RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le peuple chilien en lutte contre le capitalisme et sa barbarie

Les peuples se soulèvent contre le capitalisme et l’appauvrissement qu’il entraîne pour la majorité, pour la classe exploitée. Au début du mois d’octobre, le peuple équatorien s’est massivement soulevé pour rejeter les injonctions du FM I[1], tout comme l’a fait le peuple haïtien appauvri par des siècles d’une « dette » fallacieuse datant de l’époque coloniale [2], maintenant, c’est le peuple chilien qui se soulève contre le pillage capitaliste, contre l’exploitation et la prévarication des conditions de vie. Il se soulève contre le pillage perpétré par les multinationales minières, énergétiques, agro-industrielles (etc.), celles qui dévastent des rivières, des forêts, des montagnes et des glaciers, celles qui exterminent le peuple Mapuche, les autres peuples indigènes et les petits paysans. Le peuple chilien se dresse contre la rapine légalisée du capitalisme. Il se soulève contre les diktats du Fonds monétaire international et d’autres institutions impérialistes, contre les dettes inutiles et infâmes contractées par les gouvernements fantoches : des dettes et leurs intérêts usuriers, que si le capitalisme continue à régner, la classe exploiteuse fera payer aux peuples en hypothéquant la santé, l’éducation, les ressources naturelles, etc.

Les « prêts » imposés par le FMI sont des dettes totalement inutiles (et plus encore pour des pays aussi riches en ressources que le Chili ou l’Équateur) : le problème est que les ressources sont pillées par le capitalisme transnational, la richesse est volée au lieu de servir au bien-être des communautés, la nature est anéantie sur l’autel de l’accumulation capitaliste d’une minorité, la souveraineté alimentaire n’existe pas lorsque la terre est entre les mains de la propriété privée. Le problème, c’est le système, et bien sûr, l’appauvrissement causé par le pillage capitaliste ne peut pas se résoudre par encore plus de pillage. Les « prêts » du FMI sont un mécanisme prédateur : les sommes seront consacrées au paiement des besoins en infrastructures des multinationales extractives (pour accroître le pillage qu’elles commettent déjà), au paiement des intérêts usuriers des dettes précédentes, aux poches de la bourgeoisie ; et c’est le peuple qui devra payer les emprunts et leurs intérêts, dans cet esclavage aberrant qui broie les vies et les écosystèmes.

La hausse du prix des transports a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase, dans un pays où la moitié de la population survit avec un salaire minimum dérisoire, dont près du 15% doit être consacré aux transports [3]. Le salaire n’est pas suffisant pour payer le panier alimentaire de base, le loyer, etc. L’éducation et la santé sont privatisées au profit d’une poignée de milliardaires et la majorité en est exclue. En raison de ce qui précède, 80 % des plus de 18 ans sont endettés [4]. Les AFP (Administratrices de fonds de pension) sont un autre vol colossal contre le peuple chilien : ce sont des caisses privées imposées par l’État bourgeois. Les travailleurs doivent consacrer 10 % de leurs revenus à des comptes gérés par des sociétés privées. Les propriétaires de ces sociétés utilisent cet argent pour leurs affaires (mines, industrie, télécommunications, capitaux financiers, etc.) [5]. L’argent que les AFP collectent par les cotisations constitue plus du double de ce qu’elles paient en pensions ; il représente 80% du PIB du Chili : un festin pour les propriétaires des AFP, tandis que les retraités chiliens sont jetés dans la misère. Ce mécanisme de vol capitaliste a été instauré durant le processus de privatisation impulsé pendant la dictature de Pinochet. En 1981, José Piñera (frère de l’actuel président Piñera), ministre du Travail de l’époque, fut l’un des artisans de la mise en œuvre d’un paquet de mesures économiques importées depuis les Etats-Unis par les dénommés Chicago Boys, les maîtres du pillage capitaliste.

Le peuple dit BASTA et sort dans les rues, dans toutes les villes et régions du Chili. L’État bourgeois envoie ses forces répressives : militaires, carabiniers, policiers déclenchent une répression brutale. Les médias de la bourgeoisie étiquètent les manifestants comme « vandales », « violents » et qualifient les forces répressives comme « débordées » : ils appliquent le même scénario de mensonges qu’ils ont appliqué en Équateur, et qu’ils appliquent toujours contre tout peuple qui lutte pour la justice sociale.

