RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le Congrès menace l’Arabie Saoudite de saisir ses actifs étasuniens.

On trouve ce titre qui n’a aucun sens dans la presse étasunienne : Les Saoudiens menacent de vendre leurs actifs américains si une enquête judiciaire est ouverte sur le 11 septembre :

L’Arabie saoudite a averti les Etats-Unis de ne pas mettre fin à l’immunité souveraine qui protège le royaume contre des poursuites liées au 11 septembre, faute de quoi elle se débarrassera de ses centaines de milliards d’actifs étasuniens.

Ce ne sont pas les Saoudiens qui menacent qui que ce soit de quoi que ce soit. C’est le Congrès des Etats-Unis qui menace de lever l’immunité des autres Etats devant les tribunaux américains :

Le projet de loi du Sénat a pour but d’indiquer clairement que l’immunité légale dont jouissent les états étrangers ne devrait pas s’appliquer dans les cas où des pays seraient jugés responsables d’attentats terroristes qui ôtent la vie à des Américains sur le sol américain. Si le projet de loi était adopté par les deux chambres du Congrès et signé par le président, cela pourrait permettre d’examiner le rôle du gouvernement saoudien dans les attentats du 11 septembre, lors des procès liés au 11 septembre.

Dans le cadre de cette loi, un civil étasunien pourrait porter plainte devant un tribunal américain contre des actions ou des omissions (!) de ces nations en relation à un « acte terroriste ». Les tribunaux américains sont connus pour leurs décisions contestables contre des états étrangers, leur permettant de bloquer et de saisir d’énormes montants d’actifs de ces états.

En 2012, le Congrès a adopté une loi qui a permis aux victimes d’attentats terroristes dont l’Iran aurait été responsable, d’accumuler les arrêts contre l’État iranien. Les juges se sont mis à accorder des milliards de dollars de dommages et intérêts aux victimes et à confisquer jusqu’aux actifs des organismes de bienfaisance iraniens. L’un de ces cas, ainsi que la loi anti-iranienne elle-même, sont maintenant devant la Cour suprême des Etats-Unis.

L’immunité contre de telles poursuites fait partie du droit international ordinaire et porte le nom de « acta iure imperii ». Cela signifie qu’aucun tribunal étranger ne peut juger de la responsabilité d’un état dans des actions et omissions accomplis dans l’exercice de la puissance publique.

Si le Congrès des Etats-Unis brisait ce principe, tous les fonds souverains nationaux et les fonds de pension étrangers, ainsi que toutes les autres institutions liées à un Etat étranger, pourraient voir leurs actifs américains confisqués en vertu d’un jugement discutable ou d’un autre les rendant responsables de terrorisme.

Les Saoudiens seraient vraiment idiots de laisser un seul sou d’investissement dans des obligations américaines aux États-Unis, si cette loi passait.

Non pas parce que l’État saoudien aurait quelque chose à voir avec le 11 septembre. La simple allégation que l’État saoudien ait négligé d’empêcher certains de ses ressortissants de commettre des actes terroristes pourrait suffire, en vertu de cette nouvelle loi, à saisir un fonds souverain saoudien investi aux Etats-Unis. Les Saoudiens ont annoncé qu’ils retireraient leur 750 milliards de dollars d’actifs américains si la loi passait. Il s’agirait là tout simplement d’une saine réaction de prudence, et cette annonce ne peut donc pas du tout être qualifiée de « menace ».

Si la loi devait passer, non seulement les Saoudiens, mais tous les autres Etats pourraient et devraient se doter de lois similaires, qu’ils pourraient utiliser contre les États-Unis. La veuve russe d’un soldat mort, il y a des années, des blessures infligées en Afghanistan par des moudjahidin, alias terroristes, soutenus par les Etats-Unis, pourrait faire saisir des actifs étasuniens investis en Russie à titre de compensation. De nombreux pays d’Amérique du Sud ont lutté contre un terrorisme fomenté par les Etats-Unis. Il y a beaucoup de victimes qui pourraient faire des procès, et il y a de nombreux actifs américains à saisir.

Poursuivre les Etats-Unis au titre de ces lois, serait un business très lucratif pour des avocats entreprenants. On se demande comment le Congrès réagira lorsque les premiers actifs américains seront saisis.

Moon of Alabama

Traduction : Dominique Muselet

»» http://www.moonofalabama.org/2016/04/congress-threatens-to-seize-saudi...
URL de cet article 30235
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Google contre Wikileaks
Julian ASSANGE
En juin 2011, Julian Assange reçoit un visiteur inhabituel dans sa petite maison de campagne anglaise en résidence surveillée de Ellingham Hall : le président de Google en personne, Eric Schmidt, venu tout droit de la Silicon Valley. Le général assiégé de WikiLeaks, la plus audacieuse entreprise d’édition insurrectionnelle connue à ce jour, et l’empereur d’Internet vont croiser le fer : du Printemps arabe aux bitcoins, et des solutions technologiques aux problèmes politiques, tout les oppose. La (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

C’est seulement quand le nombre de cadavres de l’oppresseur est suffisamment grand qu’il commence à écouter.

Amilcar Cabral

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.