RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Ils complotent contre notre retour en Palestine

« Ils », ce sont les États-Unis et les États européens. L’envoyé américain Kerry vient de proposer une « solution » pour enterrer la Palestine et installer définitivement l’État colonial en Palestine occupée : la liquidation de la cause des réfugiés palestiniens (plus de 6 millions de réfugiés, sans compter les personnes déplacées vivant dans les terres occupées en 1948 et les dizaines de milliers de Palestiniens expulsés depuis 1967), en assurant leur transfert vers les États du Golfe et d’autres pays, déplacement qui serait financé par les mêmes États du Golfe.

De même, lors de sa visite en Palestine occupée, le président français a osé soumettre un plan similaire au président palestinien, consistant à supprimer le « droit au retour » des réfugiés palestiniens qui, selon lui, empêche tout règlement du conflit arabo-sioniste dans la région.

Les forces de l’impérialisme mondial pavanent et se prennent pour Dieu le Tout-Puisssant. Elles profitent de l’état de délabrement arabe et de l’isolement de la Palestine et des Palestiniens pour faire passer ce dont elles ont toujours rêvé et pour quoi elles ont toujours comploté : nous empêcher de retourner en Palestine, notre patrie, où se trouvent nos biens confisqués et nos maisons, nos familles et nos racines.

Les plans de « relogement » des réfugiés palestiniens dans le monde n’ont jamais cessé depuis 1948. Nous sommes l’épine qui les empêche de bâtir leurs châteaux de sable et de parfaire leur crime en installant une colonie de peuplement en Palestine. Des centaines de conférences internationales ont été tenues pour décider que faire de nous. Toutes les propositions furent étudiées, sauf celle consistant à nous faire passer la « frontière » pour que nous retrouvions nos familles, nos biens et nos maisons. Et pourtant, ce plan est le plus juste et le plus simple. Il est refusé parce qu’ils veulent un État à 100% juif, qui serait le modèle de leur démocratie occidentale, c’est-à-dire basé sur une épuration ethnique et sur une histoire mythique et où les paroles hypocrites cachent les crimes réels.

Des centaines de conférences et de réunions de travail ont réuni des experts de tous bords, depuis 1948, pour discuter des modalités de compensations pour nos maisons et nos biens détruits ou envahis par les hordes sionistes, en 1948 et plus tard. Mais ce que n’ont pas voulu comprendre ces experts, c’est que les compensations ne remplacent pas notre droit au retour, et que toutes les fortunes du monde ne peuvent remplacer les retrouvailles familiales.

De plus, ils ne veulent pas comprendre que le droit au retour de tous les réfugiés palestiniens à leurs terres et leurs biens et à leur terre spoliée est d’abord une question de justice, sans laquelle il ne peut y avoir aucune justice dans le monde. Entériner la présence sioniste en Palestine, c’est entériner et légaliser toutes les injustices dans le monde, celle qui consiste à envahir un pays, à expulser sa population et à piller la terre et les ressources du pays. C’est aussi instaurer une norme qui consiste à épurer ethniquement et religieusement un pays, à assassiner tous ceux qui gênent le projet colonial, à massacrer une population, à poursuivre les massacres et les pillages et à emprisonner des centaines de milliers de fils de ce peuple. Quand ils entérinent et légalisent de telles pratiques, c’est la paix mondiale qui est menacée par les pratiques terroristes émanant d’une telle entité.

Les réfugiés palestiniens peuvent être déplacés, ici et là, soit à cause des conflits qui surgissent dans les États arabes, soit à cause de leur désir d’améliorer leur situation individuelle et celle de leur famille. Mais cela ne supprime en aucun cas leur droit de retourner en Palestine, que l’ONU et ses organismes l’admettent ou ne l’admettent pas. Le droit du retour ne se mendie pas auprès des organismes internationaux et comme tout droit, il s’arrache par une lutte persévérante, consistant à le réclamer d’abord, à empêcher sa liquidation par les comploteurs de tout bord, à le fixer dans la conscience des nouvelles générations, et à prendre les armes pour l’appliquer. Depuis 1948, c’est ainsi que le peuple palestinien a pu maintenir et préserver son droit, celui de libérer sa terre et d’y retourner, pour y vivre libre et souverain.

Malgré les reculs d’une certaine élite, plus soucieuse de faire partie du monde des affaires et de l’élite impériale que d’assurer les conditions de lutte de son peuple, malgré la « fatigue » d’une classe moyenne, due à l’absence d’un projet national cohérent et des défections au fil des années, la majorité du peuple palestinien garde l’espoir du retour des réfugiés et de tous les déplacés et expulsés à leur patrie. Il suffit de se remémorer la Nakba, dans ses détails, pour avoir la certitude que l’État colonial ne peut survivre. Jusqu’à présent, le massacre de Kfar Kassem, commis en 1956, soit 8 ans après la Nakba, est remémoré et vécu dans son quotidien, et les Palestiniens disent : « nous n’oublions pas, nous ne pardonnons pas », précisément parce que c’est la même attitude coloniale, c’est la même idéologie criminelle, ce sont les mêmes tueurs qui poursuivent notre peuple, depuis plus de 100 ans maintenant.

Qu’ils échafaudent des plans comme bon leur semble, qu’ils manigancent et complotent, les réfugiés palestiniens ont l’intention de retourner dans leur pays. Ils savent depuis 1917 qu’ils ne peuvent compter sur ce qui s’appelle « communauté internationale » ni sur les puissances mondiales impérialistes pour recouvrer leurs droits. Ils savent qu’ils doivent compter sur leurs propres forces d’abord et peuvent compter ensuite sur les consciences libres dans le monde.

Notre retour en Palestine est inéluctable comme l’est la fin de l’entité coloniale, comme l’est également la libération du monde arabe de l’emprise impérialiste. Malgré la situation difficile actuelle, c’est vers de nouveaux horizons que nous allons, où ni la France, ni l’Europe, ni les États-Unis, ni l’ONU ne pourront décider de notre sort. C’est ce que nous ont appris les générations passées et les luttes qu’elles ont menées, et c’est ce que nous transmettons aux nouvelles. Nous sommes indéracinables.

Fadwa Nassar

»» Assawra.info
URL de cet article 23686
  

Même Thème
Impérialisme humanitaire. Droits de l’homme, droit d’ingérence, droit du plus fort ?
Jean BRICMONT
Jean Bricmont est professeur de physique théorique à l’Université de Louvain (Belgique). Il a notamment publié « Impostures intellectuelles », avec Alan Sokal, (Odile Jacob, 1997 / LGF, 1999) et « A l’ombre des Lumières », avec Régis Debray, (Odile Jacob, 2003). Présentation de l’ouvrage Une des caractéristiques du discours politique, de la droite à la gauche, est qu’il est aujourd’hui entièrement dominé par ce qu’on pourrait appeler l’impératif d’ingérence. Nous sommes constamment appelés à défendre les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Quand je suis arrivé au pouvoir, les multinationales recevaient 82% des revenus de nos matières premières et nous 18%. Aujourd’hui c’est l’inverse ! J’ai fait ce qu’il y avait à faire pour mon peuple. J’attends maintenant qu’on m’assassine comme ils ont fait avec Chavez.

Evo Morales, Président de la Bolivie

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.