RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
11 

La grande presse et ses vérités

Il y a un filon inexploité qui pourrait nourrir les études à venir sur la dégénérescence qui a atteint les médias dominant la planète. Chaque jour qui passe, les lecteurs de journaux, les auditeurs de radios et les téléspectateurs sont soumis au feu roulant d’une information que les auteurs ne prennent même plus la peine d’emballer. A tel point, qu’il n’y a aucun effort à faire pour cueillir les plus beaux mensonges.

L’un des derniers en date se trouve dans une dépêche de l’Agence France Presse (AFP), reprise par le Figaro en ligne du 31 octobre, sous cet intitulé : « L’aéroport de Hama : prison terrifiante ». On peut y lire qu’un certain Mourad Al Hamwi, 25 ans, a été détenu pendant 75 jours à l’aéroport parmi 57 personnes dans un cachot de 4 mètres sur 3, soit une surface de 12 m². Un simple calcul peut permettre de se rendre compte que l’AFP ne contrôle rien des communiqués fournis par l’Office syrien des droits de l’homme (OSDH). Elle se serait rendu compte que l’espace carcéral cité aurait offert 0.021 m² par prisonnier et que les victimes auraient survécu, à cet incroyable entassement, deux mois durant. Mais l’AFP ne vérifie pas et peut surtout mentir elle-même dans le mépris qu’elle a pour l’intelligence de sa cible.

Plus tôt dans le mois, concernant Bani Walid, c’était soit « La Libye qui reprend le contrôle de Bani Walid » (La Croix), soit « Des forces pro-gouvernementales s’emparent de Bani Walid » (Nouvel Observateur), soit « L’armée libyenne prend Bani Walid sur fond d’anniversaire » (toujours le Nouvel Observateur), soit « La remise en ordre de Bani Walid, un test pour l’autorité du pouvoir » (Le Monde), soit Les forces pro-gouvernementales « libèrent » Bani Walid » (France 24) et ainsi de suite. Et puis, il y a eu cette sortie du « ministre de la Défense » libyen, qui a déclaré que « ce qu’on appelle "’Dourou Libya’’ ne sont que des bandes de hors-la-loi que son ministère ne reconnaît pas ». On l’aura compris « Dourou Libya », c’est ce que nos médias très déontologiques nommaient soit « la Libye », soit « l’armée libyenne », soit les « forces pro-gouvernementales ». Comme, bien entendu, la déclaration du ministre n’a pas été reprise par ces grands titres. Il a fallu la trouver dans le tout petit site alwihdainfo.com. Là où la grande masse des lecteurs n’ira pas fouiner.

Selon le Nouvel Observateur du 9 octobre, concernant l’Iran on pouvait apprendre ceci : « Iran. On peut être pendu pour une manifestation ». Le titre glace d’effroi. En fait, il reprend l’avis d’un avocat devenu célèbre grâce à un autre gros mensonge qui a fait la une durant des semaines. Il s’agissait de l’Iranienne, qui avait été condamnée à mort pour avoir été complice dans l’assassinat de son mari, par son amant. A cette époque, la grande presse parlait de « lapidation pour adultère », un autre déni de vérité et pour le mode d’exécution qui n’a pas cours en Iran et pour le chef d’inculpation qui est tronqué. L’écrasante majorité de l’opinion intoxiquée ne saura jamais que la condamnée (Sakineh) n’a écopée que de dix ans de prison et qu’elle risque d’être libérée en conditionnelle sous peu, après avoir purgé la moitié de sa peine.

Les mêmes n’auront pas dit un mot sur cette citoyenne d’Arabie, Amina Bint Abdul Halim Ben Salem Nasser, exécutée pour « sorcellerie », en décembre 2011, par la justice des Al Saoud. (*)

Ahmed Halfaoui

lesdebats.com

(*) NdR : l’Arabie Saoudite a exécuté 1,750 condamnés entre 1985 et 2008. Les exécutions s’effectuent par décapitation au sabre et se déroulent en public, sur une place appelée "place coupe-coupe" par les expatriés.

URL de cet article 18176
  
Communication aux lecteurs
JULIAN ASSANGE : Le documentaire "Hacking Justice" à Paris

Le 17 novembre à 20h
au cinéma Espace St Michel
7 Pl St Michel, Paris 75005

Les Amis du Monde Diplo & Les Mutins de Pangée organisent une projection du film "Hacking Justice Julian Assange" de Clara Lopez Rubio et Juan Pancorbo suivie d’un débat avec la réalisatrice.

Boycott d’Israel. Pourquoi ? Comment ?
Nous avons le plaisir de vous proposer cette nouvelle brochure, conçue pour répondre aux questions que l’on peut se poser sur les moyens de mettre fin à l’impunité d’Israël, est à votre disposition. Elle aborde l’ensemble des problèmes qui se posent aux militants, aux sympathisants, et à l’ensemble du public, car les enjeux de la question palestinienne vont bien au-delà de ce que les médias dominants appellent le "conflit israélo-palestinien". Dans le cadre de la campagne internationale BDS (Boycott (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Une baïonnette est une arme avec un travailleur à chaque extrémité. »

Eugene V. Debs

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.