Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


L’Assemblée générale réitère son opposition à l’embargo imposé à Cuba

7 novembre 2019. Une fois de plus, l’Assemblée générale des Nations Unies a rejeté le blocus économique, commercial et financier imposé à Cuba par les États-Unis et appelé à y mettre fin, soulignant son caractère illégal et antimultilatéral. La résolution s'ajoute aux 28 qui ont déjà été adoptées depuis 1992.

L’Assemblée générale des Nations unies a approuvé jeudi, par 187 voix pour, 3 contre et 2 abstentions, une résolution appelant à la levée du blocus économique américain de Cuba, qui dure déjà depuis presque six décennies.

Comme chaque année, sauf en 2016, où ils se sont abstenus, les États-Unis et Israël ont voté contre, ainsi que le Brésil qui les a rejoints. La Colombie et l’Ukraine se sont abstenues. Pour la première fois, le Brésil et la Colombie n’ont pas appuyé la résolution, fracturant ainsi la position unanime de l’Amérique latine et des Caraïbes.

Dans le texte adopté, les États membres se disent préoccupés par l’adoption et l’application de lois et de règlements qui affectent la souveraineté d’autres États et les intérêts des populations qui y vivent.

Ils appellent également les États à agir conformément au droit international et à la Charte des Nations Unies, en mettant l’accent sur la liberté de communication et de navigation.

Au cours des deux jours de débat, les représentants de plusieurs pays et groupes de pays ont regretté que l’embargo ait été renforcé depuis l’année dernière, après une tentative de normalisation des relations les années précédentes.

La résolution invite également le Secrétaire général de l’ONU à préparer un rapport sur la mise en œuvre du texte, qui devrait être présenté à la prochaine session de l’Assemblée générale.

L’embargo imposé par les États-Unis à Cuba dure maintenant depuis 57 ans.

»» https://news.un.org/fr/story/2019/11/1055621
URL de cet article 35404
   
Même Thème
Etat de siège. Les sanctions économiques des Etats-Unis contre Cuba
Salim LAMRANI
Début du chapitre IV Les citoyens étasuniens sont autorisés à se rendre à Cuba mais il leur est strictement interdit d’y dépenser le moindre centime, ce qui rend quasiment impossible tout séjour dans l’île. Le Département du Trésor considère donc tout voyage dans l’île comme une violation de la législation sur les sanctions économiques, à moins que les personnes ayant visité Cuba puissent démontrer qu’elles n’y ont effectué aucun achat. La justice étasunienne poursuit sans relâche les contrevenants à la (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Je ne sais pas."

Secrétaire d’Etat des Etats-Unis Colin Powell.
Interrogé pour savoir s’il aurait été favorable à une invasion de l’Irak
en sachant de ce dernier ne possédait pas d’armes de destruction massive.


Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
43 
Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
120 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.