RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

La peine maximale de Bradley Manning possiblement réduite à 90 ans (The Guardian)

Photo : Saul Loeb/AFP/Getty Images

Rare victoire pour la défense lorsque la juge accepte que certains des 20 chefs d’accusation dont le soldat a été condamné soient fusionnés pour réduire la sentence.

La peine maximale possible de Bradley Manning pour avoir transmis des secrets d’Etat à WikiLeaks a été réduite de 136 ans à 90 ans ce mardi, marquant une rare victoire pour la défense dans un procès qui jusqu’ici penchait presque exclusivement en faveur du gouvernement américain.

La juge, qui préside la cour martiale, la colonelle Denise Lind, a accordé la plupart des éléments d’une requête de la défense qui a demandé que certains des 20 chefs d’accusation, pour lesquels Manning a été reconnu coupable, soient fusionnés parce qu’ils se répètent. Dans la requête, les avocats de la défense ont plaidé que le gouvernement avait pris des actes de criminalité isolés et les a divisés en plusieurs infractions distinctes – multipliant ainsi les éventuelles condamnations.

« En divisant cette loi en deux chefs d’accusation distincts », dit la motion, se référant aux transmissions des câbles diplomatiques US du soldat à WikiLeaks, « le gouvernement prend ce qui devrait être une infraction punie de 10 ans d’emprisonnement et en fait une infraction punissable de 20 ans de prison et augmente injustement les sanctions contre Manning ».

Lind a accepté toutes les demandes de la défense de fusionner les chefs d’accusation, à l’exception des spécifications quatre et six de l’accusation II relatives au vol des journaux de guerre d’Irak et d’Afghanistan. Les journalistes présents au tribunal ont déclaré qu’il leur était impossible de rendre compte des détails des décisions de la juge parce qu’elle a lu son jugement trop vite.

Lors des audiences précédentes, le Guardian a compté qu’elle lit à une vitesse de 180 mots par minute. En une seule séance, même les sténographes employées par la Fondation pour la liberté de la presse comme un moyen d’introduire la transparence dans le procès ont eu des difficultés à suivre Lind lorsqu’elle lisait.

« La rapidité de lecture de la juge Lind quand elle a rendu sa décision de fusionner les peines était ridicule. Aucun respect pour le public et la presse » a tweeté la journaliste indépendante Alexa O’Brien. Nathan Fuller du réseau de soutien à Bradley Manning (Bradley Manning Support Network) a renchéri : « La juge a lu la décision de la fusion trop rapidement pour pouvoir la transcrire ».

La fusion des infractions est la première lueur d’espoir pour le soldat depuis qu’il a été reconnu coupable de 20 des 22 chefs d’accusation auxquels il a fait face suite à la fuite de plus de 700 000 documents au site web anti-secret. Il a été déclaré non coupable de l’accusation la plus grave, « collusion avec l’ennemi », et d’autres chefs d’accusation relatifs à la transmission d’une vidéo cryptée d’une attaque aérienne américaine à Garani, en Afghanistan.

Lind préside le procès seule, en l’absence d’un jury, à la demande de Manning. La phase de détermination de la peine, une forme de mini-procès, est prévue pour durer au moins deux semaines de plus, la défense ayant prévu d’appeler plus de vingt témoins une fois que l’accusation en aura fini avec son témoignage.

Ed Pilkington

Traduction : Romane.

»» http://www.theguardian.com/world/2013/aug/06/bradley-manning-sentence-...
URL de cet article 21801
  

Même Thème
La traque des lanceurs d’alerte
Stéphanie Gibaud
Préface de Julian Assange Les lanceurs d’alerte défrayent l’actualité depuis une dizaine d’années. Edward Snowden, Chelsea Manning et Julian Assange sont révélateurs des méthodes utilisées pour faire craquer ceux qui ont le courage de parler des dysfonctionnements et des dérives de notre société. Pourtant, ces héros sont devenus des parias. Leur vie est un enfer. Snowden est réfugié en Russie, Assange dans une ambassade, Manning était en prison, Stéphanie Gibaud et bien d’autres sont dans une situation (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

A force de tout voir on finit par tout supporter...
A force de tout supporter on finit par tout tolérer...
A force de tout tolérer on finit par tout accepter...
A force de tout accepter on finit par tout approuver.

Saint Augustin

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.