RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Iran - Trump n’a pas de stratégie, seulement des objectifs qu’il ne peut pas atteindre

Trump déteste l’accord nucléaire international avec l’Iran. L’accord a imposé des restrictions temporaires au programme nucléaire iranien et des inspections plus approfondies. Les autres membres de l’accord se sont engagés à lever les sanctions et à renforcer la coopération économique. Trump veut se débarrasser de l’accord ; mais il ne veut pas en payer le prix politique.

Le Plan d’action global commun a été négocié et signé par les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU (États-Unis, Chine, Angleterre, Russie, France), l’Allemagne, l’UE et l’Iran. Si les États-Unis sortent de l’accord, ils se retrouveront tout seuls. L’isolement diplomatique limiterait leur influence sur d’autres questions.

Trump ne connait pas l’Iran, ni l’accord nucléaire, ni le Moyen-Orient, ni rien. Tout ce qu’il en sait vient de Fox News, de Netanyahou et de quelques autres sionistes influents. Tout ce qu’il leur a entendu dire, c’est que l’accord avec l’Iran est mauvais. Par conséquent, a-t-il conclu, il faut l’abolir.

La Maison Blanche a remis un document aux médias qui est censé décrire la nouvelle stratégie du président Donald J. Trump sur l’Iran. Mais il n’y a pas de stratégie dans ce document. On y trouve une liste des objectifs que Trump veut atteindre. Mais pas d’explication sur la manière d’y parvenir. C’est une liste de souhaits, pas un programme d’action.

Les « Éléments fondamentaux de la nouvelle stratégie du président sur l’Iran » sont les suivants :

  • La nouvelle stratégie iranienne des États-Unis vise à neutraliser l’influence déstabilisatrice du gouvernement iranien et à contrecarrer sa politique agressive, en particulier son soutien au terrorisme et aux terroristes.
  • Nous revitaliserons nos alliances traditionnelles et nos partenariats régionaux pour en faire des remparts contre la subversion iranienne et nous rétablirons un équilibre des forces plus stable dans la région.
  • Nous allons œuvrer pour faire obstacle au financement du régime iranien et surtout du Corps des gardiens de la révolution islamique (IRGC) et de ses activités nuisibles et contrer les activités du CGRI qui extorque ses richesses au peuple iranien.
  • Nous allons contrer la menace que représentent pour les États-Unis et nos alliés les missiles balistiques et d’autres armes asymétriques.
  • Nous demanderons à la communauté internationale de condamner les violations flagrantes des droits de l’homme commises par le CGRI et sa détention arbitraire de citoyens américains et d’autres étrangers.
  • Plus important encore, nous allons empêcher le régime iranien d’avoir accès de quelque manière que ce soit à l’arme nucléaire.

La liste est pleine d’erreurs factuelles :

  • L’Iran a stabilisé l’Irak alors que l’Etat islamique n’était qu’à quelques jours de Bagdad. L’Iran aide aussi à stabiliser la Syrie et à vaincre l’Etat islamique.
  • Les missiles balistiques ne sont pas des « armes asymétriques ». Les voisins de l’Iran, le Pakistan et l’Arabie saoudite, ont les mêmes missiles. Les missiles de l’Iran ne constituent pas une menace pour les États-Unis.
  • Le CGRI est l’équivalent des forces spéciales étasuniennes. Il est financé par l’État. Il n’ « extorque pas ses richesses au peuple iranien ». (Les fonds de pension (bonyads) du CGRI détiennent des actifs industriels importants, mais ils sont des entités différentes.)
  • Le CGRI ne détient pas de citoyens étasuniens.
  • L’Iran a déclaré à plusieurs reprises qu’il rejette toutes les armes nucléaires pour des raisons religieuses. Il a signé plusieurs accords internationaux qui lui interdisent et l’empêchent de se procurer de telles armes.

La liste des objectifs de la Maison Blanche, sa « stratégie », est suivie d’informations « de fond » sur l’Iran et son comportement présumé. Un stagiaire de la Maison Blanche doit l’avoir recopié sur une version néoconservatrice de Wikipédia. C’est une accumulation de généralités sans fondement réel.

