RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

La France, une puissance coloniale maritime à la faveur de la violation du droit international (Cas des Iles Eparses)

La France vient de faire savoir par 4 décrets qu’elle étend de 500 000 km² son domaine maritime au large des DOM-TOM (Guadeloupe, Martinique, Guyane, Nlle Calédonie et les Iles Kerguélen), ramenant ce dernier à une superficie totale de 11,5 millions de km² (!!) et faisant de la France la 2ème puissance maritime mondiale derrière les USA.

Cette extension fait suite à la demande déposée par la France auprès de l’ONU, dans le cadre de la Convention de Montégo Bay sur le droit de la mer. Cette Convention internationale permet, en effet, à un pays de revendiquer l’extension de sa Zone Economique Exclusive (ZEE) au-delà des 200 milles ( 370 kms environ) traditionnels jusqu’à 350 milles (650 kms environ), en faisant valoir les limites de son plateau continental sous-marin. Pour info, l’île de Juan de Nova n’est qu’à 150 kms des côtes malagasy.

Et nos Iles Eparses ?

Que la France en ait fait la demande et obtenu gain de cause, c’est son droit le plus strict. Mais, force est de rappeler que la FRance, qui se targue d’être la 2ème puissance maritime mondiale, le doit en grand partie au mépris des règles internationales concernant notamment les Iles Eparses.

Ces îles du Canal de Mozambique, annexées par la France à la veille de l’indépendance de Madagascar par décision de De Gaulle de les rattacher au ministère de l’Outre-mer, font partie intégrante et revendiquées à juste titre par les Malagasy. En 1979, l’assemblée générale de l’ONU demandait à la France d’entamer « sans plus tarder des négociations avec le gouvernement malgache en vue de la réintégration des îles qui avaient été séparées arbitrairement de Madagascar » (Résolution 34/91 du 12 Décembre 1979 & Résolution 35/123 du 11 Décembre 1980). Mais la France n’en a cure, bafouant au plus haut point le droit international. Au contraire, en 2007, telle une provocation, elle a légiféré de manière unilatérale pour intégrer les îles éparses au sein des Terres australes et antarctiques françaises (TAAF – 5e district).

Du côté du gouvernement malagasy, ni le régime putschiste ni celui de Rajaonarimampianina, le co-putschiste légitimé, n’a rien fait de substantiel sauf des discours et déclarations de bonnes intentions. M. Rajaonarimampianina a parlé de « co-gestion », un terme vide de sens, incompréhensible et inacceptable pour les Malagasy. C’est un terme qui équivaut à une reddition et à l’abandon des revendications malgré la faveur du droit international. C’est d’autant plus incompréhensible que le pays qui se noie dans la pauvreté extrême aura fortement besoin des richesses sous-marines importantes de ces zones (halieutiques, gaz, pétrole). Mais que peut-on attendre des dirigeants cupides, dépourvus de tout sens patriotique qui ne pensent qu’à vendre la Patrie aux intérêts étrangers ?

Le cas de Mayotte, soustraite arbitrairement à l’archipel des Comores en 1976 à l’issue d’un mascarade de référendum, constitue aussi une entorse grave au droit international de par le caractère illégal de sa départementalisation, la Résolution 31/4 du 21 octobre 1976 en fait foi. D’ailleurs, la France a fait l’objet de plusieurs condamnations par l’ONU mais elle a toujours brandi son véto pour continuer à violer le droit international.

Bref, la France entend garder sa présence et sa domination dans cette zone du Canal de Mozambique. Elle y agit en hors-la-loi depuis des années et n’hésite point à violer le droit international pour faire main basse sur les richesses pléthoriques de cette zone. Il faut dénoncer ici la mauvaise foi et le double discours hypocrite de la France. D’un côté, un pays qui se veut le chantre des droits de l’homme, qui crie au respect du droit international et de l’intégrité territoriale (en Ukraine, au Mali, en Centrafrique, en Syrie) et de l’autre, un Etat voyou qui bafoue les règles et les institutions internationales lorsqu’il s’agit de ses propres intérêts. C’est ni plus ni moins que la continuité de la colonisation avec la complicité des dirigeants pantins.

Les Iles Eparses et leurs ZEE appartiennent et doivent revenir aux Malagasy. Point barre !!

TG

******************

Lire aussi :
Iles Eparses : Elles appartiennent à la France, dixit Mme l’Ambassadeur ! Quelle provocation !

»» https://tsimokagasikara.wordpress.com/2015/10/01/la-france-une-puissan...
URL de cet article 29468
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

CUBA OU L’INTELLIGENCE POLITIQUE - Réponses à un président des États-Unis (Livre format PDF)
Jacques-François BONALDI
365 JOURS APRÈS Aujourd’hui 22 mars 2017, voilà un an jour pour jour que Barack Obama entrait de son pas caractéristique sur la scène du Grand Théâtre de La Havane pour une première : un président étasunien s’adressant en direct et en personne au peuple cubain. Trois cent soixante-cinq jours après, que reste-t-il de ce qui était le clou de sa visite de deux jours et demi à La Havane ? Pas grand-chose, je le crains… Les événements se déroulent maintenant si vite et tant de choses se sont passées depuis – (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"La CIA contrôle tous ceux qui ont une importance dans les principaux médias."

William Colby, ancien directeur de la CIA

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.