Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


La destruction du Baccalauréat ?

« Je suis pour un rapport à l’autorité construit à l’école ». Emmanuel Macron au Grand Oral du Medef.

Dans un précédent article nous pointions déjà les dysfonctionnements de la plate-forme APB qui ont amené près de 87 000 bacheliers dans l’attente, jusqu’au 19 juillet, pour avoir une proposition d’affectation dans une Université, ainsi que le manque de moyens donnés aux universités, encore amputées financièrement. Nous prédisions à long terme une destruction de l’enseignement supérieur*. Eh bien l’on peut penser que bientôt il en sera de même du baccalauréat, premier grade universitaire, l’épreuve reine de la scolarité française.

Macron, lors de son passage au Grand Oral du Medef, avançait, entre autres, vouloir reconstruire un savoir à l’école, mais un savoir utilisable pour l’entreprise (les fameuses « compétences »), avec à la clé une accentuation de la mise en compétition des élèves, et tous les effets néfastes qu’elle apporterait sur le collectif, l’augmentation des stages durant le secondaire et une présence plus accentuée des entreprises à l’école. Dans le programme de l’ancien Ministre de l’Économie on retrouve l’idée d’imposer seulement quatre matières obligatoires au bac, le reste étant évalué par contrôle continu. Ce contrôle continue nous est justifié encore une fois par le soi-disant coût « exorbitant » du Bac.

Jean-Michel Blanquer, ancien directeur de l’école de commerce l’Essec et nouveau ministre de l’Education nationale, lors d’une interview, émettait son souhait de mettre très rapidement en place, en parallèle du contrôle continu, un bac « plus musclé » : un simple tour de passe-passe visant à faire passer la pilule de la sélection à l’entrée de l’université, véritable enjeu de la réforme du Bac et de l’enseignement supérieur.

Jetons un œil ensuite sur le fameux « Contrat de réussite étudiant ». Celui-ci repose sur quatre points : 1) les souhaits du futur étudiant, 2) les exigences de chaque cursus, 3) la capacité d’accueil des formations et 4) prendre « en compte sans s’y réduire, les attentes et les besoins exprimés par la société et l’économie française ». Ce dernier point trahit clairement une idée de mise en concurrence entre les jeunes concernés et qui aura pour effet, non pas de faire « sortir du lot » les meilleurs éléments, mais de créer un fossé entre les jeunes ayant de bonnes conditions pour étudier et ceux n’en ayant pas, cela alors que le « bac donne l’accès de droit en licence car c’est le premier grade de l’enseignement supérieur ». Ce projet va à l’encontre d’une orientation librement choisie sur le long terme à la fois pré-bac et post-bac**.

On remarquera également que depuis plusieurs années l’entreprise s’installe à l’école. Citons dans le cas du Collège le fameux (et inutile) stage découverte d’une semaine en entreprise pour les élèves de troisième, institué en 2005, et qui fait chaque année perdre de l’argent aux écoles, du temps pour les élèves qui d’une part perdent des heures de cours et d’autre part, lors de ces stages, n’apprennent la plupart du temps rien car ils sont relégués aux tâches subalternes. *** Parlons aussi de l’« esprit d’entreprendre » qui a pris attache dans le secondaire sous Sarkozy. La présence dans les lycées d’associations idéologiques comme « Entreprendre pour apprendre », dont l’activité est entre autres d’aider les lycéens à faire une sorte de mini-entreprise au sein de l’établissement, avec une répartition du travail non par connaissances mais par traits de caractère, ce qui est typique du management capitaliste, n’est pas anodine.

