Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


La crise prend une tournure dramatique au Venezuela

Le 27 mars, Fabiana Rosales, épouse de Juan Guaido (reconnu par les Etats-Unis comme « président par intérim du Venezuela »), a eu les honneurs du Bureau Ovale de la Maison-Blanche. Après avoir reçu le soutien de Donald Trump et s’être entretenue avec le vice-président Mike Pence, la jeune femme s’est vue accorder le titre honorifique de « première Dame du Venezuela ».

Cette nouvelle a créé une forte émotion à Caracas. Lors d’une conférence de presse convoquée en urgence dans les salons du JW Marriott Hotel et, malgré les pénuries, devant un buffet chargé de sushis, de tacos, de salades, de chilis, de fruits, de fromages, de pâtisseries et de divers alcools, l’ancienne championne de kitesurf (qui a également présenté quelques émissions à la télévision et à la radio) Lilian Tintori, par ailleurs épouse de l’opposant Leopoldo López, a condamné ce qu’elle a caractérisé comme « un coup d’Etat ». Evoquant l’inlassable combat qu’elle a mené pour appuyer son époux, prisonnier politique que le pouvoir cherche à faire taire parce qu’il a voulu réformer le pays en organisant en 2014 l’opération « La Salida » – une série d’émeutes un tout petit peu sanglantes destinées à obtenir le départ de Nicolás Maduro –, la dirigeante politique et défenseure des droits de son homme a rappelé que, au cours de ses multiples voyages intercontinentaux, elle a même été reçue par le « caudillo » de Matignon, Manuel Valls, le 15 octobre 2015. C’est donc après avoir dénoncé « une imposture », qu’elle s’est autoproclamée « première Dame du Venezuela par intérim » et en a appelé à la communauté internationale pour organiser une opération humanitaire destinée à appuyer sa nomination de transition.

Y a-t-il deux « premières Dames au Venezuela » ? Telle est l’angoissante question qui a retenti dans la « matinale » de France Culture, où règne la plus grande confusion. « Noooooon ! », a immédiatement fait savoir par communiqué la dirigeante de mouvement de masse Vente Venezuela (dix-sept adhérents) María Corina Machado. Reçue elle aussi dans le Bureau Ovale par George W. Bush, le 31 mai 2005, cette exquise dirigeante radicale exige, au nom de la « responsabilité de (la) protéger » (R2P), une intervention militaire multinationale (sans les Etats-Unis !) et des pressions financières, policières, judiciaires et diplomatiques pour mettre hors d’état de nuire « les deux imposteur.e.s ». Aux dernières nouvelles, après avoir annoncé le début d’une « guerre de libération » du statut de « première Dame », Machado, juchée sur ses talons, les cheveux bruns parfaitement lissés, aurait pris le maquis sur les pentes escarpées du Parc national El Ávila.

Mauricio Lemoineau
Correspondant permanent
de l’Agence France Paresse (AFP)
à Altamira

URL de cet article 34756
   
Même Thème
Chroniques bolivariennes : Un voyage dans la révolution vénézuelienne
Daniel Hérard, Cécile Raimbeau
Après la mort d’Hugo Chávez, que reste-t-il de la révolution vénézuélienne, de ce « socialisme du XXIe siècle » ? Ses obsèques grandioses, pleurées par des foules pendant plusieurs jours et honorées par de nombreux chefs d’État, ont contrasté avec les critiques virulentes dont il avait fait l’objet dans les médias occidentaux. Cécile Raimbeau et Daniel Hérard nous entraînent au cœur de cette révolution pacifique, à la rencontre de la base, des supporters de Chávez. Ils les écoutent et les photographient, en (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Rien n’est aussi stupide que l’intelligence orgueilleuse d’elle-même.

Mikhaïl Bakounine


Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
43 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.