Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


L’Espagne face à ses démons indépendantistes

Le résultat du scrutin de dimanche confirme l’assise de l’indépendantisme au Pays basque. Un résultat à replacer dans le contexte de la crise financière. Eclairage.

Les résultats des élections dans la Communauté autonome du Pays Basque de dimanche passé ont constitué un véritable plébiscite pour le Parti Nationaliste basque (PNV) et pour la coalition indépendantiste EH Bildu. Un an après l’annonce historique de l’ETA d’un abandon de la lutte armée, ces deux partis ont raflé près de deux tiers des sièges du parlement basque (48 sur 75). Si le PNV reste majoritaire au Pays Basque et formera le prochain gouvernement, ces élections marquent essentiellement le retour en force des Indépendantistes après leur interdiction par la justice espagnole.

Exclue des institutions politiques pour ses liens avec l’ETA, la Gauche abertzale (patriote) avait décidé, en 2010, de miser sur le rejet de la violence et de s’allier avec d’autres forces politiques séparatistes pour former une coalition électorale. Après les succès des élections municipales et nationales de 2011, le résultat du scrutin de dimanche confirme l’assise de l’indépendantisme au Pays Basque. Bien que privé de ses leaders charismatiques, dont Arnaldo Otegi, emprisonné depuis trois ans, le mouvement est ainsi parvenu à capitaliser le cessez-le-feu de l’ETA en accomplissant le processus inédit de transformation d’une défaite militaire en victoire politique. En votant majoritairement pour des partis défendant une plus grande autonomie pour le Pays Basque, l’électorat a, de cette manière, confirmer la normalisation politique en cours dans la société basque, meurtrie par plus de cinquante ans de lutte armée.

Ce résultat électoral est à replacer dans le contexte de la crise financière. Alors que les Etats de l’Union européenne s’efforcent de restaurer leur crédibilité et s’engagent à une meilleure gestion budgétaire, les mouvements nationalistes européens profitent de leur faiblesse pour mobiliser autour de l’identité. Ainsi, en Ecosse, le Scottish National Party, fort de sa majorité au parlement écossais, vient de négocier un accord avec le Premier ministre britannique, David Cameron, pour convoquer un référendum sur l’indépendance de l’Ecosse d’ici 2014. Quelques jours auparavant, une vague indépendantiste a déferlé en Flandres lors des élections municipales en Belgique. Le parti indépendantiste flamand du N-VA a même réussi à placer son leader à la mairie d’Anvers. En Espagne, la tension entre Madrid et Barcelone a atteint un degré rarement vu avec la démonstration de force des Indépendantistes catalans, il y a un mois, lors de la Diada, fête nationale en Catalogne. La décision d’anticiper les élections en Catalogne au 25 novembre et le résultat du scrutin au Pays Basque du week-end passé ne font que renforcer les tensions nationalistes en Europe.

L’indépendance de la Catalogne et du Pays Basque est-elle une chimère « qui accroît les divisions et rouvre les blessures » comme l’a suggéré le roi Juan Carlos ou peut-elle constitué une véritable alternative pour ces régions ? En Espagne, ce qui surprend, ce n’est pas tant la ferveur indépendantiste en Catalogne ou au Pays Basque, fortement ancrée dans ces régions depuis la transition démocratique, mais bien le manque de pragmatisme du Gouvernement espagnol face au défi séparatiste. En effet, au lieu de faire preuve de respect pour les positions souverainistes et d’accepter l’ouverture d’un débat démocratique sur le sujet, les représentants de l’exécutif préfèrent faire valoir le rapport de force, suggérant des méthodes d’un autre temps, comme le démontre la récente suggestion du ministre de l’éducation, José Ignacio Wert, « d’espagnoliser les élèves catalans ». Le gouvernement s’arrime ainsi fermement à la Constitution comme seule formule possible pour maintenir unie les différentes identités nationales. L’argument est le même lors de chaque nouvel emballement nationaliste : le risque de morcellement de l’Espagne. S’ensuit une stérilité du débat politico-médiatique sur cette question opposant des rhétoriques déjà amplement connues.

Le processus de paix au Pays Basque souffre du même déficit de pragmatisme politique. En effet, suite aux décisions du mouvement indépendantiste, depuis 2010, en faveur d’une résolution définitive du conflit, des signaux de paix sont aujourd’hui attendues de la part du gouvernement. Submergé par la gestion de la crise économique, celui-ci est resté très prudent devant ces évolutions, déclarant ne pas varier sa position politique de fermeté sur la problématique basque, exigeant avant toute négociation politique, la dissolution de l’ETA. Pourtant, les élections de dimanche passé au Pays Basque montrent que l’immense majorité des acteurs politiques et sociaux a compris que les chances de résoudre définitivement le conflit sont réelles. Ainsi, au Pays Basque comme en Catalogne, à trop retarder le débat démocratique sur la souveraineté des nations d’Espagne, l’Espagne risque de provoquer une crise institutionnelle plus grave que la récession économique.

URL de cet article 18059
   
Même Thème
30 ans d’Humanité, ce que je n’ai pas eu le temps de vous dire
Michel TAUPIN
Quel plaisir de lire José Fort ! Je pose le livre sur mon bureau. Je ferme les yeux. Je viens de l’avaler d’une traite. Comme je le trouve trop court, je décide de le relire. Même à la seconde lecture, il est captivant. Cette fois, j’imagine ce qu’aurait été ce bouquin illustré par son compère Georges Wolinski comme c’était prévu. Ç’aurait été tout simplement génial. Des tarés fanatiques ne l’ont pas permis. La bêtise a fait la peau de l’intelligence et de l’élégance. De l’élégance, José Fort n’en manque pas. (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« La politique étrangère américaine est ignoble car non seulement les États-Unis viennent dans votre pays et tuent tous vos proches, mais ce qui est pire, je trouve, c’est qu’ils reviennent vingt ans plus tard et font un film pour montrer que tuer vos proches a rendu leurs soldats tristes. »

Frankie Boyle, humoriste écossais


Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.