Lorsque l’accord sur l’Iran a été conclu, le Congrès a statué que la Maison Blanche devait certifier tous les 90 jours que l’Iran respectait l’accord. Trump va désormais arrêter de certifier que l’Iran se conforme à l’accord, même si tout le monde, y compris la Maison Blanche, reconnaît que l’Iran remplit toutes ses obligations. La Maison Blanche affirme que la non-certification n’est pas une violation de l’accord. Il revient maintenant au Congrès de s’occuper de la question et il pourrait réintroduire les sanctions contre l’Iran que l’accord avait levées. Si c’était le cas, Trump dirait que c’est le Congrès qui doit en assumer toutes les conséquences.

On ne sait pas ce que le Congrès fera. Les sénateurs Corker et Cotton veulent légiférer pour modifier unilatéralement l’accord nucléaire. Il y aurait de nouvelles sanctions si l’Iran n’acceptait pas la modification. Trump semble soutenir le Congrès dans sa démarche.

Mais ça ne va pas marcher. Il s’agit d’une violation unilatérale du contrat et aucun autre pays impliqué dans l’accord ne suivra. Trump pourrait introduire de nouvelles sanctions économiques contre l’Iran, mais pourquoi l’Iran s’en soucierait-il ? SI les autres pays ne suivent pas l’exemple de Trump, l’Iran peut simplement acheter et vendre ailleurs.

Les pays de l’UE ont à nouveau fait preuve de lâcheté et ont offert de soutenir l’offensive de Trump contre les missiles balistiques de l’Iran si Trump ne rompait pas complètement l’accord. C’était un comportement diplomatique ridicule. Pourquoi faire des concessions à Trump avant qu’il ne prenne une décision vouée à l’échec ? Quoi qu’il en soit, ils n’accepteront pas de rompre l’accord.

L’Iran ne renoncera pas à ses droits et ne désarmera pas. Obama a multiplié les sanctions pour faire plier l’Iran. Mais le pays n’a pas cédé. Chaque nouvelle sanction des États-Unis a été suivie d’une expansion du programme nucléaire iranien. En fin de compte, Obama a dû accepter des pourparlers avec l’Iran pour sortir du fossé qu’il avait lui-même creusé.

Maintenant, Trump dit que la priorité est d’empêcher l’Iran d’avoir l’arme nucléaire. Et qu’Obama a eu tort de se concentrer là-dessus. Le résultat est un beau méli-mélo politique qui aura soit des conséquences catastrophiques, soit pas de conséquence du tout.

Moon of Alabama

Traduction : Dominique Muselet

»» http://www.moonofalabama.org/2017/10/iran-trump-has-no-strategy-only-a...
URL de cet article 32440
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
Interventions (1000 articles).
Noam CHOMSKY
à l’occasion de la sortie de "Interventions", Sonali Kolhatkar interview Noam Chomsky. Depuis 2002 le New York Times Syndicate distribue des articles du fameux universitaire Noam Chomsky, spécialiste des affaires étrangères. Le New York Times Syndicate fait partie de la même entreprise que le New York Times. Bien que beaucoup de lecteurs partout dans le monde peuvent lire des articles de Chomsky, le New York Times n’en a jamais publié un seul. Quelques journaux régionaux aux Etats-Unis (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« A toute époque, les idées de la classe dominante sont les idées dominantes : autrement dit, la classe qui est la puissance matérielle dominante de la société est en même temps la puissance spirituelle dominante. La classe qui dispose des moyens de la production matérielle dispose en même temps, de ce fait, des moyens de la production intellectuelle, si bien qu’en général, elle exerce son pouvoir sur les idées de ceux à qui ces moyens font défaut. Les pensées dominantes ne sont rien d’autre que l’expression en idées des conditions matérielles dominantes, ce sont ces conditions conçues comme idées, donc l’expression des rapports sociaux qui font justement d’une seule classe la classe dominante, donc les idées de sa suprématie. »

Karl Marx

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.