RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

L’honneur de Kamel Mohanna

L’humanitaire mène à tout à condition d’en sortir… C’est le triste constat de la trajectoire des chevaliers blancs de l’ingérence humanitaire, des mondes sans frontières, des indignations sélectives et des trahisons politiques. A 20 ans, militants de l’Union des étudiants communistes (UEC) ; à trente, membres de Médecins sans frontière (MSF) ; à soixante, ministres ou diplomates avant de finir dans les affaires, notamment africaines… les héros archétypiques des bons sentiments ont, pour la plupart d’entre eux, mal tourné… Que reste-t-il aujourd’hui de la ruée vers l’action humanitaire qui ponctua les conflits des années 70/80 ?

Un rappel historique nécessaire : c’est en 1998, lors de l’Assemblée générale des Nations unies que le juriste international Mario Bettati et le diplomate Serge Telle inventèrent le concept d’ « ingérence humanitaire » pour porter secours aux populations kurdes du nord de l’Irak. Comprenant tout le profit qu’il pourrait en tirer, Bernard Kouchner s’en saisit pour faire la carrière que l’on connaît 1 avant de devenir consultant de luxe pour quelques roitelets africains de ses amis. Aux antipodes de ce bilan peu glorieux, un médecin libanais - debout, toujours engagé aux services des victimes et des plus pauvres -, continue à incarner l’honneur d’une action humanitaire restée fidèle à son impératif catégorique et moral : soigner, aider et témoigner. Cet homme d’exception s’appelle Kamel Mohanna. Sa biographie qui vient de sortir est l’un des cadeaux qu’espritcors@ire souhaite faire à ses lecteurs pour la nouvelle année 2 .

Né dans le village de Khiam, localité frontalière du sud du Liban dont la mémoire est éternellement marquée par la Nakba (le premier exode des Palestiniens en 1948), il est issu de l’une de ces familles modestes où l’argent, tout l’argent qu’on pouvait économiser, était d’abord destiné à l’éducation des enfants. Il fera sa médecine en France, formé aussi par les Lumières et les engagements politiques de la jeunesse des années soixante : l’extrême gauche, les idéaux guévaristes et la cause palestinienne. Celle-ci constitue le fil rouge de sa vie d’idéaux toujours en acte sur le terrain et dans l’esprit, aujourd’hui à la tête de l’une des plus grosses ONG libanaises – AMEL – unanimement respectée par tous les protagonistes de la région.

De La Quarantaine, Damour à Tall el-Zaatar jusqu’aux camps actuels de Sabra, Chatila, Bourj el-Barajneh, Kamel Mohanna continue à panser les plaies des apartheids contemporains en inventant une « pensée positive » : mieux vaut allumer une bougie que maudire l’obscurité ! Dans sa belle préface, le politologue Georges Corm nous rappelle qu’une fois son diplôme de médecin en poche, « notre jeune militant par alors pour le Dhofar, contrée escarpée et montagneuse au sud de la Péninsule arabique, où s’est développé un mouvement de résistance armée à l’oppression coloniale britannique, alliée au Sultan d’Oman. Il y exerce sa profession avec ferveur dans les conditions difficiles de ce milieu géographique et humain pauvre et déshérité. Il s’éprend de l’une de ses belles combattantes qu’il laissera derrière lui à son grand chagrin, lorsqu’il rentre au Liban ».

De retour au pays où il aurait pu ouvrir une clinique et faire de l’argent comme nombre de ses confrères, il s’obstine dans son destin de laboureur de la mer. Foudroyé par la perte de son fils, édifié par les petits marquis de la classe politique tant libanaise que française, Kamel Mohanna persévère dans son être et son action. Ayant choisi le bistouri plutôt que la kalachnikov, toujours fidèles aux causes palestiniennes et du nationalisme arabe, il fonde en 1979 l’association AMEL (le travailleur) qui, des camps de réfugiés de Beyrouth s’étendra à toutes les régions défavorisées du pays au sud et dans la Bekaa.

