RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Un parfum vert-de-gris dans la volonté de surveiller, de pourchasser, d’évaluer, de juger

Le Grand Soir attaqué, la Syrie, la Palestine et la vérité aussi.

Qui a le souci de la vérité ?

Le tir nourri qui vise LGS mérite une riposte vive, mais digne. Car l’enjeu est de taille. Oui, dans cette affaire la liberté d’expression est tout simplement piétinée et par conséquent la démocratie niée, elle qui garantit une loi égale pour tous et des droits inaliénables au travail, à l’éducation, à la santé, à l’information, à l’expression (…).

Alors, comment qualifier une campagne qui ne traite nullement les orientations incriminées au fond, qui insulte et juge de manière expéditive au nom du dogme d’un autre Saint Simon : Qui n’est pas pour moi est contre moi.

C’est tout simplement une campagne abjecte qui fait du journal qui l’orchestre une feuille au parfum vert-de-gris dont la volonté de surveiller, de pourchasser, d’évaluer, de juger semble nous dire je suis partout. ça me fait froid dans le dos.

En démocratie, la morale, c’est le respect en droit de l’autre être humain qui se manifeste notamment par la pratique de la conversation ou du moins celle du dialogue. Seul les fanatiques, voire les acteurs de l’impérialisme, quelle qu’en soit la couleur, s’en exonèrent au nom d’une foi aveugle ou de la logique implacable des marchés, les deux parfois, et ils excommunient tout contestataire ou simple protestataire. L’idée même de la preuve des autres est niée, alors qu’il est établi depuis longtemps que la vérité universellement convaincante se rencontre le plus souvent au croisement de preuves et de sincérités diverses.

Or, la vérité ne se décrète pas, la vérité peut être belle, mais elle est parfois désespérante, contraire à nos idées, souvent mortelle. Mais l’homme qui n’aurait plus le souci de la traquer aurait perdu son statut d’être humain : il serait comme un légume. Qui saurait prétendre avoir tout ausculté ? Que chacun, dont il ne serait pas digne de nier les raisons, dise franchement ce qu’il a à dire et qu’il le fasse, comme le recommandait Marc Bloch, en n’oubliant pas de préciser avec quelle identité.

Mais, revenons au commencement ou à une de ces occurrences, c’est-à -dire à la crise syrienne que j’estime suffisamment complexe pour ne pas laisser les activistes de tout bord guider l’action du gouvernement français qui manifeste déjà une étrange impatience et prend des décisions qui prouvent que dans ce domaine, le changement se passe dans la continuité des choix guerriers du pèlerin BHL et du Président Sarkozy, jusqu’à rendre encore moins crédible la voix de la France dans la région du Moyen-Orient. S’il vous plaît, ça n’est pas pour ça que j’ai voté Hollande ! La précipitation n’est jamais bonne conseillère et les décisions devraient se prendre en connaissance de cause à la lumière d’expertises diversifiées et à l’écoute de certains connaisseurs de la région qui, par ailleurs, ne manquent pas de manifester leurs craintes. Aussi bien Le Canard Enchaîné, que l’Editorial de Jean-Claude Souléry dans La Dépêche du Midi, et les témoignages de Marc le Fur, député UMP des Côtes-d’Armor, comme de Gérard Bapt, député PS de la Haute-Garonne, tous nous préviennent de la complexité de la crise, de l’étrangeté des alliances et par conséquent des intérêts stratégiques et économiques moteurs du conflit, du caractère religieux de la violence et des conséquences désastreuses d’une intervention armée. Refuser la complexité, c’est pratiquer la conspiration du silence et surtout trahir la mission de clarté dont je croyais les médias investis, c’est refuser de réamorcer le dialogue diplomatique et cultiver le manichéisme.

J’ai bien peur que certains de nos gensdelettres prennent le monde pour un bal masqué et qu’ils s’y promènent avec des faux nez, non pour voir sans être vu, mais pour profiter simplement de la fête et n’en extraire que des vérités négociées.

Pendant ce temps, et manière de relancer le débat sur les contours de la vérité, comme le fait remarquer Laurent Zecchini dans son article Prières contre le mur de Crémisan (Le Monde du 19-20 août), l’édification du mur de séparation ou plus précisément La barrière de sécurité, selon les Israéliens, se poursuit ; quand il sera achevé, précise-t-il, 9,5% de la Cisjordanie sera situé en territoire israélien. Autrement dit, la colonisation continue sans soulever la moindre protestation du côté de ceux qui voient de l’antisémitisme partout.

Anatole Bernard

URL de cet article 17589
  

Bernard Klein. Les expressions qui ont fait l’histoire. Paris, E.J.L. 2008
Bernard GENSANE
Ce qu’il y a d’intéressant avec les phrases historiques, c’est que, souvent, elles n’ont pas été prononcées par les personnes à qui on en a attribué la paternité. Prenez la soutière (je sais, le mot "soutier" n’a pas de féminin, mais ça ira quand même) du capitalisme américain qui siège au gouvernement français, Christine Lagarde. Elle a effectivement, lors de la flambée du prix des carburants, conseillé au bon peuple d’utiliser le vélo plutôt que la voiture. Mais la reine Marie-Antoinette, qui a tant fait (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Certains n’aiment pas la vérité. Pour tous les autres, il y a Wikileaks.

Julian Assange

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.