Le gouvernement déclare l’état d’exception et met les chars de guerre dans les rues. Mais la lutte du peuple, fatigué de tant de vol, de tant d’injustice, de la quotidienne exploitation capitaliste, continue. C’est la lutte des classes. La classe exploiteuse mène une guerre continuelle contre la classe exploitée : une guerre d’exploitation, de pillage, d’exclusion, de famine, de manipulation, d’aliénation, de répression (si la classe exploitée ne courbe pas docilement le dos). La classe exploitée pourra sortir de la guerre continuelle exercée par la bourgeoisie, par la lutte. Partout sur la planète, les peuples se soulèvent contre le capitalisme et sa barbarie ; nous n’avons pas connaissance de la plupart de ces luttes courageuses, parce que les médias sont la propriété de la classe exploiteuse et sont destinés à maintenir les peuples éloignés de la réalité, à alimenter la désinformation, la xénophobie, le racisme, le machisme, l’individualisme, à maintenir la classe exploitée divisée et soumise. Mais la lutte continue, malgré les assauts des forces répressives et des forces d’aliénation massive ; parce que le désir de justice sociale et la dignité des peuples sont irréductibles, ils se lèvent avec ténacité comme ces fleurs qui brisent le bitume.

Note de bas de page :

1.- Équateur : du pillage colonial au FMI

www.rebelion.org/noticia.php?id=261381

www.cecilia-zamudio.blogspot.com/2019/10/ecuador-y-abya-yala-en-lucha-...

2.- Le peuple haïtien lutta pour se libérer du colonialisme français, qui a pillé Haïti jusqu’à la moelle, déboisant la quasi-totalité du territoire et perpétrant le génocide, la déportation et l’esclavage des êtres humains. Haïti a été le premier pays à abolir l’esclavage, le 29 août 1793, en proclamant son indépendance. Mais la France a riposté en mobilisant toute sa puissance militaire, en assiégeant Haïti jusqu’à ce qu’elle accepte le paiement d’une « compensation » aux colons pour « les terres, les esclaves, les propriétés et les profits perdus ». Ce sont les racines de la dette inique qui, aujourd’hui encore, tue le peuple haïtien. La prétendue « dette » s’élevait à 150 millions de francs d’or : une somme colossale à payer par les victimes de la colonisation aux bourreaux.

En savoir plus : http://www.cadtm.org/Haiti-de-la-colonisation-a-l

3.- Chili. Face à la lutte pour le tarif social des transports publics, Piñera impose l’état d’urgence

www.resumenlatinoamericano.org/2019/10/18/chile-la-lucha-por-la-tarifa...

4.- Rapport sur la dette personnelle, Université Saint-Sébastien.

www.biobiochile.cl/noticias/economia/actualidad-economica/2019/08/21/l...

5.- Pourquoi les Chiliens rejettent-ils leur système de retraite AFP ? - “AFP pour qui. ” : Les grands groupes économiques qui bénéficient des investissements des AFP au Chili

www.eldesconcierto.cl/2019/05/23/afp-para-quien-los-grandes-grupos-eco...

www.telesurtv.net/news/Por-que-los-chilenos-rechazan-su-sistema-de-pen...

»» http://cecilia-zamudio.blogspot.com/2019/10/le-peuple-chilien-en-lutte...
URL de cet article 35343
  
Communication aux lecteurs
JULIAN ASSANGE : Le documentaire "Hacking Justice" à Paris

Le 17 novembre à 20h
au cinéma Espace St Michel
7 Pl St Michel, Paris 75005

Les Amis du Monde Diplo & Les Mutins de Pangée organisent une projection du film "Hacking Justice Julian Assange" de Clara Lopez Rubio et Juan Pancorbo suivie d’un débat avec la réalisatrice.

Hillary Clinton, la « Reine du Chaos »
Diana JOHNSTONE
1. Dans votre dernier livre, vous appelez Hillary Clinton la « Reine du Chaos. » Pouvez-vous expliquer pourquoi vous avez choisi ce sobriquet péjoratif pour décrire Hillary ? En un mot, la Libye. Hillary Clinton était si fière de son rôle majeur dans le déclenchement de la guerre contre la Libye qu’elle et ses conseillers avaient initialement prévu de l’utiliser comme base d’une « doctrine Clinton », ce qui signifie une stratégie de changement de régime façon « smart power » , comme un slogan de la (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« les Afghans (...) auraient brûlé eux-mêmes leurs enfants pour exagérer le nombre de victimes civiles. »

Général Petraeus, commandant des forces US en Afghanistan lors d’une réunion avec de hauts responsables afghans,
propos rapportés par le Washington Post, 19 février 2011

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.