Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Juan Padron nous a quittés, Elpidio et les autres entrent dans l’éternité

Nombreux sont ceux qui, en apprenant la nouvelle, se replongeront dans le passé pour se voir enfants, ou accompagnant leurs enfants, dans l’une de ces projections de film où caracolaient Elpidio Valdés et ses joyeux compagnons : ce mardi, Juan Padron nous a quittés à l'âge de 73 ans, après avoir laissé une galerie de bandes dessinées et de personnages auxquels il aura réussi à donner une touche supplémentaire de qualité artistique, reconnue tant dans son pays qu'à l'étranger.

La modestie et la cubanité l’auront caractérisé tout au long d’une carrière débordante de talent et d’imagination, et qu’il débuta à l’hebdomadaire Mella, en 1963. Son œuvre fut diffusée dans diverses publications humoristiques, et sa série Vampires, qui plus tard sera portée au grand écran, allait acquérir une dimension internationale.

L’année 1970 marque la naissance, dans la revue Pionero, du personnage Elpidio Valdés, notre héros le plus aimé et devenu un symbole, sur un ton humoristique, de la lutte contre le colonialisme espagnol pendant la Guerre d’indépendance. Une galerie de personnages qui allaient s’installer dans la vie quotidienne avec leur signification symbolique (Maria Silvia, le géneral Resoples, le cheval Palmiche...) et qui inviteraient les enfants du pays à jouer à la charge à la machette en utilisant n’importe quel bâton, et un choix savoureux d’expressions cocasses dont on se souvient encore... « Je voudrais bien voir ça, compay ! », « Ne vous en faites pas, généra, on va en faire de la puée de talc », « Apportez-moi des clous, des pointes, mon fusil tire n’importe quoi », « La vôtre, au cas où, mister ».

Son film Vampires à La Havane (1985) fut un véritable événement en ce sens qu’il a su réunir humour et politique dans une histoire qui a été appréciée au milieu d’un océan de rires. Une satire anticapitaliste se déroulant au milieu de la corruption des années 1920 et qui opposait les vampires cubains, étasuniens et européens les uns aux autres. Un succès qui allait faire revenir Padron avec Encore des Vampires à La Havane.

Filminutos, Quinoscopios, Mafalda – avec le scénariste et dessinateur argentin Quino – dessinateur, créateur de bandes dessinées, cinéaste, Juan Padron aura évolué comme un grand dans tous les domaines, ce qui lui a valu de nombreux prix et distinctions, comme le Prix national du film en 2008.

Il avait, comme peu d’autres, le don de la surprise, car lorsque l’on pensait que sa capacité artistique avait été pressée jusqu’à la dernière goutte, il réapparaissait avec de nouvelles contributions. Jusqu’à ce qu’il tombe malade et que tout soit différent. Il n’est donc pas exagéré d’affirmer que le pays lui fait ses adieux avec une dette de gratitude, qu’il paiera chaque fois qu’il rencontrera l’un de ses personnages et, comme si c’était Juan Padron lui-même, lui sourira et se souviendra de lui.

»» http://fr.granma.cu/cuba/2020-03-25/juan-padron-nous-a-quittes-elpidio...
URL de cet article 35908
   
Même Thème
Double Morale. Cuba, l’Union européenne et les droits de l’homme
Salim LAMRANI
En juin 2003, sous l’impulsion de l’ancien Premier ministre espagnol, José Marà­a Aznar, l’Union européenne décide d’imposer des sanctions politiques et diplomatiques à Cuba. Cette décision se justifie, officiellement, en raison de la « situation des droits de l’homme » et suite à l’arrestation de 75 personnes considérées comme des « agents au service d’une puissance étrangère » par la justice cubaine et comme des « dissidents » par Bruxelles. Le seul pays du continent américain condamné par l’Union européenne (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Partout où l’antisémitisme n’existe pas, le sionisme le fabrique »


Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.