RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

L’île Moustique, ça vous dit quelque chose ?

L’île Moustique, ça vous dit quelque chose ?
Sous-titre : « Que non ascendam ? » " Où ne monterai-je point ? " Censément pas jusqu’aux tréfonds des abysses sondagières où végète les membres de la clique sarkozyste !

Pour sarkozy, le ministre de l’intérieur (ancienne éminence grise de l’Elysée) et occasionnellement faux témoin (il a été à l’école de môssieur Pasqua dit « môssieu Pasdequoi  », c’est vous dire),

Guéant, « n’est pas "concerné par aucune affaire judiciaire" »,
Pour sarkozy, le futur directeur de sa campagne en 2012, (ancien ministre de l’intérieur) et raciste multirécidiviste à temps plein, Hortefeux, « n’est "concerné par aucune affaire judiciaire" »

Et pour les deux précités plus haut (pas le petit chef suprême, les deux autres), sarkozy « n’est "concerné par aucune affaire judiciaire" », ben voyons !

Les déclarations des uns-es et des autres, pour mieux s’absoudre mutuellement et minimiser les faits qui les concernent directement et personnellement, font qu’on ne sait plus qui a réellement fait quoi… sauf qu’il est évident que l’opiniâtre à embrouiller les cartes paraît de plus en plus suspect.

Toujours est-il que leurs turpitudes à répétitions, et du fait que les mêmes protagonistes (au fond ils forment un noyau d’initiés très restreint (pour raison de sécurité), constitué vraisemblablement au fur et à mesure de l’ascension des uns-es et des autres - cela suppose l’entraide de celles et ceux qui occupe les postes les plus élevés dans la hiérarchie des fromages et filons de la république et un marchandage avec les redevables-obligés chefs d’entreprises et entrepreneurs bénéficiant de contrats avec l’Etat français, comme Bolloré, Bouygues, Arnault, Lagardère, Dassault, Lévy, Margerie, Pinault, etc., etc.) des rouages du pouvoir, au plus haut niveau de l’Etat français, faits et informés pour intervenir à bon escient dans les combines (et l’attribution du rôle (poste) de chacun dans le déroulement des magouilles, organisé comme un gang, d’ailleurs le marchand d’armes, Takieddine, appelle affectueusement sarkozy « Le Boss  »), comme ces messieurs de la "famille" : Balladur dit « Le Grand Ballamouchi  » ou « Sa Suffisance  » (ancien premier ministre et les nombreuses casquettes habituelles (ancien maire du XVe arrondissement de Paris, député, et tout dernièrement il fut chargé de mission par sarkozy, pour récolter des Fonds auprès des pays du Golfe persique (comme pendant la messe à l’église, et de préférence en liasses de billets de 200 et 500 euros neuves) destinés à la Tunisie l’Egypte, la Libye et non pour subventionner la prochaine campagne présidentielle en 2012 du locataire élyséen, sarkozy, comme le suggère de mauvaises langues) il a à son actif une campagne présidentielle calamiteuse (en 1995), complètement pourrie qui déclencha une série de scandales en cascade qui plomberont peut-être définitivement le quinquennat de sarkozy et qui entraîneront sûrement de nombreux ennuis judiciaires aux protagonistes de ces affaires), Woerth (ancien ministre et trésorier de l’ump, englué dans le scandale de l’affaire sarkozy/Woerth/Bettencourt, et madame avant de travailler pour la holding de la vieille dame milliardaire (grâce à l’intervention de de Maistre et peut-être à celle de son ministre de mari ?), est passée par la case "stage" grassement rémunéré dans une banque amie (proche de la clique ump-sarkozyste), comme quasiment toutes les dames du "premier cercle du clan ump-sarkozyste" - voir plus bas, « les deux Valérie Hortefeux et Copé  »), Copé (le clone cumulard de sarkozy (député, maire de Meaux, etc.), ancien ministre du budget - comme son mentor qui à l’époque ou il officiait "au service de la France", a pu démêlé quelques dossiers d’amis-frères proches, tel que Bouygues, Lagardère et consorts - actuel petit chef du parti ump - voir aussi, « les deux Valérie Hortefeux et Copé  »), Gaubert (homme de communication et ancien collabo de sarkozy, de Neuilly aux différents ministères occupés par icelui, il était aussi à la direction d’une filiale des Banques Populaires et des Caisses d’épargne (BPCE), la compagnie 118 (banque haut de gamme), où, comme par hasard, les Valérie Hortefeux et Copé ont été salariées, et patatras,… madame Hélène de Yougoslavie-Gautier "balance" beaucoup !), Bazir (le "frère" siamois de sarkozy - témoin au mariage du couple présidentiel, sarkozy et madame -, en plus de nombreuses casquettes, dont la plus prestigieuse à la société de luxe LVMH (là même, où travaille Bernie Chirac-Chaudron de Courcelles), en passant par le conseil et la surveillance dans le secteur bancaire), Tekiaddine (marchand d’armes, porte-parole de sarkozy (il parle au nom du locataire élyséen sarkozy) discret intermédiaire, jusqu’au jour ou… son ex-femme, Nicola, cracha le morceau), Léotard (l’autre, pas le vrai… comme disait son frère Philippe, ancien ministre de la Défense et toutes ses nombreuse casquettes), Donnedieu de Vabres (mythomane délirant, ancien sous-ministre, recasé aux States dans l’un de ces fromages privés - avec un beau bureau une belle secrétaire, une belle bagnole, un bel appart et tout le tralala - que dirige un redevable-obligé ; il fut un temps inquiété dans l’affaire des rétrocommissions ainsi que son patron de l’époque (lui n’était que « chargé de mission »), François Léotard, ministre de la défense sous Balladur) et consorts, ça n’a plus aucune espèce d’importance. Sauf qu’ils appartiendraient à un gang qui obéirait au (petit) chef suprême, spécialiste de transports de Fonds (via la Suisse) par l’intermédiaire de valises (ou de mallettes) bourrées à craquer de fric - de l’argent malhonnêtement acquis, évidemment, et peut-être mouillé jusqu’au coup dans des affaires foireuses (puisque tout le monde est maintenant au courant).

