RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le New York Post : presse de caniveau ?

Il s’agit du plus ancien quotidien des États-Unis. Il fut fondé en 1801. Il défendit l’abolition de l’esclavage et fut proche de l’Association Nationale pour le Progrès des Gens de Couleur (NAACP).

En 1933, le journal passa au format tabloïd. Le magnat australien Rupert Murdoch l’acheta en 1977 et en fit un organe nettement marqué à droite. Il fut obligé de le revendre pour se conformer à la loi limitant l’achat de médias pour des étrangers. Le Post passa alors entre les mains de trois propriétaires juifs : un magnat de l’immobilier qui fit faillite, un financier convaincu de fraude et, pour deux semaines seulement, un promoteur immobilier totalement farfelu. Après que Murdoch eut obtenu la nationalité étatsunienne, le journal fut racheté en 1988 par l’une de ses sociétés. Murdoch en fit un quotidien populiste d’extrême droite.

Lorsque DSK tomba dans les rets de la police new-yorkaise, le Post l’affubla du surnom infamant "The Perv" (le pervers), en pleine première page.

Comme il est désormais établi que la présumée victime de DSK a menti, le journal s’acharne désormais sur elle et affirme qu’elle est une prostituée de haut vol.

Le Post sait que la mémoire de ses lecteurs est limitée, mais pas nulle. Afin de ne pas perdre complètement la face, il continue à s’en prendre à DSK. Le 2 juillet 2011, il titrait en première page sur l’ancien directeur du FMI : "The filthy froggy is still a wart hog" . Ce qu’on peut traduire par "L’obscène Frenchie de mes deux est toujours un phacochère" . Nous sommes au niveau des pires crapuleries polémistes antisémites de la presse française des années trente quand elle s’en prenait à la " juiverie " .

Marshall McLuhan l’expliquait il y a soixante ans : le medium EST le message. En d’autres termes, le sens est dans la forme, pas dans le fond. La presse à grand tirage est passée de formules du genre "Le Perv", "l’argent sordide" ("sleazy money"), "les politiciens véreux" ("dirty pol") à "Le Libéré" ("The Freed"). Ce qui ne change rien à rien. Ce qui ne contribue pas à éclairer les lecteurs.

Le New York Post tire à 700000 exemplaires. Ce n’est pas énorme, mais cela n’en fait pas une feuille confidentielle. Sommes-nous dans la presse de caniveau ? Je répondrai candidement par la négative. Nous sommes dans la presse, tout simplement. Des New York Post, aux États-Unis, il y en a des dizaines. Il en existe des centaines de par le monde. La tendance de la grande presse est de glisser sur cette pente : le cul, le sensationnel, la caricature, la simplification à outrance, le réflexe conditionné.

Pauvres de nous !

A l’occasion de cette affaire (vraiment sleazy), un vieux tic m’a repris : ma très grand méfiance vis-à -vis du système juridique étatsunien. Un système capable de juger un O.J. Simpson innocent ET coupable d’assassinats particulièrement barbares, je crois que les bactéries en parleront entre elles quand elles seront les derniers organismes survivants de notre planète. Une justice capable d’exécuter de pauvres types (innocents ou coupables) après les avoir laissé mariner dans le couloir de la mort pendant quinze ans mérite notre circonspection. Une justice où les procureurs n’ont pas besoin de vraies preuves pour poursuivre. Enfin, une justice où les moteurs principaux sont la politique et l’argent doit bien sûr nous inciter à une certaine méfiance.

Le procureur était Cyrus Vance Junior. Étonnant comme les familles patriciennes d’outre-Atlantique, après avoir flanqué une bonne raclée aux colons anglais, ont réintroduit la symbolique de la monarchie : Paul Getty III, John Rockefeller II, Richard Nixon XVIII (mauvais exemple). Cyrus (pas de sa faute si son père lui avait donné son propre prénom, celui d’un empereur perse) s’est donc dit qu’il avait accroché un gros gibier à son tableau de chasse. Ce fils d’une grande famille protestante a pensé qu’en se montrant intraitable vis-à -vis de DSK il plairait à des électeurs qui trouvent normal que ceux à qui dieu a offert l’argent et le pouvoir doivent s’en montrer dignes.

Bernard GENSANE
http://bernard-gensane.over-blog.com/

URL de cet article 14141
  

Même Auteur
Gabriel Péri : homme politique, député et journaliste
Bernard GENSANE
Mais c’est vrai que des morts Font sur terre un silence Plus fort que le sommeil (Eugène Guillevic, 1947). Gabriel Péri fut de ces martyrs qui nourrirent l’inspiration des meilleurs poètes : Pierre Emmanuel, Nazim Hikmet, ou encore Paul Eluard : Péri est mort pour ce qui nous fait vivre Tutoyons-le sa poitrine est trouée Mais grâce à lui nous nous connaissons mieux Tutoyons-nous son espoir est vivant. Et puis, il y eu, bien sûr, l’immortel « La rose et le réséda » qu’Aragon consacra (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Jamais je ne demanderais pardon au nom des Etats-Unis - quelles que soient les raisons."

Président George Bush (père)
après qu’un avion de ligne régulière Iranien ait été abattu par un missile états-unien

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.