« A travers ses 24 centres, AMEL a toujours proposé des services de qualité accessibles à tous dans les domaines médicaux, psychosociaux, de la formation professionnelle, du développement rural, de la protection de l’enfance et de la promotion des droits de l’homme. En temps de crise, pendant la guerre civile mais aussi lors de l’agression israélienne en 2006 et en réponse à la crise syrienne ayant amené plus d’un million et demi de réfugiés au Liban, toute la société civile libanaise se mobilise autour d’AMEL. L’association met donc en place un programme d’urgence et d’aide humanitaire. Le Dr. Mohanna fait d’AMEL un catalyseur afin que toutes les associations s’engagent pour ceux et celles qui n’ont plus rien, qui vivent dans l’espoir de retrouver une vie normale », écrit Chawki Rafeh le co-auteur du Hakim (le docteur).

Traduit de l’arabe par Danielle Saleh, relu et introduit par le Dr. Ibrahim Baydoun, le témoignage de Kamel Mohanna nous offre une belle leçon de fidélité, d’humanité et d’honneur gardé, projeté et partagé. Sans jamais verser dans la nostalgie, le ressentiment ou la leçon de morale, ce livre est aussi un message d’espoir, celui de la « pensée positive », de la recherche spinoziste du moindre mal, de la justice et des pensées joyeuses.

Ce Hakim, quel homme !

Richard Labévière

1 Pierre Péan : Le monde selon K. Editions Fayard, février 2009.

2 Dr. Kamel Mohanna : Un médecin libanais engagé dans la tourmente des peuples – Les choix difficiles. Edition de L’Harmattan, septembre 2013.

Par Richard Labévière

»» http://www.espritcorsaire.com/++cs_INTERRO++ID=228/Richard_Lab
URL de cet article 23941
  
Communication aux lecteurs
JULIAN ASSANGE : Le documentaire "Hacking Justice" à Paris

Le 17 novembre à 20h
au cinéma Espace St Michel
7 Pl St Michel, Paris 75005

Les Amis du Monde Diplo & Les Mutins de Pangée organisent une projection du film "Hacking Justice Julian Assange" de Clara Lopez Rubio et Juan Pancorbo suivie d’un débat avec la réalisatrice.

Le Climat otage de la finance
Aurélien BERNIER
Pour la première fois dans son histoire, le système économique est confronté à une crise environnementale qui, par son ampleur, pourrait menacer sa survie. Le changement climatique, présent dans presque tous les médias, est maintenant à l’ordre du jour de la plupart des rencontres internationales, des Nations unies au G8 en passant par les sommets européens. Mais l’alerte lancée par les scientifiques ne suffit pas à transformer les financiers en écologistes. Dès l’élaboration du Protocole de Kyoto en (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si j’étais le président, je pourrais arrêter le terrorisme contre les Etats-Unis en quelques jours. Définitivement. D’abord je demanderais pardon - très publiquement et très sincèrement - à tous les veuves et orphelins, les victimes de tortures et les pauvres, et les millions et millions d’autres victimes de l’Impérialisme Américain. Puis j’annoncerais la fin des interventions des Etats-Unis à travers le monde et j’informerais Israël qu’il n’est plus le 51ème Etat de l’Union mais - bizarrement - un pays étranger. Je réduirais alors le budget militaire d’au moins 90% et consacrerais les économies réalisées à indemniser nos victimes et à réparer les dégâts provoqués par nos bombardements. Il y aurait suffisamment d’argent. Savez-vous à combien s’élève le budget militaire pour une année ? Une seule année. A plus de 20.000 dollars par heure depuis la naissance de Jésus Christ.

Voilà ce que je ferais au cours de mes trois premiers jours à la Maison Blanche.

Le quatrième jour, je serais assassiné.

William Blum

« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.