Des femmes courageuses (et des hommes aussi…)
ou « des gens très hauts placés étaient à la manoeuvre  » comme dirait *Claire Thibout (« Des malfaisants avaient osé porter plaintes contre elle pour, vous lisez bien : « subornation de témoin », « vols de documents » et « dénonciation calomnieuse » Après avoir tout essayé pendant des mois pour l’enfoncer, et malgré cela, les plaintes furent retirées, mais elle a salement trinqué et sa vie a été dévasté…)

Il en faut en ce moment (des femmes courageuses, et des hommes aussi…), les politiques (à part une minorité, dont (entre-autre) l’adversaire politique, Hirsh, (le père du RSA, - totalement dévoyé par Morano et consorts -, qui a fricoté un temps avec les membres du clan sarkozy,… quelques insultes et menaces plus tard,… il a claqué la porte,…Trop, c’est trop !), la ferment et font le dos rond en attendant que ça se passe. Ils ont tords, car comme sarkozy qui a humilié le peuple français lors des monstrueuses manifs (du jamais vu, tant le nombre de manifestant-es était dément) lors de la contre-réforme des retraites par répartition, il en paie aujourd’hui le prix fort, (et certainement jusqu’au départ de l’arène politique), eux aussi (les ramassent miettes) en paieront le prix fort.

