RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le blocus n’a aucune raison d’être

Des spécialistes participent à une vidéoconférence à La Havane sur les dommages provoqués à l’économie cubaine par le blocus des États-Unis

« Les États-Unis persistent dans leur philosophie du châtiment. Ils ne pardonnent pas Cuba d’avoir pris les rênes de son propre destin il y a plus de 50 ans », a déclaré à La Havane Josefina Vidal, directrice générale pour les États-Unis du ministère des Relations extérieures.

Lors d’un point de presse à l’issue d’une vidéoconférence avec des spécialistes depuis Washington sur les dommages provoqués à l’économie cubaine par le blocus des Etats-Unis, la fonctionnaire a souligné que la Maison-Blanche persiste dans cette philosophie, Cuba ayant décidé souverainement de se mettre au service des intérêts de son peuple, sans ingérence et sans domination étrangère.

La diplomate a précisé que la prise de conscience est de plus en plus forte que cette philosophie est loin de servir aux intérêts des États-Unis, et les centres universitaires, institutions, personnalités politiques, religieuses et hommes d’affaires sont de plus en plus nombreux à demander au gouvernement de renoncer à sa politique obsolète.

Concernant l’avenir des relations avec les États-Unis, elle a affirmé que le blocus économique, commercial et financier reste la priorité numéro un dans la politique nationale. « Les deux pays peuvent discuter, et si les deux gouvernements, de manière raisonnable et civilisée, se proposent de sortir de cette impasse qui dure depuis plus de 50 ans, ils peuvent le faire », a-t-elle dit.

Au cours de la vidéoconférence retransmise en direct sur la chaîne Cubavision international, Andrés Zaldivar Diegez, directeur du Centre des recherches historiques de la Sécurité de l’État, a offert l’historique de la traque financière déclenchée contre notre pays depuis l’instauration du blocus en 1962.

Pour sa part, le chercheur cubain Jonathan Quiros Santos, du Département du commerce et d’intégration du Centre d’études sur l’économie mondiale, a indiqué que le blocus a provoqué des dommages se montant à plus de 100 milliards de dollars, et que les amendes infligées à la banque française BNP Paribas illustrent une recrudescence du blocus.

Depuis Washington, le professeur universitaire Phil Peter et l’avocat Robert Muse ont mis l’accent sur les effets négatifs du blocus pour les entreprises nord-américaines et les pertes en termes d’opportunités d’affaires et de commerce.

Phil Peter, président du Cuban Research Group, a souligné que la levée de cette mesure de coercition multiplierait les opportunités d’échanges dans de nombreuses sphères comme les investissements, le tourisme et le commerce, et que les compagnies nord-américaines et d’ailleurs souhaitant investir dans le secteur énergétique cubain pourraient participer à l’exploration en eaux profondes du Golf du Mexique.

Pour sa part, Robert Muse s’est référé à la marge de manœuvre de l’administration Obama pour lever le blocus et procéder à une normalisation des relations bilatérales.

« Si le président Obama faisait preuve de volonté politique, il pourrait lever les sanctions économiques et rayer Cuba de la liste des État soutenant le terrorisme », a-t-il dit.

Le 28 octobre prochain aura lieu le débat de l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies sur le blocus économique, commercial et financier exercé par les États-Unis contre Cuba.

Claudia Fonseca Sosa

»» http://www.granma.cu/idiomas/frances/cuba-f/9octubre-bloqueo.html
URL de cet article 27161
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
Etat de siège. Les sanctions économiques des Etats-Unis contre Cuba
Salim LAMRANI
Début du chapitre IV Les citoyens étasuniens sont autorisés à se rendre à Cuba mais il leur est strictement interdit d’y dépenser le moindre centime, ce qui rend quasiment impossible tout séjour dans l’île. Le Département du Trésor considère donc tout voyage dans l’île comme une violation de la législation sur les sanctions économiques, à moins que les personnes ayant visité Cuba puissent démontrer qu’elles n’y ont effectué aucun achat. La justice étasunienne poursuit sans relâche les contrevenants à la (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"le monde ne se meurt pas, il est en train d’être assassiné et les assassins ont un nom et une adresse"

Utah Philips

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.