RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

La nouvelle stratégie d’Obama : Achever les dirigeants d’Al-Nosra et préserver ses combattants (Al-Akhbar)

Ce 10 novembre, des hauts fonctionnaires du gouvernement des États-Unis auraient informé le Washington Post que l’administration Obama ne pouvait plus se permettre de « traiter avec le Diable », pour continuer à exercer une pression militaire sur le Président syrien Bachar al-Assad.

En bref, Obama aurait ordonné au Pentagone de trouver et de tuer les dirigeants du groupe Al-Nosra sévissant en Syrie, en déployant plus de drones et en usant de tous les moyens possibles des Services du renseignement. Un revirement né du souci de voir certaines régions de Syrie se transformer en bases d’opérations terroristes lancées par Al-Qaïda contre les pays du Sud de l’Europe… [*].

Noble souci qui ignore superbement la pression des sanctions inhumaines qui pèsent sur une population restée piégée, bon gré mal gré, entre les crocs de ces monstres instrumentalisés par Obama et ses alliés, lesquels font toujours mine de pleurer sur la prétendue « opposition armée modérée » assiégée dans Alep-Est, ne réclament des couloirs humanitaires que pour sauver les terroristes qui la composent et nulle part ailleurs, ne se prononcent que pour ternir une armée qui défend héroïquement la patrie ; se souciant comme d’une guigne des civils qui tombent quotidiennement partout dans le pays, des enfants privés de paix et d’école, des parents qui enterrent leurs enfants et petits-enfants, des destructions qui n’ont épargné ni le vivant ni l’inerte, des soi-disant bavures aériennes de ladite Coalition internationale que personne ne condamnera, des malheurs qui ont atteint un tel degré d’atrocité qu’il est difficile d’imaginer ce que cette administration pourrait encore inventer pour se disculper tout en poursuivant ses objectifs premiers ; objectifs, a priori, contrariés par l’élection de M. Trump, 45ème Président des États-Unis.

Mais nombre d’observateurs régionaux ne sont pas dupes de cette dernière manœuvre annoncée au lendemain de cette élection. Nous avons choisi de traduire l’explication avancée par M. Yahia Dabouk, rédacteur du quotidien libanais Al-Akhbar, qui résume le sentiment général des sceptiques de bonne foi [NdT].

* * *

Obama s’est réveillé tout à coup pour constater qu’« Al-Qaïda en Syrie » est une organisation terroriste et ordonner au Pentagone de traquer et de tuer ses dirigeants sur le territoire syrien.

Des ordres clairs, précis et sans équivoque selon un haut responsable de son administration : « Le président (Obama) ne veut pas que ce groupe (Al-Nosra) hérite de la Syrie. Ce n’est pas une opposition viable, car c’est l’organisation Al-Qaïda ».

C’est là une évolution qui pourrait être considérée comme spectaculaire de la part de l’administration Obama à moins de trois mois de la fin de son mandat. Mais il est plus probable qu’il s’agit d’une décision cherchant à anticiper la stratégie du futur président Donald Trump, laquelle pourrait consister à livrer, en quelque sorte, l’arène syrienne à la partie russe, alors que la victoire de Clinton aurait laissé plus de temps pour continuer à appliquer le même mode opératoire sans changement significatif.

Cet ordre de liquidation des dirigeants d’Al-Nosra ne peut être envisagé comme un repli de la part d’Obama, mais comme une alternative qui conserverait Al-Qaïda en tant que moyen de pression essentiel, actif et fiable, pour amener le Président syrien à une reddition volontaire.

En effet, les éléments du Front al-Nosra privés de leurs chefs se précipiteront forcément vers d’autres groupes terroristes non catalogués « Al-Qaïda », qu’il sera difficile à Donald Trump, une fois officiellement investi dans ses fonctions, de cibler directement ou par procuration accordée à la partie russe.

Autrement dit, au lieu de répondre à l’exigence russe de séparer les terroristes d’Al-Nosra des prétendus opposants armés modérés, Obama cherche à rallier les premiers aux seconds sous le vocable : « opposition modérée ».

Une solution créative de la part d’une administration réduite à ne pouvoir compter que sur des mercenaires terroristes armés faute de pouvoir intervenir directement, laquelle solution lui permettrait, d’ici deux mois, de prétendre avoir liquidé Al-Nosra tout en ayant gardé des forces inféodées sur le terrain, si entretemps elle réussissait à les épargner et à conserver leur capacité guerrière pour les prochaines étapes du conflit concentré sur la Syrie.

Une solution qui pourrait éventuellement permettre à M. Trump de se dérober à ses engagements de tendre la main aux Russes pour éliminer le terrorisme en Syrie, étant donné qu’une fois président il sera plus enclin à voir les intérêts américains sous un autre angle qu’en tant que candidat à la présidence.

Ceci, sans oublier qu’Obama cherche à soigner son héritage, celui d’un président qui a pu combattre et éradiquer le terrorisme et Al-Qaïda en Syrie et en Irak, non l’inverse et notamment en Syrie. Il en va de son propre intérêt, lequel se trouve actuellement confondu avec celui des États-Unis, dont les options sont désormais étroites et limitées, d’où l’idée ingénieuse : couper la tête d’Al-Qaïda, mais garder son corps vivant.

Finalement, cette nouvelle stratégie d’Obama signifie que la stratégie précédente a été incapable d’atteindre ses objectifs et confirme qu’il lui faut éviter les interventions militaires directes vouées à l’échec. En même temps, elle confirme la justesse de vue des divers groupes salafistes tels Daech, Al-Nosra et apparentés, lesquels ont compris qu’ils ont été exploités et que le temps est venu de les exterminer.

Yahia Dabouk

12/11/2016

Source : Al-Akhbar (Liban)

http://www.al-akhbar.com/node/267976

Article traduit de l’arabe par Mouna Alno-Nakhal

[*] Obama directs Pentagon to target al-Qaeda affiliate in Syria, one of the most formidable forces fighting Assad https://www.washingtonpost.com/world/national-security/obama-directs-pentagon-to-target-al-qaeda-affiliate-in-syria-one-of-the-most-formidable-forces-fighting-assad/2016/11/10/cf69839a-a51b-11e6-8042-f4d111c862d1_story.html

URL de cet article 31148
  

L’Etat voyou
William BLUM
Quatrième de couverture « Si j’étais président, j’arrêterais en quelques jours les attaques terroristes contre les États-Unis. Définitivement. D’abord, je présenterais mes excuses à toutes les veuves, aux orphelins, aux personnes torturées, à celles tombées dans la misère, aux millions d’autres victimes de l’impérialisme américain. Ensuite, j’annoncerais aux quatre coins du monde que les interventions américaines dans le monde sont définitivement terminées, et j’informerais Israël qu’il n’est plus le 51e (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le journalisme véritablement objectif non seulement rapporte correctement les faits, mais en tire leur véritable signification. Il résiste à l’épreuve du temps. Il est validé non seulement par des "sources sûres", mais aussi par le déroulement de l’Histoire. C’est un journalisme qui, dix, vingt ou cinquante ans après les faits, tient encore la route et donne un compte-rendu honnête et intelligent des évènements.

T.D. Allman (dans un hommage à Wilfred Burchett)

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.