* Car, en juillet 2010, après avoir livré ce même témoignage aux enquêteurs, Claire Thibout avait été vouée aux gémonies. Accusée de mythomanie, de manipulation et même de vol, ses déclarations avaient alors été partiellement discréditées - par Hortefeux, entre-autre), aussi bien par les policiers que par le juge Courroye (de transmission sarkozyste) qui à l’époque était procureur de Nanterre, et maître de l’enquête. C’est dire si les petits allaient salement trinqué…

« La juge Prévost-Desprez a été entendue au tribunal de Bordeaux », titre « LeMonde.fr »

Elle fut et demeura la bête noire de la sarkozie, aussi le juge Courroye (de transmission sarkozyste) fit tout son possible pour lui venir en aide et lui faciliter la tâche. Elle explique tout ça par le menu dans son bouquin « Une juge à abattre » ; comment le clan sarkozy décida de l’abattre coûte que coûte, ce qui ne l’empêcha pas de récidiver dans un autre bouquin écrits par deux journalistes (à l’époque ils travaillaient pour le site « Mediapart ») Gérard Davet et Fabrice Lhomme et intitulé « sarko m’a tué ». Je ne souhaiterai pas être à la place des juges Isabelle Prévost-Desprez, Renaud Van Ruymbeke (et les nombreuses poursuites disciplinaires à son encontre car déjà confronté à des dossiers sensibles, Boulin, Urba, Elf, les frégates de Taïwan, etc. ), Marc Trévidic (le même professionnalisme que ceux cité avant lui, et des soucis qui s’accumoncèlent dangereusement au-dessus de la tête), Eva Joly, Eric Halphen (et une affaire montée de toute pièce pour le faire plonger lui et les membres de sa famille, contre son beau-père le docteur Maréchal (l’affaire Schuller-Maréchal) et toutes les gouapes qui tournaient jour et nuit autour de lui menaçantes, le harcelant jusque dans son parking, lui, sa femme et ses enfants, en menaçant de les buter) et ou bien d’autres encore, qui ont en charge les dossiers dits "sensibles", obligés de se couvrir (de un à quatre gardes du corps - jour et nuit - selon les affaires qu’ils traitent et *le degré plus ou moins élevé de menaces de mort qu’ils produisent, plus ou presque plus de vie familiale et la peur au ventre quotidienne). Tout le monde sait qu’il n’est pas rare de subir des pressions ou des "accidents" et parfois une balle dans la tête (c’est la signature de tueurs à gage ou de malfrats)
* il s’agit bien souvent de petites frappes bien "connues des service de police" comme on dit, et pourtant…

Dans sa récente enquête sur les intermédiaires « La République des mallettes », Pierre Péan a révélé l’une des rencontres de sarkozy avec le marchand d’armes et entremetteur international, Takieddine, en 2005. Alors ministre de l’Intérieur, sarkozy aurait proposé au marchand d’armes de lire un rapport sur son accident grave, à l’île Moustique, un an plus tôt. Selon le marchand d’armes et commissionnaire international, Takieddine, le ministre lui offre alors de découvrir « comment et par qui a été organisé (son) meurtre ». Guéant a récemment reconnu, dans les colonnes du quotidien « Libération », ses contacts avec le marchand d’armes et intermédiaire international, Takieddine, en déclarant toutefois « qu’il apparaît aujourd’hui qu’il a fait des choses que la loi et la morale réprouvent ». Oh, le vilain petit canard ! Lui ne serait se laisser aller à d’aussi vils penchants, sauf bien évidemment il s’agissait de servir les intérêts nationaux comme ce fut le cas en Libye ou en Egypte (l’Intriguéant connaît bien tout ce beau monde, d’Alexandre Djouhri, Ziad Tekaddine, Robert Bourgi (dit « le blanchisseur »)… qu’il voyait et recevait régulièrement en catimini). Ce monsieur a été formé à « l’école de môssieu Pasqua » (une vraie référence en la matière), il connaît du bout des doigts toutes les ficelles (usées) ce grand commis de l’Etat (serviteur zélés d’intérêts particuliers, tout particulièrement ceux du clan sarkozy), cet ancien préfet a gravi tous les échelons un à un, d’abord secrétaire général de la préfecture, puis directeur général de la police national, secrétaire de cabinet de sarkozy, secrétaire général de l’Elysée et aujourd’hui ministre de l’intérieur. Son numéro de rosière effarouchée sonne particulièrement faux, car tout le monde sait qu’à « l’école de môssieu Pasqua  » on sait s’arranger avec la légalité et surtout avec la vérité. Le mensonge c’est une seconde nature, il le pratique depuis toujours en serviteur zélé de la sarkozie, au point qu’il ne fait même plus la différence entre ce qui est vrai et ce qui est faux, sa vérité voilà ce qui compte.

