RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le libéralisme déchaîné, les multinationales et les pigeons

Gagner toujours plus d’argent, réduire au maximum les coûts de production, profiter de la crédulité des consommateurs. Les multinationales, qui ont massivement recours aux pratiques libérales induites par le capitalisme et la mondialisation, savent très bien faire.

À tous les prêtres et croyants de cette nouvelle religion qu’est le libéralisme à tout crin : non, la privatisation massive, telle que soufflée par les plus grands organes financiers de la planète, n’est absolument pas la réponse à apporter à nos maux actuels. Chômage, inégalités fiscales et sociales, conditions de vie parfois indécentes, voire une pauvreté qui commence à toucher de plus en plus d’habitants au sein des pays développés. Tout cela découle (en partie) du tournant majeur, dans l’histoire de l’économie, qu’ont représenté les années 1980 ; des vagues de libéralisation et, à l’inverse, d’abandon par l’État de pans entiers de l’économie, laissant « libre » cours à l’individualité et au profit totalement irraisonné.

Sans transition aucune, qu’ont en commun, à présent, la grande distribution, l’énergie, et les nouvelles technologies ? À première vue, pas grand-chose. Si ce n’est d’être toutes les trois incontournables, pour une grande partie de la population mondiale, qui se nourrit, se chauffe et communique. Mais à y regarder de plus près, il est possible de tisser un lien entre ces trois secteurs, dans lesquels certaines multinationales usent et abusent parfois de pratiques douteuses. Comme, par exemple, l’évasion fiscale et la hausse continuelle des prix. Trois exemples concrets devraient aider à y voir plus clair, dans cette zone d’ombre qu’est la manipulation libérale.

Au Carrefour des hypocrites

À tout seigneur, tout honneur. Depuis le 1er février dernier, les Français qui ont l’habitude d’aller faire leurs courses dans les magasins Carrefour ont sans doute pu constater qu’environ 1 000 produits distribués par la chaîne tricolore avaient vu leur prix augmenter — « de l’ordre de 3 % », expliquait son secrétaire général, Laurent Vallée, le 31 janvier dernier. Conséquence directe de la loi « Alimentation », « la hausse concerne principalement les produits d’appel », soit ceux qui sont censés ne pas entraîner de profit. Une mesure visant à remettre « un peu plus de valeur dans la chaîne, du producteur au distributeur », assure M. Vallée. Les dirigeants du groupe répercutant ensuite « la valeur sur les contrats de [leurs] 20 000 producteurs ».

S’il faut se réjouir que ces derniers gagnent davantage, on peut (et on doit) également regretter que cette mesure se fasse sur le dos des consommateurs. Alors que, dans le même temps, Carrefour a raflé la palme des bonnes pratiques du CAC40, pour sa politique de distribution de dividendes à ses actionnaires. D’après l’ONG Oxfam, sur les 7 milliards d’euros de bénéfices réalisés par le groupe entre 2009 et 2017, plus de 80 % ont été reversés aux actionnaires... Des sommes qui auraient pu servir à revaloriser le traitement des producteurs locaux, ou à investir, tout simplement. Sans parler des activités « extraterritoriales » du géant de la distribution, qui a installé l’une de ses filiales, Carrefour World Trade, dans un pays, la Suisse, habitué des magouilles capitalistes.

Démarchage abusif d’Engie

Dans un tout autre registre, Engie (ex-GDF Suez), l’un des leaders français de l’énergie, est régulièrement pointé du doigt pour ses pratiques pas franchement orthodoxes. Qui sont directement liées, en tout cas, à la libéralisation du marché de l’énergie, en France, il y a une dizaine d’années, et qui a entraîné l’arrivée massive de nouveaux acteurs. Et, par conséquent, une réduction des marges pour les historiques. Heureusement qu’Engie a trouvé la solution pour continuer d’engranger les gros sous : le démarchage abusif. Qui consiste, pour un commercial œuvrant pour l’enseigne, à vendre coûte que coûte un contrat estampillé Engie, en se faisant parfois passer pour un employé du concurrent EDF ou en promettant des réductions de facture... qui n’auront jamais lieu.

Épinglée plusieurs fois par le Médiateur de l’énergie pour ses pratiques commerciales abusives, Engie pourrait avancer qu’elle y est incitée par la concurrence, qui a totalement rebattu les cartes dans le secteur énergétique tricolore. L’un des effets pervers de ce libéralisme que certains chérissent en France. Mais en aucun cas l’entreprise ne pourrait être excusée, surtout lorsqu’elle mêle le démarchage abusif à l’évasion fiscale — décidément l’arme bien affûtée des grands capitalistes —, Engie ayant passé entre 2008 et 2010 deux accords fiscaux illégaux avec le Luxembourg, pour des « cadeaux » de 120 millions d’euros...

Réduction des coûts chez Apple

Enfin, last but not least, l’exemple d’Apple, sans doute le plus ignoble dans le genre « idéal » libéral. On savait que la firme californienne ne faisait pas dans la demi-mesure lorsqu’elle augmentait le prix de ses produits (jusqu’à 40 % en un an). Produits d’ailleurs soumis à cette règle historique et obligatoire, pour tout entrepreneur souhaitant se convertir au capitalisme effréné, l’obsolescence programmée. Ce que l’on sait moins, en revanche, c’est qu’Apple envisage de réduire ses coûts de production — afin d’augmenter ses marges. En mettant notamment la pression sur ses fournisseurs de matériaux (cuivre, cobalt) et autres composants « non essentiels ».

Voilà comment dans certains pays d’Afrique, dont les sous-sols regorgent de ces matières premières, certaines personnes se retrouvent du jour au lendemain sans travail, sans argent et dans une misère totale. Pendant que de l’autre côté de l’Atlantique, les dirigeants d’Apple arrosent leurs actionnaires de billets verts et de cadeaux — 100 milliards de dollars l’an dernier et une augmentation de son dividende de 16 %. Mais il faut la comprendre : la firme « n’a pas assez de projets pour utiliser cette montagne d’argent qui s’accumule depuis des années », explique le journaliste Éric Vagnier. Pourquoi effectivement investir dans des projets humanitaires, écoresponsables, éducatifs, etc., quand on peut enrichir des individus déjà plein aux as ?

Julien

Illustration [LGS] : à l’autre bout de la chaîne de l’Iphone, cet enfant, dans une mine de cobalt.

URL de cet article 34654
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
Histoire de ta bêtise
François Bégaudeau
PREFACE D’abord comme il se doit j’ai pensé à ma gueule. Quand en novembre les Gilets jaunes sont apparus pile au moment où Histoire de ta bêtise venait de partir à l’imprimerie, j’ai d’abord craint pour le livre. J’ai croisé deux fois les doigts : une première fois pour que ce mouvement capote vite et ne change rien à la carte politique que le livre parcourt ; une second fois pour que, tant qu’à durer, il n’aille pas jusqu’à dégager Macron et sa garde macronienne. Pas avant le 23 janvier 2019, date de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si j’étais un milliardaire ou un agent du renseignement, je voudrais probablement perturber la gauche au point de faire croire que quelqu’un de "gauche" est celui qui ne conteste jamais l’impérialisme US, ou qui soutient activement l’impérialisme US pour "contrebalancer les oligarques étrangers".

Primo Radical

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.