RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

La police ouvre le feu piste Tarzan à Cayenne. Un homme tombe, 5 balles dans le corps

Gerlan Carlos Batista Da Silva a été tué par la police dans la nuit du 14 au 15 décembre dernier à Cayenne. C’est à la sortie d’un dancing du quartier Tarzan que cet homme âgé de 32 ans a reçu cinq balles dans le corps sur les onze tirées par les agents, dont certaines alors qu’il se trouvait déjà au sol.

Ce soir là, les trois policiers mis en cause patrouillaient dans le quartier. Sollicités par les vigiles de l’établissement « Amaral » afin d’intervenir suite à une bagarre survenue entre des clients, ils auraient selon leurs propos fait face à un homme (Gerlan) menaçant et brandissant un revolver. Sans sommation ni coordination, les policiers ont ouvert le feu à plusieurs reprises pour « se protéger ». Des témoins présents sur les lieux diront qu’à aucun moment Gerlan n’a sorti son arme, encore moins brandi ce dernier en direction des policiers. Gerlan a uniquement « soulevé son T-Shirt » pour montrer son arme. Placé sous la ceinture, le revolver en question n’était pas chargé et hors d’usage selon les premiers éléments de l’enquête.

Le soir suivant, les forces de "l’ordre" investissent la Mâtine, le quartier qui l’a vu grandir. Alors que dans les maisons les habitants participent à la veillée, quelques jeunes présents manifestent leur colère face à la mort de leur copain à l’entrée du quartier. Des échanges entre les jeunes et la police éclatent. La police fait l’usage de flashballs et de grenades lacrymogènes en tir tendu. Plusieurs personnes dont un frère de Gerlan sont arrêtées. Des habitants ayant assisté à la scène témoigneront plus tard avoir reçu des coups par les policiers et des insultes racistes du type : « Sale Brésilien, rentre dans ton pays. »…

La répression policière est meurtrière

Quelques jours plus tard, Albert Darnal président de l’Olympique de Cayenne, le club de foot dont Gerlan était membre depuis « sa tendre enfance », récolte plusieurs témoignages sur l’affaire et écrit une lettre ouverte, “ J’accuse ”, qu’il publie sur Facebook. Il y dénonce les pratiques policières et la désinformation médiatique, qui visent à « diviser pour mieux régner ». Face aux commentaires nombreux sur les étrangers, en l’occurrence les Brésiliens, rendus responsables de tous les maux, il rappelle que Gerlan, né à Cayenne d’une famille originaire du Brésil installée depuis plusieurs dizaines d’années en Guyane, était un Guyanais.

Dans le même temps la famille de Gerlan et l’association Les amis de la Krik dont il était membre appellent à se mobiliser. Une marche d’une centaine de personnes se déroule au quartier la Matine « en hommage à notre frère Gerlan, pour que toute la lumière soit faite sur cette histoire. »… Une autre affaire éclate à Cayenne, fruit du hasard ou pas : les 27 fonctionnaires de la BAC déposent lundi 30 décembre leur démission par solidarité envers deux de leurs collègues, visés par une enquête du parquet. En cause : l’utilisation d’un flashball lors d’une intervention, que ceux-ci estiment justifiée.

Pour ce que l’on peut appeler l’affaire « Gerlan », une information judiciaire a été ouverte. Le principal témoin n’a toujours pas été entendu et les policiers sont restés libres…

Ces rappels, qui émanent d’un ancien responsable syndical de l’UTG, sont utiles face au consensus de la quasi-totalité de la classe politique guyanaise autour des thèmes de l’insécurité et de l’immigration. La police a encore frappé, dans un silence assourdissant. Pourtant, que ce soit à Cayenne, à Paris, ou dans d’autres villes d’Amérique du Sud, la répression policière est meurtrière et n’apporte pas de solutions aux problèmes sociaux.

Olga

URL de cet article 23986
  

L’horreur impériale. Les États-Unis et l’hégémonie mondiale
Michael PARENTI
Enfin traduit en français. Notes de lecture, par Patrick Gillard. La critique de l’impérialisme made in USA La critique de l’impérialisme américain a le vent en poupe, notamment en Europe. Pour preuve, il suffit d’ouvrir Le Monde diplomatique de novembre 2004. Sans même évoquer les résultats des élections américaines, dont les analyses paraîtront en décembre, le mensuel de référence francophone en matière d’actualité internationale ne consacre pas moins de deux articles à cette question. Signé Claude (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le journalisme devrait être plus proche de la science. Dans la mesure du possible, les faits devraient être vérifiables. Si les journalistes veulent préserver une crédibilité à long-terme envers leur profession, c’est dans cette direction qu’il faut aller. Avoir plus de respect pour les lecteurs.

Julian Assange

Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.