RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le grand paradoxe des guerres infinies, par Rita Di Leo.








Il manifesto, samedi 30 décembre 2006.




En cette fin d’année, le sentiment d’impuissance est fort sur ce qui se passe dans le monde des blancs et dans le bien plus vaste monde des non blancs. Il y a un malaise chez nous européens qui savons voir mais ne savons pas réagir. Concernant notre passé, c’est comme si nous étions frappés de paralysie politique, diplomatique et culturelle. Des Balkans à l’Irak, de la Somalie au Liban, du Rwanda au Darfour, de l’Afghanistan à la Palestine défilent devant nos yeux des événements qui font voler en mille éclats des points de vue qui étaient généralisés. Deux paraissaient ancrés au mieux. Le premier était qu’après des siècles de colonialisme les blancs avaient renoncé à utiliser la force militaire contre les non blancs, le second était que la distinction entre religion et politique s’était répandue comme la lumière électrique. Nous nous sommes trompés.

Les guerres en cours après 1989 ont lieu comme si nous étions à l’époque des guerres européennes de religion, en grande pompe de cruautés ancestrales et d’anarchie globalisée, de vengeances tribales, ethniques, religieuses dont nous avions perdu la mémoire. C’est comme si l’état restait encore à inventer et l’état de droit et les conventions internationales appartenaient à un futur encore à venir.

Et il est vrai que le plus fort coup de patte contre ce que nous tenions pour acquis une fois pour toutes est venu d’outre Atlantique, d’un leadership d’inspiration fondamentaliste religieuse qui allie la vengeance biblique à la mission évangélique. La soif de vengeance ne s’arrête même pas devant les données statistiques selon lesquelles leurs soldats morts en Afghanistan et en Irak ont dépassé leurs civils du 11 septembre.

La mission se trouve dans la démonstration que les blancs sont toujours les plus forts et arrivent à imposer leur modèle de vie là où ils veulent.

Le fondamentalisme de la Maison Blanche est tel qu’il ne semble s’atténuer devant rien : ni l’échec sur le terrain afghan, irakien, saoudien, et à l’intérieur du Moyen-Orient ; ni la défaite aux élections de mi-mandat, la répudiation par son propre parti, par le monde du gros business, par ses propres généraux, par la perspective d’une escalade militaire dangereuse pour le monde entier.

Ce qui rend inattaquable le fondamentalisme de la direction enfermée dans son fortin est justement la religion, et il en va de même pour ses adversaires aussi. Aujourd’hui la politique, les affaires, les relations internationales sont conditionnées par la présence d’élites qui déclarent agir chacune sous l’inspiration de leur propre dieu. A Washington comme à Bagdad, à Téhéran, et dans le très vaste monde des non blancs où l’autorité religieuse est en première place.

Et où la mission dont se sont auto investis les blancs de Washington se vit comme la dernière intrusion blanche à laquelle il faut réagir en élevant des hommes et des femmes prêts à mourir pour leur propre identité religieuse.

Il reviendrait aux blancs de Bruxelles, de Londres, Paris, Berlin, Rome, Madrid, de relégitimer la raison et le réalisme comme bases des relations entre les hommes. Il est vrai que la raison à la place du fondamentalisme religieux est devenue aujourd’hui quasiment une prétention indue de laïcs vieux jeu.

Et le réalisme politique à la place des expéditions militaires est considéré comme une cession aux compromis du passé. L’impuissance européenne vient de là . Paradoxalement, le seul moyen d’être pris au sérieux par Washington serait d’être une puissance militaire. Si nous l’étions, nous pourrions ressusciter le réalisme et les compromis pour ramener la raison politique sur la scène internationale. Le paradoxe est aussi évident que notre impuissance.

Rita Di Leo

Rita Di Leo est enseignante de politique internationale à l’Université « La Sapienza » de Rome.


- Source : il manifesto www.ilmanifesto.it

- Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio



Objectif Iran : la vérité sur les projets de la Maison Blanche en vue d’un changement de régime - interview de Scott Ritter par Amy Goodmann.




- Dessin : Alex Falco Chang


URL de cet article 4550
  

La liberté contre le destin, discours de Thomas Sankara
Thomas Sankara reste une figure révolutionnaire de premier plan pour la jeunesse africaine en lutte. Durant son passage bref mais fulgurant à la tête du Burkina Faso, interrompu par son assassinat en 1987, le jeune officier a marqué l’histoire de son pays et de l’Afrique, ainsi que la mémoire des luttes anti-impérialistes. On trouvera dans ce recueil, outre les principaux discours de Thomas Sankara, des discours inédits. En plus de faire des bilans réguliers de la révolution, il aborde les thèmes (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La liberté commence où l’ignorance finit.

Victor Hugo

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.