Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


L’Austérité est un euphémisme pour la guerre que les riches font aux pauvres (Dissident Voice)

L’essence de la crise est le capitalisme lui-même : Des politiques radicales accompagnent l’Ere d’Austérité.

Dans un article du New York Times du 20 septembre 1912 intitulé : "L’Ere des Superlatifs" un auteur s’émerveillait qu’un aviateur français ait atteint une altitude de 5 680 mètres et que le nouveau building des assurances Vie Equitable, érigé à l’endroit où l’ancien venait de brûler "soit sûrement le plus haut du monde". On ne peut pas empêcher que des sommes fabuleuses soient consacrées à vaincre de tels records. "On sait bien qu’il y a de meilleures sujets de gloire" continue sobrement l’écrivain "mais l’ère des superlatifs doit suivre son cours."

Nous vivons aussi dans une ère de superlatifs bien qu’elle nous soit ironiquement vendue sous le nom d’Ere d’Austérité par l’oligarchie capitaliste. Mais les qualités superlatives de notre temps sont la marque d’une monde en déclin si l’on en juge par certains de nos exploits superlatifs :

- Les scientifiques ont rebaptisé notre ère Anthropocène pour exprimer l’impact sans précédent de l’homme sur la planète, un impact qui est en train de provoquer la sixième extinction de masse de l’histoire de la planète.

- La "crise" financière des USA de 2008 a été le détournement d’argent public le plus important de l’histoire, d’un montant d’environ 16 000 milliards de dollars, suivi par une "austérité" mondiale agressive qui force les pauvres, la classe moyenne et les gens de couleurs à payer pour la fraude systémique qui a causé la crise.

- L’inégalité de revenus entre les riches et les pauvres aux USA est la plus importante de tous les pays industrialisés.

- Pour la première fois dans l’histoire des USA, la dette des étudiants est supérieure à la dette de la consommation, ce qui fait qu’une vie d’esclave de l’ordre capitaliste les attend.

- La Liste des Milliardaires mondiaux de 2011 recense un nombre record de milliardaires et de fortunes composées.

- Il y a plus d’esclaves aujourd’hui qu’à n’importe quelle autre époque de l’histoire des hommes.

- La militarisation du monde a dépassé tous les records en 2011.

Et je ne mentionne que quelques records.

Vous voyez le fil conducteur ?

Le monde est en train de mourir et les capitalistes en profitent pour faire des profits records. Il y a plus d’esclaves et de milliardaires que jamais auparavant. Le complexe militaro-industriel n’a jamais été aussi important.

Dans ce contexte, on a demandé - enfin, dit- aux pauvres et aux travailleurs de se préparer à une diminution de la qualité de leur vie aujourd’hui et dans l’avenir. Le mot de l’année 2010 a été "austérité".

La fraude systémique de 2008 -une virgule dans l’interminable liste des formes d’exploitation du capitalisme- à laquelle les pauvres sont censés remédier, n’a pas été un hoquet dans le déroulement bienveillant du capitalisme : c’était une fraude perpétrée dans un système économique basé sur la fraude et l’exploitation massive. Ils ont volé des milliers de milliards aux pauvres du monde entier et en particulier aux gens qui sont l’objet de racisme aux USA. Et maintenant ils veulent que nous payons pour leur crise.

J’ai décidé de réaliser un documentaire sur l’austérité il y a environ 18 mois parce que je ne comprenais pas pourquoi les gens ne se rebellaient pas contre le capitalisme en Amérique du Nord surtout après 2008 et parce que je pensais que si nous n’arrêtons pas le programme d’austérité nous deviendrons tous les victimes contraintes et forcées d’un stade de capitalisme néo-féodal hautement militarisé et d’une grande sophistication technique. Vous pensez peut-être que j’exagère mais regardez bien les chiffres des évolutions dont j’ai parlé ci-dessus et voyez le contrôle presque total que les grandes entreprises exercent sur les institutions politiques actuelles.

Aux Etats-Unis plusieurs états ont commencé a supprimer les droits des travailleurs (ou plutôt ce qu’il en restait) et à voter des lois qui autorisent les gouvernements des états à ne pas honorer les programmes de retraites, programmes déjà compromis par leurs investissements sur ces mêmes marchés qui essaient maintenant de les détruire complètement.

Le président Obama, célébré par certains libéraux comme celui qui apporte le changement, a continué la même politique d’impérialisme militaire et économique que son prédécesseur. Ses principaux conseillers depuis qu’il est en charge sont des gangsters en costumes de soie venant de la clique même des banquiers d’investissements qui ont commis le hold up de 2008.

Un des objectifs de l’Ere d’Austérité capitaliste est de briser ce qui reste (et ce n’est pas grand chose) des organisations syndicales de travailleurs dont la plupart sont dans le secteur public. Au Canada, L’hostilité que Harper a manifesté contre les syndicats de postier montre qu’il a embrassé le programme d’austérité : les droits des travailleurs en vigueur ne seront pas respectés. Les récents licenciements à Environment Canada et le programme régressif du maire de Toronto, Rob Ford, font présager qu’une vaste opération de destruction des services publics est en cours. Des syndicats estiment que 30 000 postes de fonctionnaires vont être supprimés.

