Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


L’Occident a opprimé le Tiers-Monde pendant si longtemps qu’il est lui-même devenu le Tiers-Monde

Beaucoup l’ont déjà remarqué : les États-Unis ne se sentent vraiment, vraiment pas comme le leader mondial, ni même comme un « pays du Premier monde ». Bien sûr, j’écris cela avec sarcasme, car je déteste des expressions comme « Premier monde » et « Tiers monde ». Mais les lecteurs savent ce que je veux dire.

Ponts, métros, centres-villes, tout s’écroule, s’effondre. Lorsque je vivais à New York, il y a plus de vingt ans, revenir du Japon était choquant : les États-Unis se sentaient comme un pays pauvre, dépourvu, plein de problèmes, de misère, de personnes confuses et déprimées, de personnes sans abri ; en bref – des desperados. Aujourd’hui, je ressens la même chose lorsque j’atterris aux États-Unis après avoir passé quelque temps en Chine.

Et cela empire encore. Ce dont l’Occident accusait l’Union Soviétique est aujourd’hui clairement détectable aux États-Unis et au Royaume-Uni même : la surveillance est à chaque étape, de nos jours, à New York, Londres, Sydney et même dans les campagnes. Chaque mouvement qu’une personne fait, chaque achat, chaque clic d’ordinateur, est enregistré ; quelque part, d’une manière ou d’une autre. Et cette surveillance n’est, lka plupart du temps, même pas illégale.

La parole est contrôlée par le politiquement correct. Quelqu’un dans les coulisses décide ce qui est acceptable et ce qui ne l’est pas, ce qui est souhaitable ou non, et même ce qui est permis. Vous commettez une « erreur » et vous vous retrouvez à l’extérieur, dans les postes d’enseignants des universités ou dans les médias.

Dans de telles conditions, l’humour ne peut pas prospérer, et la satire meurt. Ce n’est pas sans rappeler le fondamentalisme religieux : on est détruit si on « offense ». Dans de telles circonstances, les écrivains ne peuvent pas écrire des romans novateurs, car les vrais romans offensent par définition, et repoussent toujours les limites. Par conséquent, presque plus personne ne lit de romans.

Seul l’humour édenté et contrôlé est permis. Aucun coup ne peut être administré intuitivement. Tout doit être calculé à l’avance. Aucune fiction politique « scandaleuse » ne peut passer la « censure invisible » en Occident (et donc, les romans en tant que forme ont failli mourir). Ceux qui lisent en russe ou en chinois savent très bien que la fiction en Russie et en Chine est beaucoup plus provocante et avant-gardiste.

En Occident, la poésie est morte aussi. Il en est de même pour la philosophie, qui a été réduite à une discipline académique ennuyeuse, obsolète et indigeste.

Alors qu’Hollywood et les médias continuent de produire, sans relâche, toutes sortes de déchets racistes très insultants et stéréotypés (principalement contre les Chinois, les Russes, les Arabes, les Latinos et autres), de grands auteurs et cinéastes qui veulent ridiculiser le régime occidental et sa structure, ont déjà été réduits au silence. On ne peut qu’humilier les non-occidentaux d’une manière approuvée (encore une fois : quelque part, d’une manière ou d’une autre), mais Dieu nous en préserve, si on ose critiquer les élites pro-occidentales qui ruinent leur pays au nom de Londres et Washington, dans le Golfe, en Asie du Sud-Est ou en Afrique – ce serait « condescendant » et « raciste ». Un grand arrangement pour l’Empire et ses serviteurs, n’est-ce pas ?

Nous savons tous ce qui est arrivé à Julian Assange et à Edward Snowden. En Occident, les gens disparaissent, se font arrêter, censurer. Des millions de personnes perdent leur emploi : dans les médias, les maisons d’édition et les studios de cinéma. L’ère de la guerre froide semble relativement « tolérante » par rapport à ce qui se passe actuellement.

Les médias sociaux répriment constamment les personnes « inconfortantes », les médias « inacceptables » et les pensées « trop peu orthodoxes ».

