RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

La guerre d’Angola vue par Fidel Castro

la bataille de Cuito Canavale - lorsque l’armée cubaine infligea une défaite sévère à l’armée blanche et aryenne de l’Afrique du Sud

LGS : Lorsque certains dirigeants occidentaux se gaussent "d’interventionnisme humanitaire", il faudrait leur rappeler que la première et peut-être seule intervention militaire digne d’une telle définition s’est déroulée dans les années 70, que son théatre principal fut l’Angola et la Namibie, qu’elle fut une cause décisive de la chute de l’Apartheid en Afrique du Sud, qu’elle fut l’oeuvre d’une armée que n’a emporté que ses morts, et qu’elle fut cubaine.

"Dans toute l’histoire de l’Afrique, c’est le seul cas où des étrangers se sont battus pour défendre un de nos pays"
Nelson Mandela, Juillet 1991

Le but de cette étude est de traiter de la guerre d’Angola sous la perspective de l’engagement cubain dans le pays. En même temps, le sujet présente une approche particulière puisqu’il adopte comme base de recherche l’étude des propos de Fidel Castro. Plusieurs intérêts sont évident pour ce sujet. En premier lieu, mieux connaître une guerre peu traitée en France par les historiens. En second lieu, comparer les résultats de cette étude avec les résultats et les opinions exprimées par de nombreux journalistes français notamment, sur ce conflit, dans le cadre d’ouvrages publiés sur Cuba, la révolution cubaine ou Fidel Castro. Troisième intérêt, remarquer que les hypothèses et les analyses de certains auteurs sur la guerre d’Angola ne sont que rarement, pour ne pas dire jamais, explicitées, analysées et argumentées par des citations du leader cubain. Ce sujet doit aussi permettre de mieux comprendre les rapports entre cubains et soviétiques dans le cadre de cette guerre, mais également les oppositions entre l’île et ses adversaires : l’Afrique du Sud et les États-Unis.

Nelson Mandela et Fidel Castro, la Havane, 1991

Ensuite, les ouvrages cités comme référence (pour les annotations) sont considérés comme les plus dépassionnés, et comme les travaux les plus sérieux sur le sujet. Autre choix important, les personnalités politiques dont les citations sont retranscrites ont été choisies pour leur objectivité. Citer d’autres dirigeants cubains pour justifier les propos de Fidel Castro n’aurait aucun intérêt.

Le but de ce travail est de démontrer que la guerre d’Angola n’est ni une aventure dénuée de sens pour Cuba, ni un moyen d’enrichir le pays par divers trafics. Il sera aussi question d’expliquer l’internationalisme comme principe de la révolution cubaine pour montrer que des pseudo-intérêts ne sont pas les raisons de l’engagement cubain. Il faudra voir comment Cuba s’est imposé et quelles furent les réactions au sein des deux camps opposés, est et ouest, et celles des acteurs secondaires du conflit. Enfin, il y aura également un bilan sur la guerre.

Le plan retenu, même s’il n’est pas formel et n’apparait pas dans l’article (pas de titres des grandes parties) est composé de cinq parties. La première s’attarde sur la théorie et le principe internationaliste (ainsi que sur le rapprochement des deux pays, Cuba et l’Angola), la deuxième sur la guerre d’Angola (les adversaires, les raisons, les effectifs et le déroulement), la troisième étudiera les négociations (rôle des pays qui participent aux négociations, retour sur la résolution 435, point sur les retraits cubains, regard sur les relations cubano-angolaises et buts des négociations), la quatrième s’intéressera au rôle des acteurs mineurs du conflit (géants socialistes, États-Unis, et acteurs secondaires) et la dernière partie sera un bilan sur la guerre et une analyse sur la principale controverse qui est restée de ce conflit.

Maxime Boyer

dossier complet à télécharger ICI

POUR EN SAVOIR PLUS
Cuba et la Guerre d’Angola http://viktor.dedaj.perso.neuf.fr/spip.php?mot139

Documents joints
La Guerre d’Angola vue par Fidel Castro
PDF 517.5 ko
URL de cet article 9437
  

Même Thème
Missions en conflit
Piero GLEIJESES
Cet ouvrage présente un récit haletant de la politique cubaine en Afrique de 1959 à 1976 et de son conflit croissant avec les États-Unis. L’auteur conduit le lecteur des premiers pas de Cuba pour aider les rebelles algériens combattant la France en 1961, à la guerre secrète entre La Havane et Washington au Zaïre en 1964-65 — où 100 Cubains menés par le Che Guevara ont affronté 1 000 mercenaires contrôlés par la CIA — et, finalement, à l’envoi héroïque de 30 000 Cubains en Angola en 1975-76, qui a stoppé (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« L’ennemi n’est pas celui qui te fait face, l’épée à la main, ça c’est l’adversaire. L’ennemi c’est celui qui est derrière toi, un couteau dans le dos ».

Thomas Sankara

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.