RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

La Palestine s’affiche, à Toulouse et en Région, du 4 au 12 mars

Ciné Palestine Toulouse Occitanie propose, pour ses dix ans , une édition exceptionnelle avec 36 films, 52 projection, 22 invités, à Toulouse et en région, neuf jours pour aller à la découverte de la Palestine et de son cinéma ! (avec de nombreuses séances gratuites ENSAV, Médiathèque etc). Un événement à soutenir, encore plus cette année.

Un pari fou

Une dizaine de bénévoles associatifs (CILBA Compagnie ici, Là-Bas et ailleurs) amoureux de poésie, de musique et de culture arabes ont lancé, en 2014, un pari fou : organiser un événement autour de la Palestine basé essentiellement sur le cinéma. Avec un but au départ : faire connaître la « réalité » de la Palestine, un pays qui, officiellement, n’existe pas mais dont le peuple existe, un peuple séparé entre « intérieur » et exil, qui vit, se bat et créé... Et surtout, au delà de l’actualité, la faire connaître à travers le cinéma, un art qui peut parler à tous, et en parallèle, faire découvrir et apprécier sa culture : littérature, poésie, musique, peinture, danse, photo etc. En résumé : laisser la parole aux Palestiniens pour qu’ils se racontent, racontent leur Histoire et leurs histoires. 
« Vous ne trouverez jamais assez de films pour tenir » a-t-on entendu ou encore « mais qu voulez vous qui s’intéresse à ce cinéma ? » ou encore « c’est trop politique,n ça ne marchera pas avec le grand public » ... Et même « ah bon le cinéma palestinien, ça existe ? » Et bien oui ça existe et ça résiste, c’est multi- formes, plein d’inventions et de qualités et nous l’avons, ensemble- bénévoles, réalisateurs, comédiens, journalistes, artistes , intervenants divers et partenaires nombreux ( merci à eux ) - prouvé. De 1500 entrées-spectateurs en 2014 nous sommes passés à 3000 l’an dernier..
Nous persistons vers notre but, et encore plus cette année, pour donner aux Palestiniens – les réalisateurs et à travers eux, les personnes réelles ou imaginées de leurs films- le rôle majeur dans le récit de leur Histoire et la mise en valeur de leur culture. Sans oublier leurs amis et soutiens, ceux qui racontent aussi la Palestine, qu’ils soient Européens, Américains, Israéliens etc

Au programme

Durant ces neufs jours, à Toulouse et en région, Ciné-Palestine propose de nombreuses rencontres, des projections suivies de débats avec des invités, des initiatives en milieu scolaire, une exposition photo à l’ABC- Enfances à Gaza- un concert de soutien - Des artistes toulousains avec la Palestine (le vendredi 1er mars) , un atelier de danse contemporaine, de la musique, des mezzés gourmands ainsi que des lectures extraites du recueil Chansons des Rues du poète Samih al-Qassem

A noter :
un événement unique et inédit : Archives en Exil, des films réalisés dans les années 60 et 70 par le Département cinéma de l’OLP qui voulait témoigner de la réalité d’un peuple affronté au déni de sa propre existence, un trésor patrimonial sauvé par le travail de la Cinémathèque de Toulouse, (en présence de Khadija Habashneh, la dernière cinéaste vivante de ce département cinéma).
Un axe inédit : les Palestiniens d’Israël, composante mal connue du peuple palestinien.
Un pays invité : le Liban

Des Palestiniennes à l’honneur
Leur l’histoire raconte celle de leur pays natal et de l’exil dans trois documentaires :
- Mémoires de Palestine de Serge le Péron : les Souvenirs de Jérusalem, écrits par Sirine Husseini Shahid, composent la trame d’une famille palestinienne singulière. Ils témoignent en même temps d’une histoire collective dont a hérité sa fille Leïla Shahid. Les fragments de ce récit-mosaïque sont reliés à l’histoire actuelle de la Palestine. En présence du réalisateur et de Leïla Shahid.

- Bye bye Tibériade de Lina Soualem : tissage d’images du présent et d’archives familiales et historiques, le film est un voyage à travers quatre générations de femmes
palestiniennes audacieuses qui préservent leur mémoire intime et collective par la force de leurs liens, malgré l’exil, la dépossession et les déchirements.

- Aïda Returns- Le retour d’Aïda de Carol Mansour : Aïda quitte Jaffa en 1948, exilée à Beyrouth, puis à Montréal. Atteinte d’une maladie d’Alzheimer avancée, elle a perdu la mémoire et le sens de
l’identité, à l’exception de ses souvenirs de Jaffa. Lorsqu’elle meurt, sa fille Carol décide de la « ramener » à Jaffa. Avec l’aide d’amis étrangers, Aïda parvient à se reposer là où elle doit être, dans la terre où elle est née.

Neuf jours pour dire avec le poète Samih Al Kassem, 
« ... Mais dis-lui aussi que la force qui pousse la vie à sortir de la graine semée est plus dure que le roc ;
dis-lui que nos racines plongent loin dans le sein de cette terre. »

Colette BERTHES

»» http://www.cine-palestine-toulouse.fr
URL de cet article 39416
  

La Tiers-Mondialisation de la planète - Bernard Conte
La Tiers-Mondialisation de la planète, c’est le laminage des classes moyennes et la polarisation riches-pauvres de l’ensemble des sociétés, les ramenant toutes à l’état du Tiers-monde d’avant les « miracles ». On peut diversement décrire ce phénomène : « prolétarisation des classes moyennes », « classes moyennes à la dérive », « déclassement »… Bernard Conte analyse le caractère universel de cette transformation sociale comme résultat des politiques économiques néolibérales mises en oeuvre depuis le milieu des (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

En Occident, la guerre deviendra la norme, la guerre constante. Les gens grandiront, atteindront la maturité, deviendront adultes, avec l’idée qu’il y a toujours une guerre. Alors la guerre ne sera plus une chose exceptionnelle, inhabituelle ou horrible. La guerre deviendra la nouvelle normalité.

Julian Assange

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.