Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


La Maison Blanche se réjouit que les éléphants ne soient pas montés aux arbres

Les responsables de l’administration Trump reculent sur son projet de perpétrer une fausse attaque d’armes chimiques en Syrie annoncé par la Maison-Blanche.

Les États-Unis ne manquent pas de raisons de vouloir accuser le gouvernement syrien d’utiliser des armes chimiques, par contre le gouvernement syrien n’a absolument aucune raison logique de vouloir en utiliser. La Russie et la Syrie réclament depuis longtemps l’envoi d’inspecteurs d’armes chimiques sur la base aérienne dont l’administration Trump prétend qu’elle est au centre de son conte de fées « chimique ». Les États-Unis ont empêché les inspecteurs d’y aller. Les allégations étasuniennes n’avaient donc aucune réalité.

La façon dont l’annonce de la Maison Blanche a été faite, sans que les agences concernées en aient connaissance et avec très peu d’implication des directeurs d’agences, était tout simplement idiote. On aurait dit une idée suggérée par Natanyahou à l’écolier Koushner qui aurait ensuite convaincu son beau-père de faire cette annonce grotesque. Maintenant, la Maison Blanche est obligée d’envoyer des officiels affirmer que « l’avertissement » de la Maison Blanche était sensé, avec le pire argument que l’on ait jamais utilisé.

« Les éléphants ne sont pas montés aux arbres. Grâce à nos avertissements, affirment-ils, les arbres ont été sauvés ! »

« Il semble qu’ils prennent notre avertissement au sérieux », a déclaré Mattis. « Ils n’ont pas perpétré d’attaques chimiques », a-t-il déclaré aux journalistes qui voyageaient avec lui pour aller à une réunion des ministres de la défense de l’OTAN à Bruxelles.

Il n’a présenté aucune autre preuve que le fait qu’une attaque n’avait pas eu lieu.

— -

« Je peux vous dire que grâce à ce que le président a fait, il n’y a pas eu d’incident », [a déclaré l’ambassadeur des Etats-Unis à l’ONU, Nikki] Haley au Comité des affaires étrangères de la Chambre lors d’une audience, mardi. [...]
[...]
« J’aime à penser que le président a sauvé de nombreux hommes, femmes et enfants innocents », a poursuivi Haley.

Haley « aimerait penser » beaucoup de choses - malheureusement, elle n’en est pas capable. Un peu plus tard, elle a publié un tweet typiquement égocentrique sur le maintien de la paix des Nations Unies qui augmentera sûrement le statut politique américain dans le monde :

JPEG - 22.6 ko
Ça ne fait que 5 mois que nous sommes là. Nous avons déjà réduit notre contribution au maintien de la paix des Nations Unies d’un demi-milliard et ce n’est qu’un début !

Je peux même convenir avec Haley que le maintien de la paix de l’ONU est devenu n’importe quoi. Que des troupes mandatées par l’ONU répandent le choléra en Haïti et violent femmes et enfants dans les pays qu’ils traversent ne plaide pas en leur faveur. Mais la façon de mettre fin à cela est de cesser de leur donner des mandats pour de telles missions. Exiger, au Conseil de sécurité de l’ONU, l’envoi de forces de maintien de la paix insuffisantes / sous-payées tout en réduisant leur budget est irresponsable. Cela corrompra encore plus les troupes et leur comportement empirera.

Les forces de maintien de la paix des Nations Unies ont souvent été l’instrument de la politique étrangère américaine. En réduisant leur budget, les États-Unis et Haley réduisent leurs propres options politiques.

« L’avertissement » de la Maison Blanche, sur lequel elle a dû revenir en moins d’une journée, a le même résultat. Les gens croiront de moins en moins ce que disent les États-Unis et se conformeront de moins en moins à leurs exigences. Ces deux déclarations successives ont limité leurs futures options stratégiques.

L’administration Trump va-t-elle finir par regretter ce genre de déclarations ?

Moon of Alabama

»» http://www.moonofalabama.org/2017/06/white-house-encouraged-after-elep...
URL de cet article 32044
   
Même Thème
Une histoire populaire des États-Unis - De 1492 à nos jours
Howard ZINN
Cette histoire des États-Unis présente le point de vue de ceux dont les manuels d’histoire parlent habituellement peu. L’auteur confronte avec minutie la version officielle et héroïque (de Christophe Colomb à George Walker Bush) aux témoignages des acteurs les plus modestes. Les Indiens, les esclaves en fuite, les soldats déserteurs, les jeunes ouvrières du textile, les syndicalistes, les GI du Vietnam, les activistes des années 1980-1990, tous, jusqu’aux victimes contemporaines de la politique (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Tout ce qui est sage a déjà été pensé : il faut essayer seulement de le penser encore une fois. »

Goethe


Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
22 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.