Le voyage est devenu un camp d’entraînement. C’est ici qu’ils te brisent. Passez par les aéroports de l’Ouest et vous rencontrerez le vulgaire et insultant « Sécuristan ». Maintenant, on ne s’attend pas seulement à ce que vous enleviez votre pantalon si on vous en donne l’ordre, ou que vous enleviez vos chaussures, ou que vous jetiez toutes vos bouteilles contenant des liquides : on s’attend à ce que vous souriez, que vous souriez vivement, que vous souriez comme un idiot. Vous êtes censés montrer à quel point vous êtes impatients, combien vous êtes coopératifs : pour répondre haut et fort, en regardant droit dans les yeux de vos bourreaux. Si tu te fais humilier, sois poli. Si vous voulez voler, montrez que vous appréciez cette humiliation stupide et inutile, administrée pour une seule et unique raison : vous briser, vous rendre pathétique et soumis. Pour vous apprendre où est votre vraie place. Ou alors. Ou alors ! Nous savons tous ce qui arrivera si vous refusez de « coopérer ».

***
Maintenant, « ils » utiliseront un double langage pour vous faire savoir que tout cela est pour votre propre bien. On ne le prononcera pas, mais on vous le fera sentir : « Vous êtes protégés de ces horribles monstres du Tiers Monde, fous, pervers. Et bien sûr, de Poutine, des communistes chinois, du boucher Maduro, d’Assad, ou des fanatiques chiites iraniens ».

Le régime se bat pour vous, il se soucie de vous, il vous protège.

Bien sûr, si vous vivez au Royaume-Uni ou aux États-Unis, il y a de fortes chances que vous soyez endetté, déprimé et sans perspectives d’avenir. Peut-être que vos enfants ont faim, peut-être qu’aux États-Unis, vous n’avez pas les moyens de payer les soins médicaux. Il est fort probable que vous n’ayez pas les moyens de vous loger dans votre propre ville. Peut-être êtes-vous obligé d’avoir deux ou trois emplois.

Mais au moins, vous savez que vos « sages dirigeants » à la Maison-Blanche, au Congrès, au Pentagone et dans les agences de sécurité, travaillent jour et nuit, vous protégeant d’innombrables complots, d’attaques vicieuses de l’étranger, et de ces mauvais Chinois et Russes, qui sont occupés à bâtir des sociétés progressistes et égalitaires.

Vous avez de la chance !

***
Sauf que quelque chose ne colle pas ici.

Pendant des années et des décennies, on vous a dit combien vous étiez libre. Et combien sont opprimés, non libres, ceux contre qui vous êtes protégés.

On vous a dit combien vous êtiez riche et combien les « autres » étaient malheureux.

Pour arrêter ces hordes démunies et dérangées, il a fallu prendre des mesures sérieuses. Un escadron de la mort de droite dans un pays d’Amérique Centrale ou d’Asie du Sud-Est devait être formé dans des camps militaires américains ; un monarque totalement absolutiste et corrompu devait être soutenu et choyé ; un coup d’état fasciste militaire devait être organisé. Des millions de viols, des dizaines de milliers de cadavres. Pas joli du tout, mais vous savez... nécessaire. Pour votre propre bien, citoyens nord-américains ou européens ; pour votre propre bien...... Même pour le bien du pays que nous avons désigné pour notre « libération ».

Peu de dissidents en Occident protestent depuis des décennies. Personne n’y a prêté beaucoup d’attention. La plupart d’entre eux sont devenus « inemployables » et ont été réduits au silence par la misère et l’incapacité de payer leurs factures de base.

Mais soudain....

Que s’est-il passé, soudainement ? Parce qu’il s’est vraiment passé quelque chose...

***
L’Empire s’est lassé de piller exclusivement les parties non occidentales du monde.

Bien conditionné, lavé de cerveau et effrayé, le public occidental a commencé à être traité avec le même mépris que les gens dans les parties du monde pillées et misérables. Eh bien, pas encore, pas exactement. Il y a encore quelques différences essentielles, mais la tendance est bel et bien là.

Le public occidental ne peut pas trop en faire pour se protéger, vraiment. Le régime sait tout sur tout le monde : il espionne chaque citoyen : où il va, ce qu’il mange, conduit, vole, regarde, consomme, lit. Il n’y a plus de secrets.

Vous êtes athée ? Pas besoin « d’avouer ». Vous vous confessez chaque minute, à chaque clic d’ordinateur, en appuyant sur le bouton de la télécommande, ou en faisant vos achats sur Amazon.

Est-ce que Big Brother regarde ? Oh non, il y a maintenant une surveillance beaucoup plus détaillée. Big Brother regarde, enregistre et analyse.

Le Général Pinochet du Chili se vantait qu’aucune feuille ne pouvait bouger à son insu. La vieille ordure fasciste se vantait. Il exagérait. D’un autre côté, les dirigeants occidentaux ne disent rien, mais ils savent clairement ce qu’ils font. A leur insu, rien ne bouge et personne ne bouge.

