RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le Groupe de Puebla appelle à l’unité des pays latino-américains

Les figures progressistes du sous-continent ont tenu leur grand-messe, déterminées à s’émanciper des puissances étrangères. Et à renforcer le poids du Sud global.

« Il est impossible de continuer à penser à la désunion. C’est ce que souhaite le Nord : une Amérique latine qui ne s’intègre pas, qui continue à être dispersée. » Dans un message vidéo de soutien réunissant les encouragements des ex-présidents uruguayen José Mujica et dominicain Leonel Fernandez, le président argentin Alberto Fernández donnaient clairement le ton, vendredi 29 septembre, lors du lancement de la IXe rencontre du Groupe de Puebla, tenue dans la ville homonyme du centre du Mexique.

Lancé il y a maintenant quatre ans pour contrebalancer l’influence de celui de Lima – alliance aujourd’hui atone des gouvernements conservateurs de la région –, ce forum politique et académique composé de figures de la gauche latino-américaine a pu compter pour cette nouvelle réunion sur la participation de plus de 200 leaders politiques ou de mouvements sociaux, chercheurs et ex-chefs d’État, provenant de 21 pays.

« Transformer le panorama politique et économique de l’Amérique latine et des Caraïbes »

Mus par l’ambition de « transformer le panorama politique et économique de l’Amérique latine et des Caraïbes », ses membres ont échangé jusqu’à dimanche autour de thèmes tels que la création d’une monnaie commune, un nouvel ordre mondial fondé sur le multilatéralisme ou encore la consolidation du poids du continent dans le bloc du Sud – notamment à travers les Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud).

Entouré des ex-présidents Ernesto Samper (Colombie), Evo Morales (Bolivie), Rafael Correa (Équateur), José Luis Zapatero (Espagne) ou encore de personnalités comme le juriste espagnol Baltasar Garzón ou le ministre cubain des Affaires étrangères Bruno Rodriguez, le président élu du Guatemala et invité spécial Bernardo Arévalo a pu compter sur une tribune pour dénoncer le « coup d’État en cours » dans son pays.

Parmi les nombreux autres invités, la vice-présidente du Venezuela, Delcy Rodriguez, a pour sa part reçu le soutien unanime de ses camarades progressistes pour condamner les blocus maintenus par Washington contre son pays, ainsi que Cuba.

Alors que le sous-continent affronte un panorama électoral sensible avec des élections présidentielles en Équateur et en Argentine dans quelques semaines, la déclaration finale de la rencontre a désigné « l’interventionnisme des puissances étrangères » – tout comme les politiques des institutions telles que le Fonds monétaire international – comme étant le principal frein à l’épanouissement de la démocratie dans la région.

Le document a aussi rappelé l’importance des droits des femmes, à une époque où nombre de forces politiques, voire de gouvernements progressistes continuent de s’opposer au droit à l’avortement dans la région.

Source : l’Humanité du 03/10/2023

»» https://www.humanite.fr/monde/amerique-latine/le-groupe-de-puebla-appe...
URL de cet article 38947
  

Même Thème
« Cremada » de Maïté Pinero
Bernard Revel
Prix Odette Coste des Vendanges littéraires 2017 Maïté Pinero est née à Ille-sur-Têt. Journaliste, elle a été correspondante de presse en Amérique Latine dans les années quatre-vingts. Elle a couvert la révolution sandiniste au Nicaragua, les guérillas au Salvador et en Colombie, la chute des dictatures chiliennes et haïtiennes. Elle a écrit plusieurs romans et recueils de nouvelles dont « Le trouble des eaux » (Julliard, 1995). Les huit nouvelles de « Cremada », rééditées par Philippe Salus, illustrent (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Ce que vous faites peut paraître insignifiant, mais il est très important que vous le fassiez.

Gandhi

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.