RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le feu carcéral brûle Bernie Madoff : Le prix du suicide (Counterpunch)

Une des choses les plus difficiles à vivre quand on est en prison c’est la mort d’un être cher, et en particulier s’il est de votre chair et votre sang. Et c’est encore pire si vous êtes directement responsable de sa mort. Il n’y a pas de doute que le fardeau de la condamnation à 150 ans de prison de Bernie s’est considérablement resserré autour de sa gorge quand il a appris que son fils Mark s’était pendu à un conduit du plafond de son appartement avec une laisse de chien.

Selon les informations disponibles, Mark était fragilisé par le ressentiment qu’il avait contre son père suite à une série de procès dont lui-même et d’autres membres de sa famille avaient fait l’objet. Sa vie était très différente désormais de ce qu’elle avait été lorsqu’ils étaient riches et célèbres. Et le bruit qui courait selon lequel une enquête criminelle allait être ouverte contre lui l’a probablement incité à mettre fin a ses jours. Peut-être qu’il ne pouvait pas supporter l’idée d’aller en prison. peut-être qu’il s’est représenté sa première nuit en prison.

Si son imagination lui a représenté quelque chose comme ce que j’ai vécu, je peux comprendre qu’il ait préféré en finir avant. Lors de ma première nuit à Sing Sing où je purgeais une peine de 15 ans de prison pour avoir commis le délit non-violent de passer 115 grammes de cocaïne pour un salaire de 500 dollars, je fus réveillé par les miaulements de terreur d’un chat. On aurait dit qu’on était en train de le dépecer. Des cris et des injures éclatèrent et se propagèrent de cellule en cellule dans la prison. "Puta !" "Maricona !" criaient les détenus dans leur langue maternelle. Je me suis lavé le visage et je me suis approché de la porte de ma cellule.

J’ai coincé le miroir entre les barreaux et j’ai cherché la source du bruit. Max, qui était dans la cellule voisine faisait la même chose. "C’est Chief qui s’envoie un chat," me dit-il. "Et pis quoi encore ?" ai-je grommellé. "C’est pourtant vrai. C’est un malade. Sa cellule est sur la galerie W avec ceux qui travaillent à la cantine. Ce type aime les chats. Il les achète à des prisonniers qui les attrapent dans la cour. Il se passe ici des tas de choses insensées. Tu verras." Je me suis vite rendu compte que la prison comptait plus que quelques psychopathes sadiques comme Chief qui purgeait une peine à vie pour avoir tué deux enfants. Le monde que je connaissais n’existait plus. Je faisais désormais partie du labyrinthe, j’étais un de ces individus qui avaient perdu leur identité et étaient devenus des rouages de la vie carcérale.

Et Bernie Madoff est sûrement devenu un rouage du labyrinthe carcéral, sinon pourquoi aurait-il refusé d’aller à l’enterrement de son propre fils ? Son avocat a affirmé qu’il faisait cela par considération pour sa famille. Pour ma part, je crois que refuser de dire au revoir à son fils montre à quel point l’univers carcéral a détruit sa capacité à ressentir.

Comme je l’ai déjà dit à Bernie, une route difficile t’attend. Quand tu te regarderas dans le miroir tu penseras au crime que tu as commis et à comment il t’a fait atterrir en prison. Tu vas revivre ton forfait encore et encore. Et en marchant de long en large dans ta cellule, tu prendras conscience encore et encore que c’est en homme brisé que tu mourras dans cette même cellule.

Le suicide de Mark Madoff qui laisse derrière lui une femme et des petits enfants, est une tragédie. C’est triste de devoir dire que cela fait parti de la punition de Bernie pour avoir monté une arnaque de 64 milliards de dollars inspirée de la pyramide de Ponzi qui a détruit la vie de nombreux clients qui lui avaient fait confiance. C’est le quatrième suicide lié aux activités de Bernie. Les autres étaient des clients : Christen Schoe (qui s’est pendu), Theirry de la Villhuchet (qui s’est ouvert les poignets et s’est vidé de son sang) et William Foxton (qui s’est tué d’une balle). Peut-être que la mort de ses clients n’a pas trop dérangé Bernie, mais l’horrible mort de son propre fils le hantera désormais jusqu’à ce qu’il ne puisse plus le supporter.

Anthony Papa est l’auteur de "Condamné à 15 ans de prison : Comment j’ai retrouvé la liberté grâce à la peinture". Il est expert en communications à Drug Police Alliance.
On peut le joindre à : anthonypapa123@yahoo.com

Pour consulter l’original : http://www.counterpunch.org/papa12152010.html

Traduction : D. Muselet

URL de cet article 12254
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
Hillary Clinton, la « Reine du Chaos »
Diana JOHNSTONE
1. Dans votre dernier livre, vous appelez Hillary Clinton la « Reine du Chaos. » Pouvez-vous expliquer pourquoi vous avez choisi ce sobriquet péjoratif pour décrire Hillary ? En un mot, la Libye. Hillary Clinton était si fière de son rôle majeur dans le déclenchement de la guerre contre la Libye qu’elle et ses conseillers avaient initialement prévu de l’utiliser comme base d’une « doctrine Clinton », ce qui signifie une stratégie de changement de régime façon « smart power » , comme un slogan de la (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

En transformant les violences de l’extrême droite vénézuélienne en "révolte populaire", en rhabillant en "combattants de la liberté" des jeunes issus des classes aisées et nostalgiques de l’apartheid des années 90, c’est d’abord contre les citoyens européens que l’uniformisation médiatique a sévi : la majorité des auditeurs, lecteurs et téléspectateurs ont accepté sans le savoir une agression visant à annuler le choix des électeurs et à renverser un gouvernement démocratiquement élu. Sans démocratisation en profondeur de la propriété des médias occidentaux, la prophétie orwellienne devient timide. L’Amérique Latine est assez forte et solidaire pour empêcher un coup d’État comme celui qui mit fin à l’Unité Populaire de Salvador Allende mais la coupure croissante de la population occidentale avec le monde risque un jour de se retourner contre elle-même.

Thierry Deronne, mars 2014

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.