Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Le coup d’État était prémédité : tribune de l’ambassadeur de Bolivie à l’ONU (Washington Post)

Tribune de Sacha Llorenti Soliz, ambassadeur de Bolivie à l’ONU, publiée dans le Washington Post le 19 novembre 2019.

Ce qui s’est passé en Bolivie s’appelle un coup d’État. Avec du recul, nous pouvons nous rendre compte du fait que l’Organisation des États américains (OEA) a agi en tant que pièce maitresse de l’échiquier, portant des attaques incisives et ponctuelles dans le cadre de la chronologie de ce coup d’Etat, devenant un facteur qui a terriblement contribué à alimenter la convulsion. D’autre part, il est indiscutable que si la police et l’armée – deux institutions qui détiennent le monopole étatique de la violence – cessent d’obéir au président et “suggèrent” de démissionner, il s’agit alors d’une interruption de l’ordre constitutionnel : un coup d’Etat.

Les premiers symptômes de la crise en Bolivie sont apparus avant les élections présidentielles du 20 octobre, lorsque diverses structures civiles, politiques et universitaires, dirigées par les opposants Luis Fernando Camacho et Carlos Mesa, ont lancé une campagne visant à discréditer les élections. (1)

Après la tenue des élections et après des défaillances évidentes du Tribunal suprême électoral, les opposants ont dénoncé une fraude et exigé un second tour avant même que le dépouillement officiel soit terminé. Lorsque le Président Evo Morales a invité l’OEA à auditer les résultats, ils ont exigé l’annulation des élections. Suite à la publication du rapport hâtif de l’OEA, le président a proposé d’organiser de nouvelles élections. A ce moment-là, les putschistes avaient déjà tout préparé.

Il convient de noter que le rapport préliminaire de l’OEA ne peut nier le fait qu’Evo Morales a remporté les élections par plus de 600 000 voix. Par ailleurs, des rapports indiquant qu’il n’y a pas eu de fraude sont déjà disponibles.

Malgré cela, la sénatrice Janine Áñez s’est autoproclamée présidente de la Bolivie, raison pour laquelle on peut dire qu’il existe d’une part un gouvernement de facto à La Paz et d’autre part un président constitutionnel qui se trouve à Mexico.

Ce gouvernement de facto a nommé une ministre des communications qui a menacé d’accuser de sédition ceux qu’elle a qualifiés de “pseudo-journalistes”. Son ministre de l’intérieur a prévenu qu’il partirait “à la chasse” des personnes liées au gouvernement Morales et a publié un décret qui exempte de responsabilité pénale les militaires qui répriment les manifestations ; il a même créé un “appareil spécial du bureau du procureur général” pour arrêter des députés accusés de subversion.

Malheureusement, les menaces ne sont pas restées lettre morte. Les forces armées, protégées par l’impunité que leur accorde le décret, ont violemment réprimé les organisations qui protestent contre le coup d’Etat. La Commission interaméricaine des droits de l’homme s’est prononcée contre ce décret, notant au passage qu’au moins 23 personnes ont trouvé la mort et 715 autres ont été blessées depuis le début de la crise. La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, a exhorté les forces de sécurité à respecter les normes et standards internationaux et à garantir le droit à la vie [des manifestants].

Nous avons maintenant un pays divisé en deux. D’un côté se trouve le bloc majoritaire qui arbore le projet d’un pays inclusif, dirigé par Evo Morales, lequel a mené un programme efficace atteignant des records en matière de croissance économique, de réduction de l’extrême pauvreté et de l’analphabétisme, tout en augmentant l’espérance de vie, parmi une longue liste de réalisations.

En face, nous avons un bloc hybride, composé d’une diversité d’oppositions situées dans une gamme allant de la droite modérée à l’extrême droite qui n’a pas renoncé à son projet raciste et séparatiste. Elle est dirigée par une élite dont les intérêts ont été directement touchés par le gouvernement de Morales. L’élimination des latifundios et la nationalisation des ressources naturelles ainsi que des entreprises stratégiques sont considérés comme des plaies pour cette élite, qui a réussi à mobiliser un nombre considérable de personnes, exacerbant les sentiments identitaires régionalistes, religieux et racistes. Dans ce contexte, la manipulation à travers les réseaux sociaux a joué un rôle important.

Le gouvernement de facto de la sénatrice Áñez représente ces intérêts ainsi qu’un tout autre modèle de pays. Parallèlement à la dure répression mise en place ils ont déjà annoncé que des entreprises publiques allaient être privatisées, ils ont levé les restrictions à l’exportation qui assuraient l’approvisionnement interne et, conformément à l’agenda des Etats-Unis, ils ont reconnu Juan Guaidó qui s’était autoproclamé dirigeant du Venezuela, tout en expulsant de Bolivie des diplomates vénézuéliens et des médecins cubains.

Il s’agit clairement d’un gouvernement désireux de retrouver la voie du néolibéralisme en matière économique, répressif et autoritaire en matière politique, régressif et prônant le retour des élites racistes en matière sociale, et subordonné à la Maison-Blanche en matière de politique étrangère.

Face à ce panorama complexe, la seule façon de sortir de la crise repose sur l’instauration d’un dialogue national qui permette la tenue de nouvelles élections, avec toutes les garanties démocratiques pour tous les partis politiques et avec un accord pour l’élection des nouveaux membres du Tribunal électoral. Parallèlement, la répression et les persécutions doivent cesser.

Le coup d’État a révélé l’existence de deux modèles de société qui s’opposent. Il faut placer notre confiance en ces élections pour qu’elles permettent de désamorcer le conflit

Traduit par Luis Alberto Reygada pour Les Crises.

Note du traducteur :

(1) Une semaine avant la tenue des élections du 20 octobre le président Evo Morales avait mis en garde contre un possible coup d’Etat préparé, selon lui, par des membres de l’opposition au cas où il remporterait le scrutin. Voir la dépêche de l’AFP publiée le 15 octobre 2019 : https://www.lepoint.fr/monde/bolivie-morales-redoute-un-coup-d-etat-s-...

»» https://www.washingtonpost.com/es/post-opinion/2019/11/18/el-golpe-de-...
URL de cet article 35454
   
Même Thème
Figures Révolutionnaires de l’Amérique latine
Rémy HERRERA
Cet ouvrage propose au lecteur sept chapitres consacrés à quelques-uns des révolutionnaires les plus importants d’Amérique latine et caribéenne : Simón Bolívar, José Martí, Ernesto Che Guevara, Hugo Chávez, Fidel Castro et Evo Morales. L’Amérique latine et caribéenne offre depuis le début des années 2000 l’image de peuples qui sont parvenus à repasser à l’offensive, dans les conditions historiques très difficiles qui sont celles de ce début de XXIe siècle. C’est cette puissante mobilisation populaire qui est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« La démocratie et les droits de l’homme ne nous intéressent que très peu. Nous utilisons simplement ces mots pour cacher nos véritables motifs. Si la démocratie et les droits de l’homme nous importaient, nos ennemis seraient l’Indonésie, la Turquie, le Pérou ou la Colombie, par exemple. Parce que la situation à Cuba, comparée à celle de ces pays-là et de la plupart des pays du monde, est paradisiaque »

Wayne Smith, ancien chef de la Section des Intérêts Américains à La Havane (SINA) sous l’administration Reagan


La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.