RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le bilan de McCain en matière de politique étrangère (The American Conservative)

Le sénateur John McCain est mort d’un cancer du cerveau ce week-end :

John S. McCain, le fier pilote de l’aéronavale qui s’est élevé des profondeurs du désespoir d’être prisonnier de guerre au Vietnam aux sommets du pouvoircomme membre du Congrès et sénateur républicain de l’Arizona et candidat à la présidence à deux reprises, est décédé samedi à son domicile en Arizona. Il avait 81 ans.

McCain a siégé au Congrès pendant plus de trente ans. Dans cet espace de temps, il est passé de l’ancien combattant du Vietnam, qui avait mis en garde contre une ingérence imprudente au Liban, au promoteur le plus bruyant et le plus prévisible des pires interventions militaires possibles et inimaginables. Il n’a fait qu’empirer tout au long de son séjour à Washington. Sa carrière entière doit être regardée par les futurs élus comme l’exemple absolu de ce qu’il ne faut pas faire. Bien qu’il se soit spécialisé dans les questions de sécurité nationale et de politique étrangère, il a été constamment à côté de la plaque sur toutes les grandes questions de politique étrangère des trois dernières décennies.

McCain s’est distingué en se faisant le héros perpétuel des guerres à l’étranger les plus inutiles au nom du ’leadership’ américain, et la situation du pays s’est aggravée chaque fois qu’un président a tenu compte de ses recommandations. Il a été le chef de file des partisans de l’invasion de l’Irak et de l’intervention en Libye, et il avait tort dans les deux cas. Il a également été un partisan de la guerre du Kosovo et un avocat infatigable du soutien des États-Unis à la guerre saoudienne contre le Yémen. Quand la Géorgie a escaladé un conflit avec la Russie, il a crié comme un fou : ’Nous sommes tous des Géorgiens’ et a donné l’impression qu’il était prêt à prendre le risque d’une troisième guerre mondiale pour un conflit qui n’avait rien à voir avec nous. Malgré ses appels constants à plus ’d’action’, les États-Unis ne sont pas intervenus en Syrie avec autant de force ou aussi vite qu’il le souhaitait. Il a même félicité les Saoudiens pour leur rôle en Syrie. ’Merci à Dieu pour les Saoudiens’, a-t-il dit. Sa haine de l’Iran était célèbre, (il chantait ’Il faut bombarder, bombarder, bombarder, bombarder, bombarder, bombarder, bombarder l’Iran’), et ces dernières années, il est même allé jusqu’à sauter dans le train de Mujahideen-e Khalq (MEK). Toutes ces prises de positions sont aussi horribles les unes que les autres, et encore plus horribles pour les habitants des pays victimes des politiques qu’il a soutenues.

Si McCain avait fait tout ce qu’il voulait, les États-Unis auraient fait encore plus de guerres que nous n’en avons déjà fait, même ses admirateurs ne peuvent pas le nier. Pendant les vingt dernières années de sa carrière politique, McCain a été un champion infatigable de l’ingérence inconséquente des États-Unis dans le monde entier. C’est une grande chance pour les États-Unis et le monde entier qu’il n’ait pas réussi à se faire élire président en 2008. Si vous pensez que la politique étrangère des États-Unis est beaucoup trop militarisée, arrogante et destructrice, sachez que McCain y était pour beaucoup.

La seule chose que McCain a eu raison de faire pendant toute sa carrière au Sénat, c’est de s’opposer à la torture. Comme il avait été torturé quand il était prisonnier de guerre au Vietnam, il ne supportait pas les euphémismes et les rationalisations de ses collègues pro-torture. C’était le désaccord le plus important qu’il avait avec son parti et, en fin de compte, c’est probablement le seul domaine où sa volonté de rompre de temps à autre avec son parti a servi à quelque chose. McCain était capable de faire passer ses principes avant son parti. Malheureusement, il ne le faisait pas souvent, et lorsqu’il s’agissait de politique étrangère, les principes qui l’inspiraient étaient généralement détestables.

Daniel Larison

Traduction : Dominique Muselet

»» https://www.theamericanconservative.com/larison/mccains-foreign-policy-record/
URL de cet article 33721
  

Tais toi et respire ! Torture, prison et bras d’honneur
Hernando CALVO OSPINA
Équateur, 1985. Le président Febres Cordero mène une politique de répression inédite contre tous les opposants. En Colombie, le pays voisin, les mêmes méthodes font régner la terreur depuis des décennies. Équateur, 1985. Le président Febres Cordero mène une politique de répression inédite contre tous les opposants. En Colombie, le pays voisin, les mêmes méthodes font régner la terreur depuis des décennies. Quelques Colombiennes et Colombiens se regroupent à Quito pour faire connaître la violence et (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Les prolétaires n’ont rien à perdre que leurs chaînes. Ils ont un monde à gagner. Prolétaires de tous les pays, unissez-vous !

Karl Marx

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.