Les banquiers et les capitalistes financiers ont causé la crise. Et maintenant les services publics comme l’éducation, la santé, la protection de l’environnement et des infrastructures essentielles vont en faire les frais. A moins bien sûr que nous ne nous battions.

J’ai demandé à des universitaires, des militants et des auteurs de définir le mot "austérité" et de proposer des moyens de lutte. Cela a abouti à un film documentaire : "L’essence de la crise est le capitalisme lui-même : Des politiques radicales accompagnent l’Ere d’Austérité" qui analyse la nature de la crise capitaliste et certains des endroits où on s’est opposé au capitalisme comme la Grèce, la manifestation contre le sommet du G20 de Toronto et les manifestations massives de solidarité à Madison dans le Wisconsin.

Dans le film, Chris Hedges (auteur de "La mort de la classe libérale") et Derrick Jensen (auteur de "La fin du jeu") parlent du caractère pathologique du capitalisme. Hedges qualifie les cadres dirigeant de BP "d’exécuteur des hautes oeuvres" d’un système qui "tuera la plupart d’entre nous" si on ne l’arrête pas. J’ai eu un entretien avec ces deux personnes extraordinaires en juillet 2010 pendant la marée noire de BP.

Les professeurs de science politique de l’université de York, David McNally et Leo Panitch parlent du contexte de la crise actuelle du capitalisme que Panitch appelle la" première grande dépression du 21ième siècle". McNally dit que l’Ere d’Austérité pourrait durer "une génération".

Je me suis entretenu avec différents personnes qui ont des points de vue radicaux. Michael Hardt, le professeur de l’université Duke, qui a coécrit "L’empire, la multitude et le Commonwealth" avec Tony Negri, analyse la Grande Dépression et Franklin Delano Roosevelt (FDR) du point de vue du Marxisme autonome. D’une certaine manière nous devons considérer que nous sommes la crise. Nous devons nous rendre compte que nous avons un marge de manoeuvre, que nous avons du pouvoir sur l’issue de la guerre sociale en cours.

Max Haiven, un professeur d’Halifax, explique comment le fait d’être endetté appauvrit l’imagination subversive dans notre société de sorte que la plupart des gens ont oublié les mouvements anti-capitalistes du passé, et comment cela engendre des formes de résistance formelles et inefficaces.

Ajamu Nangwaya, un diplômé de l’université de Toronto et ancien vice-président de l’Union des fonctionnaires canadiens (CUPE) d’Ontario nous conseille de ne pas nous laisser abuser par la résurgence de l’économie Keynésienne dans le discours des médias dominants. Selon lui, la classe dirigeante fera tout ce qui est en son pouvoir pour maintenir le système. Le fait que des capitalistes adoptent les théories Keynésiennes ne signifie nullement qu’ils adhèrent au socialisme.

Le professeur Richard J.F. Day de l’Université Queen parle de la longue histoire de l’accumulation capitaliste. Il commente aussi les mesures répressives que Harper prépare probablement pour le sommet du G20.

Je ne veux pas déflorer tout le film maintenant. En fait je le fais (ci-dessous). Mais j’espère que vous le regarderez et que vous vous joindrez à notre combat contre l’austérité. Ce n’est pas un combat qu’on peut gagner par des moyens électoraux. Il nécessite un mouvement social de masse, et son but est d’éradiquer le capitalisme de la surface du globe pour toujours.

Ce n’est pas le moment de "restaurer la classe moyenne", comme le préconisent les grands syndicats. L’heure est venue de restaurer la dignité humaine et d’empêcher la crise actuelle d’être celle qui mettra fin à tout, en construisant une alternative au capitalisme. Ce qu’il nous faut c’est une révolution, pas une réforme.

C’est peut-être leur crise, mais c’est notre problème.

Michael Truscello

Michael Truscello, Ph.D., est maître assistant d’Anglais et d’éducation générale à l’université Mount Royal de Calgary, Alberta.

Pour consulter l’original : http://dissidentvoice.org/2011/08/austerity-is-euphemism-for-class-war...

Traduction : Dominique Muselet pour LGS

URL de cet article 14441
   
Même Thème
Interventions (1000 articles).
Noam CHOMSKY
à l’occasion de la sortie de "Interventions", Sonali Kolhatkar interview Noam Chomsky. Depuis 2002 le New York Times Syndicate distribue des articles du fameux universitaire Noam Chomsky, spécialiste des affaires étrangères. Le New York Times Syndicate fait partie de la même entreprise que le New York Times. Bien que beaucoup de lecteurs partout dans le monde peuvent lire des articles de Chomsky, le New York Times n’en a jamais publié un seul. Quelques journaux régionaux aux Etats-Unis (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Big Brother est déjà chez vous. Il est dans le logiciel que vous venez de télécharger depuis la boutique en ligne de Apple.

Julian Assange


Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.