Attention, si destruction du baccalauréat il y a ce n’est point forcément par une baisse de niveau, quand bien même l’acquisition de la langue et de certaines bases a baissé à cause de classes surchargées et de programmes ne s’attardant pas assez sur certains points, car le niveau de culture est lui relativement élevé par rapport à avant. Le vrai problème c’est que continuer à dire « tu auras un bon travail si tu bosses bien à l’école » est à l’heure actuelle une pure escroquerie. Non, actuellement, on a une surqualification à l’embauche et une déqualification à l’emploi, c’est-à-dire qu’une personne ayant un haut niveau universitaire doit prendre un travail à qualification inférieure, prenant ainsi l’emploi de celui qui a les qualifications requises ! Nous ne saurions qu’inciter le lecteur à regarder la très bonne vidéo sur le sujet réalisée par le camarade Loïc Chaigneau : « Travaille à l’école, tu auras un bon job... OU PAS ! »

Au fond la bourgeoisie souhaite détruire le bac parce qu’il ne répond plus aux exigences du patronat et représente encore trop cette idée que tout un chacun, même le plus modeste d’entre nous, peut accéder aux études supérieures. Elle essaye de conserver son pouvoir en le transformant, par l’intermédiaire d’une mise en place d’une présélection à l’entrée en Université (ou désormais en Master, l’obtention de la licence ne permettant plus de droit l’entrée en Master) et en implantant l’entreprise à tous les échelons de l’école afin de créer, au plus tôt, des générations pour qui « l’école est faite pour trouver un travail », en réalité des serviteurs.

L’école est faite pour instruire et enseigner, pour former la jeunesse à sa future citoyenneté !

Programme JRCF, volet éducation -

Refuser radicalement tout formatage idéologique néo-libéral des jeunes enseignants sous le couvert d’une pédagogie anglo-saxonne d’inspiration libérale (les compétences). Ce n’est pas l’élève ou l’individu qui est au centre de l’école nationale, mais la transmission, aussi active que possible, des connaissances acquises avec esprit critique, le but étant la formation de l’homme, du citoyen et du travailleur.

* « 87 000 bacheliers en attente et le gouvernement réduit les dépenses de l’enseignement supérieur : vers la fin de l’Université française ? » 17 juillet 2017.

**Tiré de l’article de SNESUP-FSU : « Contrat de réussite étudiant » ou sélection cachée ? »

***A ce sujet, dans une vidéo semblant anodine, « Je trouve mon stage de découverte en 3ème #eduinov » de la chaine de Thierry Foulker du 9 novembre 2015, on présente des élèves de 3ème devant se présenter devant les entreprises pour le stage aidés par un professeur et un intervenant scolaire du nom d’Arnaud Savin, auteur du livre Les clés de l’entreprise. Ce qui est intéressant c’est qu’à la fin de la vidéo le même Savin dit en résumé ceci : le but de l’école, c’est d’amener les jeunes à pousser la porte pour aller sur le marché du travail. Chacun appréciera l’idée républicaine qui en découle...

»» http://jrcf.over-blog.org/2017/07/la-destruction-du-baccalaureat.html
URL de cet article 32144
   
Même Thème
L’Eglise et l’école, de Marceau Pivert
La laïcité séduit au XIXe siècle une bourgeoisie soucieuse de progrès et d’efficacité. Les socialistes en font également leur cheval de bataille. La séparation de l’Église et de l’École puis de l’Église et de l’État en 1905 en est le symbole, mais ce fragile compromis est bientôt remis en cause. Face à une contestation grandissante, la bourgeoisie et l’Église s’allient pour maintenir l’ordre social, politique et moral. Depuis les années 1920, leur offensive conjointe reprend une à une les conquêtes laïques. La (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Au Salvador, les escadrons de la mort ne tuent pas simplement les gens. On les décapite, on place leurs têtes sur des piques et on garnit ainsi le paysage. La police salvadorienne ne tuait pas seulement les hommes, elle coupait leurs parties génitales et les fourrait dans leurs bouches. Non seulement la Garde nationale violait les femmes salvadoriennes, mais elle arrachait leur utérus et leur en recouvrait le visage. Il ne suffisait pas d’assassiner leurs enfants, on les accrochait à des barbelés jusqu’à ce que la chair se sépare des os, et les parents étaient forcés de garder."

Daniel Santiago,prêtre salvadorien
cité dans "What Uncle Sam Really Wants", Noam Chomsky, 1993

Commandos supervisés par Steve Casteel, ancien fonctionnaire de la DEA qui fut ensuite envoyé en Irak pour recommencer le travail.


Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
96 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.