RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

L’émergence de la dictature démocratique

La dictature désigne un régime politique dans lequel une personne ou un groupe de personnes exercent tous les pouvoirs de façon absolue, sans qu’aucune loi ou institution ne les limitent1. Wikipedia

Hitler est la représentation « idéale » de la dictature. Sa prise de pouvoir fut un mélange serpentin de tentatives – et ce d’échecs en échecs – d’élire son « parti » au parlement allemand : le Reichstag, qui fut brûlé par un incendiaire à la culpabilité douteuse.

On connaît la suite de l’histoire… Hitler transforma la démocratie allemande en un régime totalitaire.

Puis il élabora son règne de mille ans.

Les dictatures « modernes »

Staline, Hitler, Saddam Hussein, Bachar El Assad… Qu’on donc ces « dictatures » en commun ? Le « un »… De fait que le pouvoir soit conféré à un seul homme mène au concept de dictature venimeuse et dangereuse. Les États-Unis d’Amérique on longtemps pourchassé le communisme, synonyme de dictature. Là, encore, on joue sur les mots.

Et qu’elle en est la raison ?

Les régimes dictatoriaux ont été souvent implantés par les États-Unis eux-mêmes aux fins de contrôle : L’Iran sous le régime du Shaw, et Pinochet, idole de Reagan. Un Pinochet soutenu – encore- par les occidentaux : France, Royaume-Uni, Israël.

En autant que le dictateur soit le serviteur de l’Occident, tout va.

Alors, pourquoi cesser de soutenir les « dictateurs » ?

Bons ou mauvais, le « un », ou du moins l’apparence, n’est plus à la mode de la démocratie actuelle.

Le renversement de la tendance

Sous le régime de Kadhafi, l’enseignement en Libye accueille 1,7 million de personnes dont 270 000 étudiants74. L’éducation est gratuite pour tous les citoyens75 et obligatoire jusqu’au niveau du secondaire. Le taux d’alphabétisation, avec 82 % de la population sachant lire et écrire, est le plus élevé d’Afrique du Nord76. Wikipedia

L’Occident, aux fins d’embrumer les populations, implanta sa définition de la dictature. Les informations « contrôlées », par le vernis démocratique des régimes occidentaux , éduquèrent les peuples par le biais des journaux et chaînes de télévision en version condensée, sorte de plat congelé, toujours et toujours en vigueur.

 Et Kadhafi fut assassiné… Hugo Chavez diabolisé…

Mon meilleur ennemi

Sarkozy-Kadhafi , amis-ennemis. Le dictateur (sic) nourrit la démocratie, la démocratie nourrit les dictateurs. Kadhafi a-t-il financé la campagne électorale de Sarkozy ?

Même au Québec, les « souteneurs » de la démocratie ne manquent pas.

La bourgoisie caméléon reçoit dans son domaine M. Sarkozy. Mais il est loin d’être le seul à être « approché » par les riches de ce monde.

Au Canada, les Desmarais ont soutenu plusieurs premiers ministres : Pierre Elliott Trudeau, Brian Mulroney, puis Jean Chrétien (dont la fille, France, est mariée avec le cadet, André Desmarais) et Paul Martin. Ce dernier a d’ailleurs été vice-président de Power Corporation avant de se lancer en politique. Rue 89  

Les tueurs économiques, confessions 

John Perkins fut sans doute le premier à avouer ses crimes économiques. Or, ces crimes économiques furent commandés par la plus vantarde des démocraties. Devinez laquelle ?

Le gendarme étasunien… Je ne vous apprends rien.

Le monde selon « Gloup »

C’est simple comme « Bonjour »… Les démocraties étant maintenant sous le joug de la finance. Là où se joue la « réalité » de ce monde, camouflée, dictatoriales, contrôlant toutes les dites démocraties.

La mondialisation a permis la création d’un monstre au-delà de ce qu’on peut imaginer, puisque ce n’est plus un être humain, mais une organisation légale incontrôlable. Le petit crime organisé n’est qu’un insignifiant biscuit dans la trame cachée mais élue indirectement du crime invisible et gargantuesque qui domine le squelette de ladite représentativité.

La chasse est ouverte… La chasse aux dictateurs est ouverte, puisque ceux-ci contrôlent leur pays, alors que l’Occident a perdu tout contrôle.

La phrase clef est ici :

Il faut alors transformer en démocratie tout ce qui peut apparaître sous forme de dictature, bonne ou mauvaise, puisque celle-ci échappe aux dominants économiques désormais les seuls « représentants » des sociétés démocratiques.

Ils ont les cordes et nous élisons les pantins.

Ce changement de visions et de mainmise sur l’ensemble de la planète ne s’est pas fait d’un seul coup : il résulte d’un agenda économique dont les États-Unis sont également victimes, même si dans leurs propres agenda d’impérialisme économique, auquel ils croient , ils sont floués lamentablement et naïvement.

Le gendarme « du monde, ventru, est embrasé par cette nouvelle forme de dictature camouflée. Il ne la voit même pas. Car il la croit source de croissance, puisque tout est économie.

Dans sa fabulation narcissique, le monde de la finance ricane, prenant le pouvoir, par des moyens encore plus grands et plus énormes que les armes et les bonnes intentions.

L’argent n’a pas d’odeur ni d’intention. Elle est le diktat dans un brouillard longuement concocté, vendu, et en œuvre.

L’Histoire qui passe, passe si vite, et les tueurs économiques sont maintenant des snipers invisibles engraissés de manière journalière.

Tout ce qui bouge d’analyses « savantes » est une merveille de construction de l’esprit : la Terre est un bateau de croisière qui flotte, mais c’est la pointe de l’Iceberg d’un Titanic déjà en 45 degrés pour l’immersion totale.

En ouvrant les portes que trop grandes de la mondialisation, le monstre s’est insidieusement inséré.

L’Occident vit dans un écran plat, tridimensionnel.

Mais comme au cinéma, ce n’est pas la réalité.

La démocratie est maintenant la culture de l’hyper finance. Elle est la « démocratie ».

Le reste est jargon… Le G20, l’émail pompeux et lustré.

Nous sommes devenus aussi intelligents qu’un téléphone…

Faites le 911…

Gaëtan Pelletier

5 septembre 2013

URL de cet article 22268
  

Gabriel Péri : homme politique, député et journaliste
Bernard GENSANE
Mais c’est vrai que des morts Font sur terre un silence Plus fort que le sommeil (Eugène Guillevic, 1947). Gabriel Péri fut de ces martyrs qui nourrirent l’inspiration des meilleurs poètes : Pierre Emmanuel, Nazim Hikmet, ou encore Paul Eluard : Péri est mort pour ce qui nous fait vivre Tutoyons-le sa poitrine est trouée Mais grâce à lui nous nous connaissons mieux Tutoyons-nous son espoir est vivant. Et puis, il y eu, bien sûr, l’immortel « La rose et le réséda » qu’Aragon consacra (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’information est devenue un produit comme un autre. Un journaliste dispose d’à peine plus de pouvoir sur l’information qu’une caissière de supermarché sur la stratégie commerciale de son employeur.

Serge Halimi

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.