.

Angela Davis

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.