A une autre époque (pas si lointaine) Mitterrand usait de stratagèmes aussi avariés (l’affaire du Rainbow Warrior navire amiral de Greenpeace, saboté par un commando d’agent très spéciaux français-es) qui causa la mort d’un journaliste espagnol, pour d’obscures raisons d’Etat qui n’en étaient pas vraiment, les suicides du premier ministre Pierre Bérégovoy et du secrétaire général de l’Elysée François de Grossouvre (mêlés disaient-on, à l’époque, à des scandales financiers), l’affaire du ministre Robert Boulin (encore un scandale mais immobilier celui là ), l’affaire Stephan Marcovitch (le secrétaire d’Alain Delon qui mis Pompidou dans la tourmente pour des raisons d’ordre privé et strictement personnelles), etc. ,etc.

On a le coup de flingue facile à la tête de l’Etat, alors un(e) juge d’instruction ou une comptable récalcitrante… qui se suiciderait d’une balle dans la tête, quoi de plus naturel ?

son "action" sur la scène internationale et sa "gestion" de la crise

Le sujet sera vite traité,… un vide sidérant !
Quand, lui-même ou l’un des membres de son clan fait allusion à une stature soi-disant internationale, cela déclenche une irrésistible hilarité de l’interviewer, tant "l’envergure internationale" du naboléon est ridicule ; quant à sa gestion de la crise, alors que le monde entier navigue à vue (je dis bien LE monde entier) sarkozy quant à lui, contre vent et marée garderait le cap (de mauvaise espérance)…

Secondement, c’est grâce au peuple et à lui seul, (pendant que sarkozy se vantait en petit comité entre-amis, d’avoir à lui seul, humilié et bafoué honteusement le peuple français. « Seul contre tous » pérorait-il. A présent que le matamore d’opérette est redescendu les pieds sur terre, il lui faut régler l’addition et passer à la caisse !), que revient tout *le mérite du non-effondrement du système économique ultralibéral, et grâce à toutes celles et tous ceux qui on participé activement d’une manière ou d’une autre à éviter le chaos, alors que banquiers et autres profiteurs (parasites) ont participer activement à l’effondrement et faillit plonger le monde dans l’abîme, (certains se posèrent la question de savoir si ce n’est pas par pure inconscience et une avidité hors norme les poussant à commettre immanquablement l’irréparable, c-à -d, de nous pousser au suicide collectif ?)
Voilà la vérité, et tout le reste ne sont que piètres billevesées…

* je ne compatis pas du tout à cela, et serai même assez pour accélérer la fin du système capitaliste, mais les événements se sont déroulés comme ce qui est écrit ci-dessus et rien ni personne ne pourra les réécrire. Ces salauds de parasites voulaient (sans hésitation ni remord) nous foutre dedans, et comme le disait si bien le milliardaire Warren Buffet, « Ma classe a déclaré la guerre, etc. » et contrairement à la conclusion de ce monieur, il n’est plus du tout sûr qu’ils la remporteront cette foutue guerre, car la peur (mathématiquement) à changer de camps, rira bien qui rira le dernier !

Les chroniqueurs accrédités de médias aux ordres ou les commis de la grande presse  ; les nouveaux chiens de garde chers à Serge Halimi, qui ont leurs ronds de serviette dans les médias dûment estampillés « voix de son maître », en rajoute une couche avec la propagande sarkozyste, voici quelques beaux spécimens.

