RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

L’opposition vénézuélienne résidant en France tente de manipuler l’opinion publique française avec des photomontages (TeleSur)

Les photos des pancartes que montrent les opposants à Paris correspondent à des faits qui se sont déroulés en dehors du Venezuela (Foto : @HsalasteleSUR)

Armés de pancartes dans lesquelles on pouvait voir des photomontages ainsi que des potos provenant de pays où le gouvernement a brutalement réprimé des manifestants, des vénézuéliens opposants [au gouvernement de Nicolas Maduro] résidant en France ont manifesté leur soutien à leurs compatriotes au Venezuela.

Utilisant la même stratégie que l’opposition vénézuélienne, des membres de ce secteur politique résidant à l’étranger comme par exemple en France, continuent d’utiliser des photos de pays autres que le Venezuela dans le but de manipuler la réalité du terrain alors que le gouvernement de ce pays fait face à un coup d’état « doux » en cours depuis une dizaine de jours.

Cette information nous a été rapportée par la correspondante de Telesur en France, Hilda Salas, qui a diffusé à travers son compte Twitter @HsalasteleSUR des photos qui étaient utilisées par des opposants vénézuélienslors d’une manifestation dans la capitale française.

« Des opposants montrent à #Paris la répression en #Grèce en disant qu’il s’agit du #Venezuela. Les boucliers [de la police] sont en grec... », signale l’un des tweet diffusé par la journaliste de Telesur.

La correspondante [Hilda Salas] a signalé que la majorité des potos qui figuraient sur les pancartes [des opposants présents lors du rassemblement qui s’est tenu Place de la Bastille à Paris le samedi 22 février] correspondaient à des faits qui n’ont pas lieu au Venezuela, puisqu’il saute aux yeux très clairement qu’il s’agit de photos réelles mais prises en Egypte, au Chili, au Pérou et en Grèce.

Ci-après quelques-uns des tweets de la correspondante de Telesur :

#France. Des opposants vénézuéliens réunis Place de la République à #Paris. Ci-après : fotos de répression en #Grèce. pic.twitter.com/2BbkrHCp3y

Condamnation de la « sale guerre »

Les autorités vénézuéliennes ont rejeté la campagne de « sale guerre » que les médias privés mènent à travers les réseaux sociaux contre le Venezuela.

Depuis Caracas, capitale du Venezuela, la Ministre de la communication et de l’information de ce pays a révélé la semaine dernière une série de photomontages présentés par les médias dans le but de faire croire à l’étranger qu’au Venezuela le gouvernement réprime et interdit les manifestations.

http://www.telesurtv.net/articulos/2014/02/23/enfotos-opositores-venez...

Soutien au gouvernement exprimé lors des Journées franco-latino- américaines à Paris

D’autre part, des étudiants vénézuéliens d’Allemagne, de France, de Russie, d’Espagne et de Chine, ont exprimé leur soutien au gouvernement du Venezuela par le biais d’un communiqué que les boursiers résidant en Europe et Asie de la Fondation Gran Mariscal de Ayacucho ont lu durant les Journées Franco-latino-américaines qui se sont déroulées à Montreuil, en banlieue parisienne, dimanche dernier.

Ci-après le communiqué des étudiants : http://bit.ly/1mDCmHr

Source : http://www.telesurtv.net/articulos/2014/02/23/enfotos-opositores-venez...

Traduction : Luis Alberto Reygada pour Le Grand Soir

URL de cet article 24644
  

Même Thème
Ainsi parle Chávez
Hugo Chávez, figure du Venezuela et de l’Amérique latine contemporaine, si critiqué et diffamé dans la plupart des médias, était indéniablement le président métisse, issu d’une famille pauvre, avec lequel les classes populaires pouvaient s’identifier. Pendant 13 ans, chaque dimanche, il s’est adressé à son peuple dans une émission appelée « Allô président », fréquemment enregistrée sur le terrain et en public. Ce livre recueille certaines de ses allocutions. Tour à tour professeur, historien, blagueur, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"La vérité, c’est que le gouvernement ne peut construire une prison qui soit pire que celle qui consisterait à trahir ma conscience ou mes principes."

Chelsea Manning.

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.