RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le bond en avant de la revolution egyptienne

Egypte : des bâtiments de la sécurité d’Etat pris d’assaut

LE CAIRE - Des bâtiments de la sécurité d’Etat ont été pris d’assaut samedi en Egypte par des manifestants à la recherche de preuves d’abus commis par ce puissant appareil dépendant du ministère de l’Intérieur, dont des militants exigent la dissolution, ont indiqué des témoins.

Environ 2.500 manifestants ont fait irruption dans le bâtiment de la sécurité d’Etat à Nasr City au Caire "s’emparant de documents officiels avant que les responsables ne les brûlent ou les déchirent", a dit un responsable des services de sécurité.

A Cheikh Zayed, dans la banlieue du Caire, des centaines de manifestants ont tenté de pénétrer dans le siège local de la sécurité d’Etat. Des employés ont tiré des coups de feu en l’air avant que l’armée ne s’interpose pour empêcher que le bâtiment soit pris.

La dissolution de ces services, accusés par des organisations de défense des droits de l’Homme d’abus et de torture, est l’une des principales revendications des militants pro-démocratie.

L’un des manifestants a affirmé à l’AFP que le but était de s’emparer des dossiers de la sécurité d’Etat "de crainte que les preuves de violations ne soient détruites".

"On pouvait voir la police à l’intérieur en train de brûler des papiers", a-t-il dit.

"Les fenêtres étaient ouvertes et des papiers s’envolaient par les fenêtres", a ajouté un autre manifestant, joint par l’AFP par téléphone.

A Marsa Matrouh, ville située au nord-ouest du Caire sur la côte méditerranéenne, un groupe de manifestants a pu entrer dans le siège de la sécurité et s’emparer de documents, avant de mettre le feu au bâtiment d’où s’élevait une épaisse fumée noire, a rapporté un témoin à l’AFP.

Les manifestants se sont ensuite attablés à un café non loin de là pour éplucher les papiers récupérés, a-t-il ajouté.

A Zagazig, ville du Delta du Nil, des manifestants s’en sont également pris à des bureaux de la sécurité d’Etat, ainsi qu’à Fayoum, au sud du Caire, selon des responsables des services de sécurité.

Vendredi, des manifestants avaient été blessés par balle lors d’un rassemblement réclamant la dissolution de la sécurité d’Etat à Alexandrie, la grande ville du nord de l’Egypte.

L’armée, qui gère le pays depuis la démission sous la pression populaire du président Hosni Moubarak le 11 février, avait dû intervenir pour ramener le calme.

Selon un responsable des services de sécurité, près de 100.000 personnes travaillent à la sécurité d’Etat, sans compter les informateurs.

Vendredi, entourant le nouveau Premier ministre Essam Charaf, les manifestants de l’emblématique place Tahrir au Caire avaient scandé "Le peuple veut la fin de la sécurité d’Etat".

"Je prie pour que l’Egypte soit un pays libre et que ses services de sécurité soient au service des citoyens", a répondu M. Charaf, nommé jeudi en remplacement d’Ahmad Chafic.

La colère contre les abus quotidiens et la torture par la police ont été l’un des éléments déclencheurs le 25 janvier des manifestations sans précédent contre le régime de M. Moubarak, qui était en poste depuis près de 30 ans.

05 mars 2011 21h07

http://www.romandie.com/infos/News2/110305200727.f7eiyg5b.asp

Dans de nombreuses casernes,des comités de soldats sont en constitution et reclament la destitution de la hierarchie corrompue.

06/03/2011

Egypte : L’armée torture. Vidéo.

Le Caire, 6 mars 2011. Depuis quelques jours, des images-choc circulent sur la toile, mais elles se font curieusement oublier par d’autres actualités plus étourdissantes encore : la forteresse de la "Sécurité d’Etat", la STASI égyptienne, est tombée hier soir aux mains d’un millier de manifestants. Nous venons, hier soir, de pénétrer en son sein pour y trouver des montagnes de documents broyés, et des centaines de mètres de rayonnages sur lesquels reposaient les fiches soigneusement rédigées sur des millions de citoyens.

L’armée, qui gardait les lieux comme elle garde tous les bâtiments administratifs, était pour le moins complaisante et s’est gentiment tenue à l’écart tandis que nous nous précipitions à l’intérieur, le sang glacé par ce temple du mal.

A l’arrivée du procureur général, et après avoir rempli nos yeux et nos appareils photos des mille scandales susceptibles de disparaître, nous avons laissé la justice prendre le relais.

La nouvelle est fracassante. La chute de la Sécurité d’Etat est plus importante encore que celle de Moubarak qui, et c’est un manifestant qui l’a hurlé en ouvrant un dossier par hasard, était fiché lui aussi....

http://crisdegypte.blogs.liberation.fr/cairote/2011/03/egypt-larmée-torture-video.html#comments

URL de cet article 13018
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Laurent Mauduit. Les Imposteurs de l’économie.
Bernard GENSANE
Serge Halimi expliquait autrefois pourquoi il ne voulait jamais débattre avec un antagoniste ne partageant pas ses opinions en matière d’économie : dans la mesure où la doxa du capitalisme financier était aussi « évidente » que 2 et 2 font quatre ou que l’eau est mouillée, un débatteur voulant affirmer un point de vue contraire devait consacrer la moitié de ses explications à ramer contre le courant. Laurent Mauduit a vu le « quotidien de référence » Le Monde se colombaniser et s’alainminciser au (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Tout le savoir-faire de la politique conservatrice du 20ème siècle est déployé pour permettre à la richesse de convaincre la pauvreté d’user de sa liberté politique pour maintenir la richesse au pouvoir."

Aneurin Bevan (1897-1960)

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.