En arrivant de Chine, de Russie ou de Cuba, la première chose qui me frappe, c’est à quel point les Européens et les Nord-Américains sont disciplinés, obéissants et effrayés. Ils savent inconsciemment qu’ils sont contrôlés et ne peuvent rien y faire.

Lorsque les trains sont retardés ou annulés, ils murmurent des malédictions à moitié audibles. Leurs prestations médicales sont réduites, ils acceptent ou se suicident discrètement. Leurs infrastructures publiques s’effondrent ; ils ne disent rien, se souvenant du « bon vieux temps ».

Pourquoi est-ce que je ressens de l’espoir, je ris avec les gens, à Mexico, Johannesburg ou Pékin ? Pourquoi y a-t-il tant de chaleur dans les villes géographiquement froides de Vladivostok ou de Petropavlovsk au Kamchatka ? Pourquoi les habitants de Londres, Paris, Los Angeles ont-ils l’air si inquiets, si déprimés ?

Certains pays historiquement pauvres sont en hausse. Et les gens là-bas montrent leur appréciation pour chaque petite amélioration. Rien n’est plus beau que l’optimisme.

L’Occident a combattu le soi-disant « Tiers monde » pendant de longues décennies, l’opprimant, le tourmentant, le pillant, violant son peuple. Cela les empêchait de choisir leur propre gouvernement. Aujourd’hui, il est allé trop loin : il tente de contrôler et d’opprimer le monde entier, y compris ses propres citoyens.

Au fur et à mesure que divers pays du monde se relèvent, résistant aux pressions de Washington, Londres, Paris et Berlin, les Occidentaux sont de plus en plus traités par leurs gouvernements avec le dépit qui était autrefois réservé exclusivement aux « nations sous-développées » (oui, une autre expression répugnante).

Il est clair que l’Occident a « appris de lui-même ».

Alors que des pays comme la Russie, la Chine, le Vietnam, le Mexique, l’Iran et d’autres progressent à grands pas, de nombreux empires colonialistes et néocolonialistes autrefois riches commencent à ressembler au « Tiers Monde ».

De nos jours, il est très triste d’être écrivain à New York ou à Londres. Tout comme il est effrayant d’être pauvre. Ou d’être différent. Partout dans le monde, les rôles sont inversés.

Andre Vltchek

Source : https://journal-neo.org/2019/09/03/the-west-oppressed-the-third-world-...

Traduction https://reseauinternational.net/

4 septembre 2019

»» https://reseauinternational.net/loccident-a-opprime-le-tiers-monde-pen...
URL de cet article 35204
   
Même Auteur
Point de non-retour
Andre VLTCHEK
LE LIVRE : Karel est correspondant de guerre. Il va là où nous ne sommes pas, pour être nos yeux et nos oreilles. Témoin privilégié des soubresauts de notre époque, à la fois engagé et désinvolte, amateur de femmes et assoiffé d’ivresses, le narrateur nous entraîne des salles de rédaction de New York aux poussières de Gaza, en passant par Lima, Le Caire, Bali et la Pampa. Toujours en équilibre précaire, jusqu’au basculement final. Il devra choisir entre l’ironie de celui qui a tout vu et l’engagement de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Que ce soit bien clair : nous avons commis des erreurs, évidemment. Et nous en commettrons d’autres. Mais je peux te dire une chose : jamais nous n’abandonnerons le combat pour un monde meilleur, jamais nous ne baisserons la garde devant l’Empire, jamais nous ne sacrifierons le peuple au profit d’une minorité. Tout ce que nous avons fait, nous l’avons fait non seulement pour nous, mais aussi pour l’Amérique latine, l’Afrique, l’Asie, les générations futures. Nous avons fait tout ce que nous avons pu, et parfois plus, sans rien demander en échange. Rien. Jamais. Alors tu peux dire à tes amis "de gauche" en Europe que leurs critiques ne nous concernent pas, ne nous touchent pas, ne nous impressionnent pas. Nous, nous avons fait une révolution. C’est quoi leur légitimité à ces gens-là, tu peux me le dire ? Qu’ils fassent une révolution chez eux pour commencer. Oh, pas forcément une grande, tout le monde n’a pas les mêmes capacités. Disons une petite, juste assez pour pouvoir prétendre qu’ils savent de quoi ils parlent. Et là, lorsque l’ennemi se déchaînera, lorsque le toit leur tombera sur la tête, ils viendront me voir. Je les attendrai avec une bouteille de rhum.

Ibrahim
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.


L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.