Comme d’hab. sarkozy joue la division et essaye de "monter" les français-es les un-es contre les autres :
« sarkozy joue les ouvriers contre les profs », titre un article du « LE MONDE.FR », ou encore ce titre :
« sarkozy réagit à la grève de ceux "qui ont un travail difficile, mais qui ont un statut qui les protège" » C’est l’Hôpital qui se fout de la Charité, un statut qui les protège,… il se fout du monde ! Son propre statut qu’en fait-il ? Sait-il réellement ce qu’est un travail difficile ?
Il (sarkozy) fait furieusement penser au poulet à qui on a tranché la tête et qui continue de gambader tranquillement comme si de rien n’était. Il serait grand temps pour lui et sa madame de préparer les valises et de déhotter fissa des palais républicains (républicains ? pas vraiment puisque môssieu l’a joué hyperperso) en essayant de ne rien emporter des biens de la République dans l’opération « retraite forcée » qui se dessine.

Comme disait un autre spécialiste de l’entourloupe (le politicard Edgar Faure), « Ce n’est pas les girouettes qui changent de direction, c’est le vent ! »

« La Droite populaire (qui en connaît un sacré rayon en direction des vents) rejoint en partie le programme du FN », titre le quotidien vespéral « Le Monde » ; c’est d’ailleurs ce que je vous annonçais sur ce site - il y a quelques temps déjà - les vrais-faux fachos sentent le vent tourné et frappent lourdement à la porte du FN. C’est vraiment la fin des haricots pour le locataire élyséen, sarkozy. Dans son propre camp les trahisons (que je vous annonçais en début d’été,... il a fallu patienter et attendre que ça remonte jusqu’aux neurones de ces messieurs-dames pour que cela produise une réaction, d’ou le (très long) différé…) se font de plus en plus au grand jour, (et pas seulement à cause des élections sénatoriales), l’action sakozy ne vaut plus un coup de cidre, c’est le sauve-qui-peut et la débandade généralisée !

Dégage sarkozy, pensent-ils-elles très fort !

Portez-vous bien, et à la prochaine si vous le voulez bien !

PS : Vous pouvez (si vous le désirez bien entendu) lire ou relire la réédition du livre de Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot « Le président des riches » Enquête sur l’oligarchie dans la France de sarkozy (nouvelle édition revue et augmentée, Edition La découverte/Poche) je ne m’en lasse pas, Manière de Voir (N°119), CRISE BANCAIRE - LE CASSE DU SIECLE, et éventuellement « La république des mallettes » Fayard ed., de Pierre Péan

re-PS : Tiens, les Balkany sont les grands absents de ce déballage merdiatique,… pas très grave, peut-être apparaîtront-ils dans les prochaines fournées ? (lui qui aime tant voyager en Afrique, dommage…) et d’autres comme Lefebvre, pour raison d’incapacité flagrante (Lagarde non plus n’est pas compétente, mais elle parle couramment anglais, alors…)

URL de cet article 14743
  

CHE, PLUS QUE JAMAIS (ouvrage collectif)
Jean ORTIZ
Recueil d’interventions d’une vingtaine d’auteurs latino-américains et européens réunis à Pau en avril 2007 pour un colloque portant sur l’éthique dans la pratique et la pensée d’Ernesto Che Guevara, une pensée communiste en évolution, en recherche, qui se transforme en transformant, selon les intervenants. Quatrième de couverture On serait tenté d’écrire : enfin un livre sur le Che, sur la pensée et la pratique d’Ernesto Guevara, loin du Che désincarné, vidé d’idéologie, doux rêveur, marchandisé, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"La seule et unique raison pour laquelle certaines parties de la classe dirigeante n’aiment pas Trump, ce n’est pas parce qu’il ne défend pas leurs intérêts (il le fait), mais parce qu’il gère mal les événements et les récits d’une manière qui expose à la vue de tous la laideur de l’empire."

Caitlin Johnstone

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.