RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

La pénurie à l’âge de l’abondance

Les manifestations contre l’envolée des prix alimentaires et des carburants se multiplient dans le monde. Les pauvres voient leurs revenus diminuer avec le ralentissement de la croissance mondiale. Comment répondre aux inquiétudes légitimes de leurs électeurs ? Aux Etats-Unis, John McCain a choisi, comme Hillary Clinton, la solution de facilité et prôné une suspension de la taxe sur l’essence, au moins pour l’été. Seul Barack Obama est resté ferme et a rejeté cette idée qui aurait abouti à une hausse de la demande de pétrole et... compensé les effets de la suppression des taxes. Mais si McCain se trompe, que faut-il faire ?

Quand George W. Bush a été élu, il a décrété que l’allégement fiscal en faveur des riches constituerait le remède à tous les maux : en dynamisant l’économie, tout le monde en profiterait. Cette politique est devenue à la mode en Europe et ailleurs, mais elle a échoué. Les baisses d’impôt étaient censées stimuler l’épargne ? L’épargne des ménages américains est tombée à zéro. Elles étaient censées stimuler l’emploi ? Le taux des actifs est inférieur à celui des années 1990. S’il y a eu croissance, elle n’a profité qu’aux mieux nantis.

La productivité a, certes, progressé mais cela n’a rien eu à voir avec les innovations financières de Wall Street. Les produits financiers créés n’ont pas géré les risques, ils les ont augmenté. Ils étaient si opaques et complexes que ni Wall Street ni les agences de notation ne pouvaient les évaluer correctement. Dans le même temps, le secteur financier n’a pas su créer des produits capables d’aider les ménages à gérer les risques liés à l’accession à la propriété immobilière. Des millions d’Américains vont sans doute perdre leur maison et, avec elles, les économies d’une vie.

De même, au coeur du succès de l’Amérique figure la technologie, symbolisée par la Silicon Valley. Ironie de l’histoire, les scientifiques à l’origine des avancées qui ont permis une croissance fondée sur les nouvelles technologies et les compagnies de capital-risque qui les ont financées n’ont pas été ceux qui ont touché le plus de dividendes de leurs efforts durant l’âge d’or de la bulle immobilière. Ces vrais investissements ont été occultés par les jeux des acteurs des marchés financiers.

Le monde doit repenser les sources de la croissance et en tirer les leçons fiscales. Pourquoi les spéculateurs qui s’enrichissent au casino de Wall Street seraient-ils moins taxés que ceux qui gagnent leur vie autrement ? Les plus-values devraient être taxées au moins autant que les autres revenus.

Etant donné l’immense augmentation des inégalités dans la plupart des pays, il semble cohérent de taxer plus lourdement ceux qui ont réussi afin d’aider les laissés-pour-compte de la mondialisation et des changements technologiques. Cela pourrait limiter les tensions dues à la flambée des prix des produits alimentaires et de l’énergie. Ceux qui, comme les Etats-Unis, disposent de programmes d’aide alimentaire, doivent absolument les augmenter afin de protéger les normes nutritionnelles. Et les pays qui n’en ont pas devraient songer à mettre en place de tels programmes.

S’il faut promouvoir les sources d’énergie renouvelable, il faut en exclure celles qui altèrent l’offre de nourriture. Les subventions américaines à l’éthanol, à base de maïs, profitent plus aux producteurs d’éthanol qu’à la lutte contre le réchauffement climatique. Les énormes subventions agricoles aux Etats-Unis et dans l’Union européenne ont affaibli l’agriculture dans le monde en développement. L’aide au développement consacrée à l’agriculture est passée d’un maximum de 17 % de l’aide totale à ... 3 % aujourd’hui. Et certains donateurs exigent que les subventions aux engrais soient supprimées, ce qui rend la concurrence encore plus difficile pour les agriculteurs à court d’argent.

Réduire, voire éliminer, les politiques agricoles et énergétiques erronées, et aider les pays les plus pauvres à améliorer leurs capacités à produire de la nourriture n’est qu’un début : nous avons traité nos ressources les plus précieuses, l’air et l’eau propre, comme si elles étaient gratuites. Seuls de nouveaux schémas de consommation et de production pourront résoudre ce problème de ressources des plus fondamentaux.

JOSEPH E. STIGLITZ, prix Nobel d’économie en 2001, est professeur à l’université de Columbia.

»» Article original, Les Echos :
URL de cet article 6807
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Les Etats-Unis de mal empire : Ces leçons de résistance qui nous viennent du Sud
Danielle BLEITRACH, Maxime VIVAS, Viktor DEDAJ
Présentation de l’éditeur Au moment même où les Etats-Unis, ce Mal Empire, vont de mal en pis, et malgré le rideau de fumée entretenu par les médias dits libres, nous assistons à l’émergence de nouvelles formes de résistances dans les pays du Sud, notamment en Amérique latine. Malgré, ou grâce à , leurs diversités, ces résistances font apparaître un nouveau front de lutte contre l’ordre impérial US. Viktor Dedaj et Danielle Bleitrach, deux des auteurs du présent livre, avaient intitulé leur précédent ouvrage (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Le fait de se définir Blanc ne s’est pas construit à travers des séances d’œnologie ou de dégustations de glaces entre amis, mais sur le saccage de la vie, de la liberté, du travail et des terres ; sur la lacération des dos ; l’enchaînement des membres ; l’étranglement des dissidents ; la destruction des familles ; le viol des mères ; la vente des enfants ; et tant d’autres actions destinées avant tout à nous refuser à toi et moi le droit de protéger et de disposer de nos propres corps. »

Ta-Nehisi Coates

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.