RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

L’heure est venue d’annuler la dette extérieure de l’Amérique latine

Plusieurs ex-présidents latino-américains comme Rafael Correa (Equateur), Dilma Rousseff (Brésil), Fernando Lugo (Paraguay) ou encore Ernesto Samper (Colombie) ont signé un appel demandant l’annulation de la dette extérieure des pays latino-américains afin de mieux faire face aux conséquences économiques de la pandémie de Covid-19. L’initiative lancée par le Centre Stratégique Latino-américain de Géopolitique (CELAG) compte aussi sur le soutien de l'ancien président du gouvernement espagnol José Luis Rodríguez Zapatero.

Maintenant que le monde a adopté un ton plus humain et coopératif en matière économique face à la pandémie de Covid-19, nous demandons depuis le Centre stratégique latino-américain de géopolitique (CELAG) l’annulation de la dette extérieure souveraine des pays d’Amérique latine par le FMI ainsi que d’autres organisations multilatérales (BID, BM, CAF) et nous exhortons les créanciers privés internationaux à accepter un processus immédiat de restructuration de la dette qui envisage un moratoire immédiat de deux ans sans intérêt.

La Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement prévoit une perte de recettes globale de 2 000 milliards de dollars en raison de cette crise. De son côté, l’Organisation internationale du Travail estime que 25 millions d’emplois dans le monde sont menacés. D’autre part, les sorties de capitaux des pays émergents se poursuivent : le niveau record de 60 milliards de dollars a déjà atteint en moins de deux mois (Institut de la finance internationale). Face à tant de difficultés, l’annulation de la dette extérieure est une action aussi juste que nécessaire. Cette mesure a déjà été prise dans d’autres moments de notre histoire marqués par de grandes catastrophes telles que des guerres, des maladies et des pandémies. Cette annulation serait l’occasion d’éviter que le poids de la dette ne devienne un obstacle de plus à ajouter au défi complexe que représentera surmonter cet épisode social et économique si critique.

L’un des exemples les plus connus a été celui de l’Allemagne après qu’elle fut dévastée pendant la Seconde Guerre mondiale. Lors de la Conférence de Londres de 1953, il a été convenu d’annuler des montants substantiels de sa dette. Ce n’est pas le seul exemple de notre histoire la plus récente. Il existe de nombreux cas où la dette extérieure a déjà été annulée.

Personne ne peut douter que le moment est opportun pour mettre en place cette annulation si nous voulons affronter efficacement cette situation si difficile. Nous ne pouvons pas exiger des pays qu’ils mettent en place des politiques de santé publique efficaces pour faire face à la pandémie actuelle et, en même temps, prétendre qu’ils continuent à honorer leurs obligations en matière de dette ; nous ne pouvons pas exiger d’eux qu’ils mettent en œuvre des politiques économiques qui compensent les dommages causés par cette catastrophe tout en leur demandant de continuer à rembourser leurs créanciers. Il est absolument incompatible de mettre en œuvre un plan de restructuration économique dans un avenir proche avec les niveaux actuels de la dette extérieure (celle-ci représente en moyenne 43,2 % du PIB en Amérique latine).

Comme cela a été fait avec la résolution approuvée le 10 septembre 2015 sur les Principes fondamentaux qui doivent guider les opérations de restructuration de la dette souveraine, nous devons maintenant franchir une nouvelle étape et, pour cette raison, nous demandons depuis le CELAG aux Nations unies de convoquer d’urgence une Assemblée générale pour discuter d’une résolution qui fournisse le cadre juridique international pour mener à bien cette stratégie efficace d’annulation de la dette extérieure de l’Amérique latine et pour promouvoir un processus de restructuration (avec un moratoire deux ans ) vis-à-vis des créanciers privés.

Nous invitons également les autres organisations internationales à se joindre à cette initiative pour demander l’annulation de la dette.

Nous invitons les groupes de réflexion, les universités, les institutions religieuses, syndicales et patronales ainsi que les gouvernements à se joindre à cette demande.

Il ne s’agit pas seulement d’une question de solidarité, mais aussi d’efficacité.

Alfredo Serrano Mancilla, docteur en économie (Université Autonome de Barcelone), directeur du CELAG
Rafael Correa, Président de l’Équateur (2007-2017)
Álvaro García Linera, Vice-président de l’État plurinational de Bolivie pour la période 2006-2019
Gustavo Petro, Sénateur de la République de Colombie
Dilma Rousseff, Présidente du Brésil (2011-2016)
Marco Enríquez-Ominami, Homme politique et cinéaste chilien, co-fondateur du Groupe de Puebla.
Fernando Lugo, Président du Paraguay (2011-2012)
Jorge Taiana, Ancien Ministre des affaires étrangères de l’Argentine (2005-2010), Sénateur
Celso Amorim, Diplomate brésilien, Ministre des affaires étrangères et ministre de la Défense (2011-2014)
Ernesto Samper, Président de la Colombie (1994-1998), secrétaire général de l’Unasur (2014-2017)
Luis Guillermo Solis, Président du Costa Rica (2014-2018)
José Luis Rodríguez Zapatero, Président du gouvernement espagnol (2004-2011).

Traduit par Luis Alberto Reygada (@la_reygada)

»» https://www.celag.org/la-hora-de-la-condonacion-de-la-deuda-para-america-latina/
URL de cet article 35849
  

Les guerres scélérates : interventions de l’armée US et de la CIA depuis 1945
William BLUM
Le livre "KILLING HOPE - U.S. Military and CIA Interventions Since World War II" de William Blum vient ENFIN d’être traduit en français. Editions Parangon "Nous possédons environ 60% des richesses mondiales, mais seulement 6,3% de la population mondiale... Notre tâche dans l’avenir est...de maintenir cette situation de disparité." George KENNAN, responsable de la planification du département d’Etat, 1948 "Ce livre très documenté relate plus d’une cinquantaine d’interventions américaines de 1945 à (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Celui qui ne connaît pas l’histoire est condamné à la revivre.

Karl Marx

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.